Sânkhibrê Amenemhat

pharaon égyptien
(Redirigé depuis Amenemhat VI)

Sânkhibrê Amenemhat VI
Image illustrative de l’article Sânkhibrê Amenemhat
Dédicace à Sânkhibrê Amenemhat VI
sur un linteau à Héliopolis.
Période Deuxième Période intermédiaire
Dynastie XIIIe dynastie
Fonction roi
Prédécesseur Ioufeni
Dates de fonction -1788 à -1785 (selon K. S. B. Ryholt)
-1730 à -1724 (selon D. Franke)
Successeur Semenkarê Nebnoun
Famille
Père Inyotef
Enfant(s) Reniseneb ?

Sânkhibrê Amenemhat VI est un roi de la XIIIe dynastie dont le règne se situe vers -1788 à -1785 (selon K. S. B. Ryholt) ou -1730 à -1724 (selon D. Franke).

AttestationsModifier

Sources contemporainesModifier

Sânkhibrê Amenemhat est attesté par quelques objets contemporains. Il s'agit notamment de deux sceaux-cylindres provenant de la bibliothèque el-Mahamid el-Qibli de Haute Égypte, dont l'un est dédié au Seigneur Sobek de Soumenou[1],[2],[3]. Une table d'offrandes portant le cartouche de Sânkhibrê Amenemhat a été découverte à Karnak et se trouve actuellement au Musée égyptien, CG 23040[4],[5]. Une stèle d'Abydos mentionne un fonctionnaire, Sânkhibrê-Seneb-Senebefeni, dont le nom est probablement basilophore est dédié à Sânkhibrê Amenemhat[6]. Une architrave provenant d'une tombe privée de la nécropole d'Héliopolis porte le nom de Sânkhibrê à l'intérieur d'un cartouche[7],[8]. Cependant, des recherches récentes indiquent que ce dernier monument pourrait appartenir à un autre roi portant un nom similaire, Sânkhibtaouy Sânkhibrê.

Sources postérieuresModifier

Sânkhibrê Amenemhat est inscrit sur le Canon royal de Turin, une liste de roi rédigée au début de la période ramesside et qui sert de source historique principale concernant la Deuxième Période intermédiaire. Selon la lecture du papyrus par l'égyptologue danois Kim Ryholt, Sânkhibrê Amenemhat apparaît dans la 7e colonne, 10e ligne sous son nom de Nesout-bity Sânkhibrê[1],[7].

Sânkhibrê Amenemhat est également mentionné sur la liste royal de Karnak, entrée 37.

FamilleModifier

L'égyptologue Kim Ryholt propose qu'Sânkhibrê Amenemhat était membre d'une famille royale plus large comprenant les pharaons Sekhemkarê Amenemhat V, Ameny-Qemaou, Hotepibrê Sahornedjheritef et Ioufeni. Il fonde cette conclusion sur les doubles noms de Sa-Râ portés par ces pharaons, qu'il estime être des noms filiaux, c'est-à-dire des noms faisant référence à ses parents. Ainsi, Sekhemkarê Amenemhat V aurait été suivi par son fils Ameny-Qemaou (Ameny étant le diminutif d'Amenemhat), ce dernier étant suivi par Hotepibrê Qemaou-Sahornedjheritef. Sânkhibrê Ameny-Antef-Amenemhat ferait également partie de la famille, étant le fils d'un Antef et le petit-fils de Sekhemkarê Amenemhat. Un Antef, qualifié de Fils du Roi, est attesté par des scarabées datant de ce début de la XIIIe dynastie. Le prédécesseur de Sânkhibrê Amenemhat, le roi Ioufeni, ferait également partie de cette famille, bien que sa relation précise avec les autres membres ne puisse être établie en raison du manque de matériel datant de son très court règne[1].

Moins de 10 ans après le règne de Sânkhibrê Amenemhat, un roi nommé Amenemhat-Reniseneb est monté le trône. Suivant la même logique, il serait le fils d'un roi Amenemhat qui pourrait être Sânkhibrê Amenemhat ou l'un des rois intermédiaires[1].

