Amboyna Cay
Spratly Islands-CIA WFB Map.png
Géographie
Pays
Partie de
Superficie
0,01 km2Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Fonctionnement
Statut

Amboyna Cay, également connue sous le nom d'An Bang Island, ( en vietnamien : Đảo An Bang, en malais : Pulau Amboyna Kecil) et sous d'autres noms est une île de l'archipel des îles Spratleys dans la mer de Chine méridionale[1]. Elle se trouve au sud-ouest de Barque Canada Reef, au sud des récifs de Londres et au nord-ouest de Swallow Reef.

Avec une superficie de 1,6 hectares (3,953686096 acre), il s’agit de la treizième plus grande île naturelle des iles Spratleys et de la sixième parmi celles occupées par le Vietnam .

L'île comprend deux parties: la partie orientale constituée de sable et de corail et la partie occidentale recouverte de guano. Il y a un récif frangeant sur sa côte. Un obélisque d'environ 2,7 m de haut se dresse à on coin sud-ouest et il y a peu de végétation. Elle est décrite par certains comme lourdement fortifiée[2]. Un phare est opérationnel sur l'île depuis .

L'île est également revendiquée par la Chine, la Malaisie, les Philippines et Taiwan.

Histoire récenteModifier

En 1978, la marine royale malaisienne débarqua sur l'île et y plaça des balises. Cependant, les marqueurs furent ensuite détruits par le Vietnam qui occupe maintenant l’île[3].

Le , les forces occupant le pays ont tiré des coups de semonce sur un bateau transportant six radioamateurs essayant une DX-pedition à Amboyna Cay. [ citation nécessaire ] En 1982, les forces armées vietnamiennes ont ouvert le feu sur un yacht en provenance de Singapour exploité par le propriétaire du bateau et son épouse et transportant quatre allemands en direction de DX à Amboyna Cay. L'un des passagers, Diethelm Mueller, a été touché par une balle d'artillerie et est tombé par-dessus bord. Le yacht a brûlé et le reste de l'équipage a dérivé pendant 11 jours sur des débris. Un autre de ses occupants, Gero Band, est mort de soif la veille du sauvetage des survivants par un cargo japonais qui les a emmenés à Hong Kong[4].

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. NGA Chart 93047 showing the South West of Dangerous Ground, www.oceangrafix.com
  2. « Digital Gazetter of Spratly Islands » [archive du ] (consulté le 22 mars 2008)
  3. Joshua Ho et Sam Bateman, Maritime Challenges and Priorities in Asia: Implications for Regional Security, Routledge, , 74– p. (ISBN 978-1-136-29820-2, lire en ligne)
  4. « The Spratly Islands DXpedition Gets Wings », arrl.org,