Amiga CDTV

console de jeux
CDTV
CDTV.jpg

Fabricant
Type
Génération

Date de sortie
Fin de production
Système d'exploitation
Processeur
Mémoire interne
1 Mo Chip RAM
Média

Le CDTV, pour Commodore Dynamic Total Vision, communément appelé Amiga CDTV, est un ordinateur personnel et une console de jeu de quatrième génération développé par Commodore et commercialisée le aux États-Unis et le [1] en France[2]. Prenant la forme d'une platine de salon de couleur noire, le système est basé sur un ordinateur Amiga 500 avec un processeur Motorola 68000 à 7,16 MHz et un chipset graphique ECS fat Agnus exploitant 1 Mo de RAM et une ROM de 512 kio intégrant Kickstart 1.3[2],[3]. Elle intègre d'origine un lecteur cédérom 1x à caddie, support utilisé pour les logiciels. Son prix de lancement était de 999 $[3],[1] US avec une manette de jeux et deux logiciels. En France, le CDTV affiche un prix de lancement de 6 990 francs[4] et est accompagné de cinq logiciels (Ordicode, LTV English, Mind Run, Sim City et Music Maker)[2],[5],[6]. Elle a été pour la première fois présentée au Consumer Electronics Show de Las Vegas en 1991[7],[6].

En option sont disponibles un clavier[4], une souris[4], un trackball[4], un genlock[4], une télécommande[5], un lecteur de disquettes, une carte module Commodore CDTV SCSI avec un disque dur de 60 Mio.

Dans l'esprit de Commodore cette console de jeux visait un public familial néophyte en informatique, intéressé par les jeux mais aussi par les capacités multimédia et l'interactivité[6]. L'encyclopédie Grolier a été par exemple l'un de ses produits phares. Le fait de pouvoir transformer la console en ordinateur Amiga 500 était aussi une des fonctionnalités intéressantes du produit[2]. Cette console n'a pas eu un énorme succès et était essentiellement destinée aux marchés américain et allemand. Un prototype de CDTV-II, nommé CDTV CR (Cost Reduced, à coût réduit), a été construit mais abandonné. Il aurait dû intégrer plus de mémoire et un lecteur de disquettes. Commodore par la suite lança l'Amiga CD32 basée sur la même technologie que l'Amiga 1200, que l'on pourrait qualifier de successeur de la CDTV.

C'est la dernière console Commodore a être officiellement vendue sur le territoire américain, la Amiga CD32 n'ayant jamais été vendue officiellement sur ce territoire pour des raisons juridiques[8].

Spécifications techniquesModifier

Type Spécification [2],[1],[4],[5]
Processeur Motorola 68000 cadencé à 7,16 MHz (NTSC) - 7,09 MHz (PAL)
Mémoire Mo de mémoire Chip
Coprocesseurs Enhanced Chip Set. (ECS)
Système d'exploitation Kickstart 1.3 + module CDTV
CD-Rom Capacité 540 Mo
CD-Audio 8x
Sortie vidéo Péritel analogique RGB (PAL/SECAM/NTSC)

Logiciels & adaptations spécifiques CDTVModifier

Logiciels culturels, ludo-éducatifs ou créatifsModifier

  • A Bun for Barney
  • Barney Bear Go To School [3]
  • Grolier Encyclopedia (existe en anglais, allemand, italien, français)
  • The Illustrated Works of Shakespeare
  • Music Maker (États-Unis)
  • Welcome To CDTV (CD-ROM livré avec la console)
  • World Vista (États-Unis) [3]

Jeux vidéoModifier

Moins d'une centaine de jeux ont vu le jour sur Amiga CDTV. Une large part sont des rééditions de jeux Amiga 500. Divers jeux CDTV sont compatibles avec l'Amiga 500 – via son lecteur cédérom, l'Amiga A570 (en) – et avec la console Amiga CD32.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Mathieu Brisou, « CDTV : il est là ! », Tilt, no 91,‎ , p. 38-39.
  2. a b c d et e Philippe Ducalet, « Lancement du CDTV - Première Partie », AmigaNews, no 39,‎ , p. 10-11.
  3. a b c d e et f (en) Doub Barney, « CDTV Birth of a Nation? », Amiga World (en), no 29,‎ , p. 20-28.
  4. a b c d e et f « Dossier CD - Le CDTV de Commodore », Génération 4, no 34,‎ , p. 154-165.
  5. a b et c « CDTV : Oui mais… », Joystick, no 18,‎ , p. 46-49.
  6. a b et c Georges Brize, « Dossier - Le CDTV enfin là ! », Micro News, no 49,‎ , p. 38-40.
  7. (en) « America: Whatever Next? », New Computer Express, no 116,‎ , p. 4-5.
  8. « L'histoire du commodore: disparu mais pas oublié »  , sur Media Centerz, (consulté le )

Voir aussiModifier

Liens externesModifier