Ouvrir le menu principal

Alpha-fœtoprotéine

protéine humaine
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir AFP (homonymie).

L'alpha-fœtoprotéine ou alpha-1-fœtoprotéine (AFP) est une protéine qui n'est normalement produite que par le fœtus au cours de son développement. Chez des adultes, il peut servir de marqueur tumoral[1]. Si on trouve des taux élevés ou bas d'AFP dans le liquide amniotique, il peut indiquer un trouble du développement chez le bébé. Un conseil génétique est en principe de mise si le screening de l'AFP (triple test) est positif.

Les valeurs de référence de l'alpha-fœtoprotéine (<10 ng/mL ) dans le plasma sanguin sont très basses, mais elles s'élèvent un peu en cours de grossesse. Si les taux sont encore plus élevés que ceux-ci, cela pourrait indiquer l'évolution d'un phénomène pathologique.

Le temps de demi-vie est de 5 à 6 jours.

HistoriqueModifier

L'AFP est l'une des premières alpha-globulines qui apparaît dans le serum pendant le développement embryonnaire : elle a été découverte en 1963 par G.I. Abelev, un immunologiste russe[1],[2].
Dans les années 1970, certains auteurs ont pensé que cette protéine pouvait jouer un rôle d'immunorégulation entre la mère et le fœtus[3] mais cette hypothèse a été écartée[4]. Par la suite, des travaux ont montré l'implication de l'AFP dans la régulation de l'expression des gènes liés à l'organogénèse hépatique[5].

AFP élevé chez l'adulte en dehors de la grossesseModifier

On peut trouver des taux élevés d'AFP chez l'adulte dans quelque cas :

Taux de l'AFP dans le liquide amniotiqueModifier

On peut pratiquer une amniocentèse si on suspecte une anomalie fœtale.

Les taux d'AFP peuvent baisser légèrement en cas de syndrome de Down, et les taux sont souvent plus élevés en cas de déficiences du tube neural telles la spina bifida.

En cas de grossesse multiple, par exemple des jumeaux ou des triplés, on observe également des taux d'AFP accrus.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Gl Abelev et al., « Production of emryonal alpha-globulin by transplantable mouse hepatomas », Transplantation, vol. 1,‎ , p. 174-180
  2. (en)Alphafetoprotein: the Genesis
  3. (en) R.A. Murgita, E.A. Goidl, S. Kontiainen & H. Wigzell, « α-Fetoprotein induces suppressor T cells in vitro », Nature, volume 267, 1977, pages 257-259, (ISSN 0028-0836) Résumé
  4. (en) Pierre Soubiran, Alain Mucchielli, Jean-Pierre Kerckaert, Bernard Bayard et René Masseyeff, « Stimulatory effect of human alpha-fetoprotein and its molecular variants on in-vitro-induced lymphocyte blastogenesis » dans Scandinavian Journal of Immunology, vol. 10, n° 2, 1979, p. 179-186 (ISSN 1365-3083) Résumé
  5. B. Camoretti-Mercado, L. Muglia, B. Melbovitz et al, « Developmental regulation of rat alpha-fetoprotein gene in transgenic mice. Regulation of Liver Gene Expression », Cold Spring Harbor, Cold Spring Harbor Laboratory, 1987, p 104


Voir aussiModifier