Alur (peuple)

Alur
Description de cette image, également commentée ci-après
Population alur en Ouganda

Populations importantes par région
Drapeau de l'Ouganda Ouganda

878 453 (2014)[1] Origine= Haute-Égypte Langue=Alur Religion=Christianisme et culte des ancêtres (lam the kwaru) Groupe lié= peuple nilotique Ethnie liée :ensemble tributaire luo(luo Kenya, Luo Tanzanie, Acoli, Lang'o, Teso, Dama, Jurchol, Nuer)

Région : Afrique de l'est
Autres

Les Alur sont une population d'Afrique centrale et de l'Est, vivant sur les rives septentrionales du lac Albert, au nord-est de la République démocratique du Congo, dans le territoire de Mahagi, dans le Territoire de Djugu(Mambisa/Pamitu, Musekere, Muganga) et au nord-ouest de l'Ouganda. Le peuple Alur fait partie de grandes familles Luo ou Lwo que regroupent les Acoli, Jurchol, les Teso, Lang'o, Dama et Nuer. Au Kenya, contrairement aux autres pays de l'Afrique de l'est, l'appellation luo est unique pour le Kenya pour lequel il occupe la troisième place en nombre après le Kikuyu et le Luhya; également en Tanzanie.D'autres communautés sont établies au Kenya, au Soudan, en Tanzanie et en Éthiopie.

EthnonymieModifier

Selon les sources et le contexte, on observe différentes formes : Alour, Alulu, Alurs, Aluur, Joalur, Jonam, Jo Nam, Luri ou Lur[2].

PopulationModifier

Lors du recensement de 2014 en Ouganda, on a dénombré 878 453 Alur[1].

LangueModifier

Ils parlent l'alur, une langue nilotique occidentale. Le nombre de locuteurs est estimé à 1 367 000, dont 750 000 pour la République démocratique du Congo (2001) et 617 000 pour l'Ouganda (2002)[3].

CultureModifier

Ce peuple reste, jusqu'à ce jour, attaché à l'art. C'est pourquoi la plupart de ses outils restent des objets taillés, sculptés ou fait de terre: manche de houe, siège, potier... Et leurs richesses culturelles (chansons, légendes, historiettes, traditions, produits (plantes) thérapeutiques...), malgré la scribalité, se transmettent encore oralement et sont gardés dans les mémoires populaires. Il y a encore très peu d'écrit sur leur culture, sauf quelques efforts de ses rares fils intellectuels aujourd'hui.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) National Population and Housing Census 2014. Main Report, Uganda Bureau of Statistics 2016, p. 71
  2. (fr) Source BnF [1]
  3. (en) Fiche langue[alz]dans la base de données linguistique Ethnologue.
  4. Musée royal de l'Afrique centrale

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Jalobo Jacan Ngomlokojo, Rituals of religious worship among the traditional Alur, Gulu, Ouganda?, 1985, 143 p.
  • (en) Okete J.E. Shiroya, « Alur Culture and Society (c1650-1850) », in Journal of Eastern African Research & Development, vol. 12, 1982, p. 13-20, [lire en ligne]
  • (en) Aidan W. Southall, Alur society : a study in processes and types of domination, LIT Verlag, International African Institute, Münster (Allemagne), 2004 (nouvelle éd.), 397 p. (ISBN 3-8258-6119-8)
  • (nl) M. Vanneste, Legenden, geschiedenis en gebruiken van een Nilotischvolk. Alur teksten, Mahagi, Belgisch-Kongo, Institut Royal Colonial Belge, Bruxelles, 1949, 201 p.

DiscographieModifier

  • (en) Forest music : northern Belgian Congo : 1952 (Hugh Tracey, collecteur), International Library of African Music, Grahamstown, 2000, CD (65 min 48 s) + brochure (16 p.). Les enregistrements concernent les peuples suivants : Mayogo, Meje, Azande, Bobwa, Alur, Balendu, Lokele.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :