Ouvrir le menu principal

Amelia Rosselli

poétesse italienne
Amelia Rosselli
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalités
Italienne ( - ), Italienne ( - )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Domaine
Instrument
Orgue (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Influencée par
Targa Amelia Rosselli in Via del Corallo - Roma.jpg
plaque commémorative
9013 - Roma - Cimitero acattolico - Tomba Amelia Rosselli (1930-1996) - Foto Giovanni Dall'Orto, 31-March-2008.jpg
Vue de la sépulture.

Amelia Rosselli, née le à Paris, morte le à Rome, est une poétesse italienne[1].

BiographieModifier

Fille de Carlo Rosselli et Marion Cave, Amelia Rosselli naît à Paris durant l'exil de son père, militant antifasciste cofondateur du mouvement Giustizia e Libertà.

Pendant la guerre, la famille est ballotée de France en Suisse, de Suisse en Angleterre, puis aux États-Unis, où Amelia Rosselli se familiarise avec les grands noms de la littérature anglo-saxonne, James Joyce, Ezra Pound, Sylvia Plath. Mais plus que la littérature, c'est d'abord la musique qui la passionne.

Après guerre, à la mort de sa mère, elle se rend pour la première fois en Italie. Mais ce n'est que dans les années 1950 qu'elle décide de s'installer définitivement à Rome. Parlant et écrivant en trois langues (français, anglais, italien), elle hésite longtemps entre les langues. Elle écrira en italien et anglais (voir son recueil Sleep)

Cousine d'Alberto Moravia, fille d'un personnage illustre, elle s'insère rapidement dans la vie culturelle de la capitale italienne, et devient une proche du Gruppo 63. Elle ne fera toutefois jamais partie officiellement de ce groupe. En 1962 elle rencontre Pier Paolo Pasolini qui rédige une préface à ses poèmes, ce qui lui permet de publier Variazioni belliche chez Garzanti en 1964 (Variations de guerre chez Ypsilon en 2014). Suivent Serie Ospedaliera, Documento, Appunti Sparsi e Persi, qui finissent de l'inscrire dans une modernité poétique qui fait d'elle une des voix les plus importantes de la poésie italienne de la seconde moitié du XXe siècle, associée à la « Génération des années trente ».

L'assassinat de son père (1937) et la maladie de Parkinson marquent durablement Amelia Rosselli qui souffrira toute sa vie de troubles psychiques qui la poussent au suicide le . Elle est enterrée au cimetière du Testaccio.

PublicationsModifier

PoésieModifier

  • Variazioni belliche, Milan, Garzanti, 1964
  • Serie ospedaliera, Milan, Il Saggiatore, 1969
  • Documento (1966-1973), Milan, Garzanti, 1976
  • Primi scritti (1952-1963), Milan, Guanda, 1980
  • Impromptu, Genova, San Marco dei Giustiniani, 1981
  • Appunti sparsi e persi, 1966-1977. Poesie, Reggio Emilia, Aelia Laelia, 1983
  • La libellula, Milan, SE, 1985 (ISBN 88-7710-010-9)
  • Antologia poetica, Milan, Garzanti, 1987
  • Sonno-Sleep (1953-1966), Rome, Rossi & Spera, 1989
  • Sleep. Poesie in inglese, Milan, Garzanti, 1992 (ISBN 88-11-63687-6)
  • Variazioni belliche, Fondazione Marino Piazzolla, 1995, préface Pier Paolo Pasolini
  • Le poesie, Milan, Garzanti, 1997 (ISBN 88-11-66924-3)
  • L'opera poetica, éd. Stefano Giovannuzzi, Milan, Mondadori, 2012 (« I Meridiani ») (ISBN 978-88-04-60485-3)

Sonno-SleepModifier

Ce recueil de poésie est directement inspiré de l'attrait d'Amelia pour les sonorités. Sonorités musicales de la poésie, sonorité de l'environnement immédiat, la poétesse repoussera les limites dans la confrontation ou la symbiose de la musicalité du texte et de ce que peut capter l'oreille humaine. Ville, campagne, corps, atmosphère, etc, ses inspirations sont multiples. Ce qui est couché sur le papier doit pouvoir resurgir à la lecture. Plus qu'un écho, une source sonore qui jailli à la lecture pour se déverser et envahir l'esprit à l'écoute. [2] Elle réaffirmera l'injonction du corps.

ProseModifier

  • Prime prose italiane, 1954
  • Diario ottuso. 1954-1968, Rome, IBN, 1990 (ISBN 88-7565-072-1)

EssaisModifier

AutresModifier

  • Lettere a Pasolini. 1962-1969, Gênes, S. Marco dei Giustiniani, 2008 (ISBN 978-88-7494-215-2)
  • È vostra la vita che ho perso. Conversazioni e interviste 1964-1995, Florence, Le Lettere, 2010 (ISBN 978-88-6087-318-7)

Publications en françaisModifier

  • Document, traduction de Rodolphe Gauthier, Éditions La Barque, 2015
  • La Libellule, traduction de Marie Fabre, Ypsilon, 2014
  • Variations de guerre, Ypsilon, 2012, traduction de Marie Fabre[3].
  • Impromptu, bilingue (trad. fr. et postface de Jean-Charles Vegliante), Paris, Tour de Babel, 1987 (ISBN 2-9501979-0-6), à présent dans éd. trilingue, Toronto, Guernica, 2014
  • Écriture plurilingue : voir par exemple le "nouveau recueil"[4]
  • La libellule (suite), tr. J.-Ch. Vegliante [5],[6]

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Toutes les références sont tirées de la chronologie publiée dans les œuvres poétiques complètes de la poétesse parues chez Mondadori en septembre 2012, sous la direction de Stefano Giovannuzzi
  2. Amelia Rosselli Poeti italiani del Novecento, Pier Vincenzo Mengaldo 1978 livre en italien études de textes sortis séparément avant leur publications en recueils.
  3. http://ypsilonediteur.com/fiche_auteur.php?id=53
  4. http://www.lenouveaurecueil.fr/Rosselli.htm
  5. http://www.recoursaupoeme.fr/amelia-rosselli/la-libellule-panégyrique-de-la-liberté-suite
  6. « La Libellule »