Ambroise Mottet

personnalité politique française

Ambroise Mottet
Fonctions
24e maire d'Aix-en-Provence

(10 mois et 8 jours)
Prédécesseur Joseph Chambaud
Successeur Joseph Chambaud
Député de Vaucluse

(6 ans, 6 mois et 4 jours)
Député de Vaucluse

(4 ans et 7 jours)
Biographie
Nom de naissance Ambroise François Jean-Baptiste Mottet
Date de naissance
Lieu de naissance Aix-en-Provence
(Bouches-du-Rhône)
Date de décès (à 69 ans)
Lieu de décès Aix-en-Provence
(Bouches-du-Rhône)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession Avocat, notaire, procureur général, conseiller d'État, recteur

Ambroise Mottet
Maire d'Aix-en-Provence

Ambroise François Jean-Baptiste Mottet est un homme politique français né le à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) et mort le dans la même ville.

BiographieModifier

Ambroise Mottet est issu d'une famille d'avocats et de procureurs au Parlement de Provence. Son père François-Philippe Mottet est professeur de droit civil à la Faculté d'Aix. Ambroise Mottet noue des amitiés parmi des hommes politiques de Provence en intégrant le Cénacle d'Aix où il côtoie notamment Adolphe Thiers et François-Auguste Mignet[1]. Docteur en Droit en 1816, il exerce la profession d'avocat près la Cour d'Aix de 1816 à 1825. En dehors de sa carrière politique, Ambroise Mottet est nommé Procureur du Roi à Marseille en 1831. C'est après sa première élection en tant que député de Vaucluse qu'il est nommé procureur général en Corse (1833) puis à Orléans (1837). Conseiller d'État en 1839, il occupa cette fonction jusqu'au où il fut admis à la retraite, et rentra pour quelques années dans la vie privée. Mais, s'étant rallié au second Empire, il accepta de M. Fortoul, en 1854, les fonctions de recteur de l'académie d'Aix poste qu'il occupa jusqu'en 1860[2].

Carrière politiqueModifier

Il a été maire d'Aix-en-Provence du au . Député de Vaucluse (arrondissement d'Apt) à partir de 1835, il fut réélu en 1837, 1839, 1844 et 1846. M. Mottet ne cessa d'appartenir à la fraction ministérielle ; il appuya l'adresse de 1839, soutint le ministère Molé, vota pour la dotation du duc de Nemours, pour les fortifications de Paris et contre l'adjonction des capacités[3].

BibliographieModifier

ComplémentsModifier

Notes et référencesModifier

  1. M. Thiers : souvenirs d'un vieux Marseillais, Sébastien Berteaut, impr. de Cayer et Cie, Marseille, 1872, p. 17.
  2. Journal d'Hippolyte Fortoul: Ministre de l'instruction publique et des cultes (1811-1856), Tome 2, 1er juillet 1855 - 4 juillet 1856, Hippolyte Fortoul, Geneviève Massa-Gille, Librairie Droz, 1989, p. 101.
  3. Dictionnaire des parlementaires français : comprenant tous les membres des assemblées françaises et tous les ministres français depuis le ler mai 1789 jusqu'au ler mai 1889, avec leurs noms, état civil, états de services, actes politiques, votes parlementaires, etc., vol. 4, Adolphe Robert, Edgar Bourloton, Gaston Cougny, Bourloton, 1891, p. 445.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier