Ouvrir le menu principal

Altdorf (Uri)

commune suisse et chef-lieu du canton d'Uri
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Altdorf.

Altdorf
Altdorf (Uri)
Blason de Altdorf
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton d'Uri Uri
Maire Heini Sommer
NPA 6460
N° OFS 1201
Démographie
Population
permanente
9 273 hab. (31 décembre 2017)
Densité 908 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 52′ 51″ nord, 8° 38′ 22″ est
Altitude 824 m
Min. 430 m
Max. 1 730 m
Superficie 10,21 km2
Divers
Nom officiel Altdorf (UR)
Langue Allemand
Localisation
Localisation de Altdorf
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton d'Uri

Voir sur la carte administrative du Canton d'Uri
City locator 14.svg
Altdorf

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Altdorf

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Altdorf
Liens
Site web www.altdorf.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Altdorf est une commune suisse, capitale du canton d'Uri.

GéographieModifier

Selon l'Office fédéral de la statistique, Altdorf mesure 10,21 km2[2].

Le village d'Altdorf est situé 458 m d’altitude, dans la plaine de la Reuss, peu avant l'embouchure de celle-ci dans le lac des Quatre Cantons.

Altdorf est connue pour être une région soumise au foehn et la température de l’air y atteint alors une des valeurs les plus élevées de Suisse[3].

DémographieModifier

Selon l'Office fédéral de la statistique, Altdorf possède 9 273 habitants fin 2017[1]. Sa densité de population atteint 908 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population d'Altdorf entre 1850 et 2008[4] :

 

HistoireModifier

Le bourg est connu depuis 744[5]. En 1899 fut ouverte la route du Col du Klausen établissant une liaison entre le canton d'Uri et le canton de Glaris. On y voit une fontaine à l'endroit où était, dit-on, le tilleul contre lequel on plaça le fils de Guillaume Tell, quand son père abattit la pomme de dessus sa tête.

ÉconomieModifier

CultureModifier

Monuments et curiositésModifier

  • La statue de Guillaume Tell a été réalisée par Richard Kissling en 1895. Le paysage à l'arrière plan, exécuté d'après un projet de Hans Sandreuter, représente le Schächental, patrie légendaire de Guillaume Tell.
  • L'Hôtel de Ville en style néo-classique fut reconstruit en 1805-06 par Nicolas Putschert. A l'intérieur, sa riche collection d'anciennes bannières uranaises est à considérer. A côté du bâtiment se tient une tour médiévale, à l'origine tour d'habitation, qui fut vendue à la commune en 1517 ; une coupole la surmonte depuis 1808.
  • L'Hôpital des Étrangers, fondé en 1437, qui a pour origine la position d'Altdorf sur la route du col du Saint-Gothard. Restauré en 1551, reconstruit en 1803, il était essentiellement destiné à accueillir les voyageurs sans ressources. L'étroite cour intérieure, cernée par deux ailes principales, est délimitée au fond par la façade de la chapelle du XVIIIe s.
  • Le couvent de Capucins, le premier édifié en Suisse (1581), doit sa fondation au cardinal milanais Charles Borromée qui espérait que la propagation de l'ordre au nord des Alpes renforcerait la Contre-Réforme. L'église consacrée en 1585 a été reconstruite en 1804-07.
  • Le couvent des Capucines Saint-Charles, fondé en 1677, fut l'un des rares bâtiments épargné par l'incendie de 1799, attisé par une tempête de foehn.
  • La maison de Souvorov, qui doit son nom au général russe Alexandre Souvorov qui y prit ses quartiers en 1799 après que ses troupes eurent forcé le passage des Schöllenen en dépit de la résistance acharnée des Français. L'édifice remonte au XVIe s. ; il est l'un des plus anciens bâtiment d'Altdorf épargné par les incendies de 1693 et de 1799.
  • L'église paroissiale Saint-Martin, réédifiée par Joseph Rey en 1800-1810. La nef unique avec deux chapelles latérales formant transept possède encore la décoration néo-classique de ses origines. A côté dans le cimetière se trouve la chapelle Sainte-Anne à deux étages de style gothique tardif.
  • La maison von Roll, édifiée en 1562 pour le chevalier Walter von Roll (vers 1520-1591), fut reconstruite en 1799 en style néo-classique. Ami du cardinal Charles Borromée, Walter von Roll fut un des chefs de file de la Contre-Réforme en Suisse.
  • La maison im Eselmätteli du XVIIe s. a été réaménagée en style rococo en 1764.
  • Dominant le cimetière au milieu de jardins formant des terrasses, la maison Oberes Vogelsang fut construite en 1815. Son pignon incurvé évoque encore le baroque.
  • La maison Ankenwaage se dresse à la place d'un poids public pour le beurre et le sel attesté depuis le XVIe s. Construite en 1824, elle est de style Biedermeier.
  • La Tour des Sorcières (Hexenturm) contiguë à la maison Ankenwaage servait à l'origine de prison.
  • Les bâtiments de la fabrique Dätwyler S.A. ont été construits en 1947 d'après les plans de Otto von Salvisberg. Durant l'entre-deux guerres, le développement de la firme constitua un élément important pour l'économie d'Altdorf, la construction du chemin de fer du Gothard représentant une grave menace économique pour la localité[6].

ManifestationsModifier

  • La Société des jeux de Tell présente chaque année Guillaume Tell, la pièce de Schiller, interprétée librement par des acteurs amateurs de la région.
  • Festival international de musique des Alpes (de) alpentoene.ch

DistinctionsModifier

TransportsModifier

AnnexesModifier

RéférencesModifier

Dans le monde de Warhammer, la capitale de l'Empire se nomme Altdorf.

PersonnalitésModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon la région, le sexe, le lieu de naissance et l'état civil, en 2017 », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 30 septembre 2018).
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. Journal forestier suisse, Volume 131, Page 1092
  4. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  5. Dezobry et Bachelet, Dictionnaire de biographie, t.1, Ch.Delagrave, 1876, p.67
  6. Guide culturel de la Suisse, Zürich, Ex Libris, , 445 p., p. 34-36

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :