Ama Tutu Muna

ministre de la culture camerounaise
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tutu (homonymie) et Muna (homonymie).
Ama Tutu Muna
AmaTutuMuna.jpg
Fonction
Ministre de la Culture (en)
Cameroun
-
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (59 ans)
LimbéVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Parti politique

Ama Tutu Muna (née le ) est une femme politique camerounaise qui fut Ministre des Arts et de la Culture de 2007 à 2015.

Enfance et éducationModifier

Ama Tutu Muna est née le à Limbé dans la Région du Sud-Ouest[1]. Elle y fera ses études primaires et élémentaires, et poursuivra ses études universitaires à Yaoundé; où elle fera des études en Traduction[2]. Elle est la plus jeune des huit enfants nés de Elizabeth Ven Ndingsa et de Salomon Tandeng Muna, ancien Premier Ministre du Cameroun anglophone, puis Vice-Président du Cameroun[3]. Parmi ses frères on peut compter : Bernard Muna, ancien Président de l' Alliance des Forces Progressistes et Akere Muna, Président du Conseil de la conférence internationale Anti-Corruption.

Ama Tutu Muna a étudié la linguistique à l'Université de Montréal au Canada, où elle a obtenu son diplôme en 1983.

CarrièreModifier

Ama Tutu Muna fut Secrétaire d'État au Ministère du Commerce de 2004 à 2007. Elle fut nommée Ministre des Arts et de la Culture en 2007[4]. Elle a mis sur pied la Coopérative des Femmes de Mbengwi pour améliorer la condition de la femme en milieu rural et a fondé le Forum des Femmes du Nord-Ouest[5].

En 2014, Ama Tutu Muna fut critiquée pour avoir transféré des objets d'art de la Région du nord-ouest vers la capitale Yaoundé[6]. Le , le Premier Ministre Philemon Yang lui a intimé l'ordre de dissoudre sous quarante-huit heures la SOCACIM, la société des droits d'auteur qu'elle venait de créer[7]. Sa mauvaise gestion des droits d'auteur lui a valu de ne pas faire partie du nouveau gouvernement suite au remaniement du [8]. En , il lui a été demandé de quitter sa villa de fonction au quartier Bastos, mais elle a refusé et affirmé qu'elle avait pris des dispositions pour l'acheter. Jusqu'en , elle n'avait toujours pas quitté les lieux[9],[10],[11].

Vie personnelleModifier

Ama Tutu Muna a eu un fils, Efemi Nkweti Muna, né en 1987. Il est mort dans un accident de circulation le [12],[13].

Autres projetsModifier


RéférencesModifier

  1. (en) « The New Ministers », Post Newsline, (consulté le 22 novembre 2016)
  2. Dieudonné Tahafo Fonguieng, Histoire des femmes célèbres du Cameroun, Yaoundé, Editions COGNITO, , 178 p. (ISBN 9956-412-01-5), p. 56-58
  3. (en) Clarisse Juompan-Yakam, « Le Cameroun leur appartient - Les grandes familles du Cameroun - Jeuneafrique.com - le premier site d'information et d'actualité sur l'Afrique », JEUNEAFRIQUE.COM, (consulté le 29 mars 2015)
  4. « The Rise and Fall of Ama Tutu Muna », The Eye Newspaper, sur The Eye Newspaper, (consulté le 22 novembre 2016)
  5. « H.E Ama Tutu Muna: The Woman Emancipator », The Eye Newspaper, sur The Eye Newspaper, (consulté le 22 novembre 2016)
  6. Samson Muteh, « Cameroon's Minister of Culture chastise for "scandalous" and "abominable" acts », The Fomunyoh Foundation, (consulté le 22 novembre 2016)
  7. Pamela Bidjocka, « Author’s Rights: Prime Minister weighs in », CRTV, (consulté le 22 novembre 2016)
  8. Basil Afoni, « Passports of 8 Sacked Ministers Seized », Cameroon Post, sur Cameroon Post, (consulté le 22 novembre 2016)
  9. « Cameroon: Biya abandons Ministers to lodge in Hotel Monte Febe 11 months after being appointed », Cameroon Concord, sur Cameroon Concord, (consulté le 22 novembre 2016)
  10. « Cameroon: Ama Tutu Muna chased from the ministerial villa », Cameroon Voice, sur Cameroon Voice, (consulté le 22 novembre 2016)
  11. « L'ancienne ministre de la culture a été 'bousculée', de sa villa, une pratique inhabituelle au Cameroun », Camer.be, sur Camer.be, (consulté le 22 novembre 2016)
  12. « Cameroon's Minister of Arts and Culture's son killed in a road accident », Empower Success in Africa, sur Empower Success in Africa, (consulté le 22 novembre 2016)
  13. « Efemi Kwenti Muna, the only son of the Cameroon's Minister of Art and Culture was finally put to rest », Empower Success in Africa, sur Empower Success in Africa, (consulté le 22 novembre 2016)