L'analyse de Ryholt est contestée par certains égyptologues car elle repose sur l'hypothèse non prouvée que les doubles noms sont nécessairement des nominatifs filiaux.

Étendue du territoire contrôléModifier

Il n'est pas clair si Sânkhibrê Amenemhat a régné ou non sur toute l'Égypte. Il avait probablement le contrôle de la Basse-Nubie, qui avait été conquise pendant la XIIe dynastie et ne serait pas abandonnée avant au moins 60 ans. Son contrôle sur la Basse-Égypte est débattu. Ryholt pense que la XIVe dynastie cananéenne existait déjà à l'époque, formant un royaume indépendant contrôlant au moins le delta oriental du Nil[1]. Si cette analyse est acceptée par certains spécialistes, dont Gae Callender, Janine Bourriau et Darrell Baker[7],[9],[10], elle est rejetée par d'autres, dont Manfred Bietak, Daphna Ben-Tor, James et Susan Allen, qui affirment que la XIVe dynastie ne pouvait pas exister avant le roi Khâneferrê Sobekhotep[11],[12],[13].

TitulatureModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e K.S.B. Ryholt: The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period, c.1800–1550 BC, Carsten Niebuhr Institute Publications, vol. 20. Copenhagen: Museum Tusculanum Press, 1997, excerpts available online here.
  2. William C. Hayes: The Scepter of Egypt: A Background for the Study of the Egyptian Antiquities in The Metropolitan Museum of Art. Vol. 1, From the Earliest Times to the End of the Middle Kingdom, MET Publications 1978, available online, see p. 342 fig. 226
  3. Jean Yoyotte: Le Soukhos de la Maréotide et d'autres cultes régionaux du Dieu-Crocodile d'après les cylindres du Moyen Empire, Bulletin de l'Institut Français d'Archeologie Orientale (BIFAO) 56, 1957, p. 81–95 available online « https://web.archive.org/web/20141006074642/http://www.ifao.egnet.net/bifao/Bifao056_art_08.pdf »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), see p. 88 2.cc
  4. Ahmed Bey Kamal: Tables d'offrandes, vol. I, Le Caire, 1909, available online see item 23040 p. 31–37
  5. Auguste Mariette-Bey: Karnak. Étude topographique et archéologique avec un appendice comprenant les principaux textes hiéroglyphiques découverts ou recueillis pendant les fouilles exécutées a Karnak, Leipzig, 1875, available online see p. 45–46 pl. 9–10.
  6. Marie-Pierre Foissy-Aufrère (editor): Égypte & Provence. Civilisation, survivances et «cabinetz de curiositez», 1985, 76–78, 80 fig. 41
  7. a b et c Darrell D. Baker: The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I - Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300–1069 BC, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9), 2008, p. 33–34
  8. Detlef Franke: Zur Chronologie des Mittleren Reiches (12.-18. Dynastie) Teil 1 : Die 12. Dynastie, in Orientalia 57 (1988) see p. 267–268 no. 57
  9. Gae Callender: The Middle Kingdom Renaissance (c. 2055–1650 BC) in Ian Shaw (editor): The Oxford History of Ancient Egypt, Oxford University Press (2004), (ISBN 978-0192804587)
  10. Janine Bourriau: The Second Intermediate Period (c.1650-1550 BC) in: Ian Shaw (editor): The Oxford History of Ancient Egypt, 2000, Oxford University Press, (ISBN 0-19-815034-2)
  11. Daphna Ben-Tor & James and Susan Allen: Seals and Kings, Bulletin of the American Schools of Oriental Research (BASOR) 315, 1999, p. 47-73.
  12. Manfred Bietak: Egypt and Canaan During the Middle Bronze Age, BASOR, 281 (1991), p. 21-72, esp. p. 38, available online
  13. Daphna Ben-Tor: Scarabs, Chronology, and Interconnections: Egypt and Palestine in the Second Intermediate Period, Volume 27 of Orbis biblicus et orientalis / Series archaeologica: Series archaeologica, Academic Press Fribourg 2007, (ISBN 978-3-7278-1593-5), excerpts available online