Amolon, (? - Lyon, 852) fut archevêque de Lyon de 841 à 852[1].

Amolon
Fonction
Archevêque
Biographie
Naissance
Date inconnueVoir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Nationalité
Activités
Autres informations
Religion

HistoireModifier

Diacre de l'église de Lyon, disciple d'Agobard, son prédécesseur sur le siège archiépiscopal de Lyon, il lui succéda en poursuivant une politique similaire. Il fut formé à Lyon[2].

S'inscrivant dans la continuité du combat contre la communauté juive d'Agobard, Amolon participa au Concile de Meaux en 848, qui décida de lutter contre le libertinage des prêtres, de renforcer le pouvoir de l'Église au détriment de celui du roi et de soumettre les juifs à de nouvelles restrictions en remettant en avant les Édit de Milan et les décisions de Théodose le Cénobiarque, ainsi que la décrétion de Childebert. Charles le Chauve fit dissoudre le Concile qui fut réuni à nouveau le à Paris avec interdiction de s'occuper des juifs. Amolon lui adressa une lettre pour défendre ses positions contre les juifs[1].

Amolon prit également pleinement part à la controverse de la double prédestination de Gottschalk d'Orbais. Avec Florus, il condamna les thèses du moine saxon mais avec plus de modération qu'Hincmar, évêque de Reims, qui l'avait violemment pourfendu[1].

Amolon réussit à obtenir de Lothaire Ier plusieurs restitution de biens ayant appartenu à l'Église lyonnaise et spoliée par Charles Martel[3],[1].

PostéritéModifier

Il est réputé avoir gouverné son archevêché avec beaucoup de zèle et de sagesse. Il jouissait d'une grande considération auprès du roi Charles le Chauve, qui suivait volontiers ses conseils, et du pape Léon IV, auprès duquel le roi de France l'avait recommandé.[réf. nécessaire] Il a laissé quelques écrits, essentiellement des lettres à d'autres évêques ou religieux.

ÉcritsModifier

BibliographieModifier

  • Bernard Berthod, Jacqueline Boucher, Bruno Galland, Régis Ladous et André Pelletier, Archevêques de Lyon, Lyon, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, , 191 p. (ISBN 978-2-841-47228-4, notice BnF no FRBNF43719523)[4],[5]
  • Jacques Gadille (dir.), René Fédou, Henri Hours et Bernard de Vregille, Le diocèse de Lyon, vol. 16, Paris, Beauchesne, coll. « Histoire des diocèses de France », , 350 p. (ISBN 2-701-01066-7, notice BnF no FRBNF34728148)
  • Ch. West, Unauthorised miracles in mid-ninth-century Dijon and the Carolingian church reforms, Journal of Medieval History 36 (2010), 295-311, en ligne ici

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d Arch. de Lyon, p. 34.
  2. Gadille 1983, p. 53.
  3. Gadille 1983, p. 50 & 55.
  4. « Archevêques de Lyon / », sur http://sbib.ck.bpi.fr/, Bibliothèque publique d'information, (consulté le 5 octobre 2013).
  5. « Histoire de Lyon », sur http://www.editions-lyonnaises.fr, Éditions lyonnaises d'art et d'histoire, (consulté le 5 octobre 2013).