Ouvrir le menu principal

L'Alyndisiz était l'une des trois sortes de lutte qui existaient jadis en Grèce avec l'Orthopale (lutte debout) et la Kulindisiz (lutte départ à genoux, pour les entraînements). Certains historiens ajoutent une quatrième sorte de lutte : la "lutte des doigts", Acrocheirismos, quand les lutteurs se saisissaient les mains en se tordant les doigts jusqu'à mettre à terre leur adversaire. Mais pour la plupart des historiens, il s'agit simplement d'une phase de combat de la lutte orthopale. Le lutteur Léontiskos de Messène et le pancratiaste Sostratos de Sykion dit "Le briseur de doigts" étaient réputés dans l'Antiquité pour maîtriser cette technique.

L'Alyndisiz ou "lutte allongée" autorisait la poursuite de la lutte au sol (contrairement à la "lutte debout", l'orthopale) avec toute une gamme de techniques allant des clés articulaires aux étranglements. Elle n'était pas pratiquée en tant que telle aux Jeux Olympiques mais entrait dans l'entraînement propre au pancrace (discipline olympique dès 648 av. J.-C.).

Milon de Crotone s'illustra en remportant six fois l'épreuve d'orthopale à Olympie.

Voir aussiModifier