Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laverrière (homonymie).

Alphonse Laverrière
Image illustrative de l’article Alphonse Laverrière
La tour du Bel-Air Métropole
Présentation
Naissance
Carouge
Décès
Lausanne
Nationalité Drapeau de la Suisse Suisse
Activités Architecte
Professeur à l'École polytechnique fédérale de Zurich
Formation École nationale supérieure des beaux-arts de Paris
Ses élèves Paul Lavenex
Œuvre
Réalisations Gare CFF de Lausanne
Cimetière du Bois-de-Vaux
Bel-Air Métropole, Lausanne
Tribunal Fédéral, Lausanne
Monument international de la Réformation, Genève
Entourage familial
Père Pierre Laverrière
Mère Caroline Dacati
Famille Adèle Jeannette Lithauer (épouse)
Compléments
Membre de la Société suisse des ingénieurs et architectes
Membre de la Fédération des architectes suisses

Alphonse Laverrière, né le à Carouge et mort le à Lausanne, est un architecte suisse.

Sommaire

BiographieModifier

Fils d'un tonnelier de Carouge, il se forme à l'École des Beaux-arts de Genève et puis à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. Il est diplômé en 1891. Installé à Lausanne depuis 1901, il est associé jusqu'en 1915 à Eugène Monod, avec lequel il remporte en 1912 la médaille d'or d'architecture[1] aux Jeux olympiques de 1912. Il fait partie des réalisateurs du Monument international de la Réformation à Genève (1908-1917) et de la gare CFF de Lausanne (1908-1916). En 1913 il est parmi les fondateurs de l'association L'Œuvre. En 1919, il gagne le concours Cimetière du Bois-de-Vaux. Il est aussi l'auteur de la tour du Bel-Air Métropole, du Jardin botanique de Lausanne, du tablier du Pont Chauderon, du Tribunal fédéral. Entre 1917 et 1926, il dirige l'atelier artistique de la firme Zenith, pour laquelle il dessine aussi plusieurs bâtiments. En 1929 il est nommé professeur à l'École polytechnique fédérale de Zurich, où il enseignera jusqu'à 1942.

Prix et reconnaissancesModifier

  • 1912 : Médaille d'or d'architecture aux Jeux Olympiques de Stockholm, avec Eugène Monod.
  • 1953 : Docteur honoris causa de l'université de Lausanne.

Réalisations les plus significativesModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


SourcesModifier

LittératureModifier

  • Isabelle Rucki, Dorothee Huber, Architektenlexikon der Schweiz 19./20. Jahrhundert Bâle, Boston, Berlin 1998, p. 337.
  • Pierre Frey (dir.), Alphonse Laverrière (1872-1954), parcours dans les archives d'un architecte, Lausanne : Les Archives de la construction moderne, 1999.
  • Dagmar Böcker, « Laverrière, Alphonse » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  • "Alphonse Laverrière architecte: 1872-1954", dans: A Suivre (Bulletin de la Section vaudoise de Patrimoine suisse) n° 61-62-63 (septembre 2013, février-mai 2014).

RéférencesModifier

  1. Participation suisse aux compétitions artistiques des Jeux olympiques de Stockholm en 1912.
  2. a b c d et e Gilles Simond, « Laverrière a marqué Lausanne de son empreinte », 24 heures,‎

Sur les autres projets Wikimedia :