Ouvrir le menu principal

Aloísio

joueur de football brésilien
(Redirigé depuis Aloísio José da Silva)

Aloísio
Image illustrative de l’article Aloísio
Aloísio en 2000-01 avec l'ASSE
Situation actuelle
Équipe Drapeau : Brésil
Numéro 21
Biographie
Nom Aloísio José da Silva
Nationalité Drapeau : Brésil Brésilien
Naissance (44 ans)
Lieu Atalaia (Brésil)
Taille 1,88 m (6 2)
Période pro. 1994
Poste Attaquant
Parcours junior
Saisons Club
1992-1993Drapeau : Brésil CRB
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1994-1996Drapeau : Brésil CR Flamengo023 (10)
1997Drapeau : Brésil Guarani FC017 0(1)
1997-1999Drapeau : Brésil Goiás EC036 0(6)
1999-2001Drapeau : France AS Saint-Étienne039 (10)
2001-2003Drapeau : France Paris SG054 (14)
2003-2005Drapeau : Russie Rubin Kazan019 0(2)
2005 Drapeau : Brésil Atlético Paranaense015 0(3)
2005-2008Drapeau : Brésil São Paulo FC124 (23)
2008-2009Drapeau : Qatar Al Rayyan SC025 0(8)
2009Drapeau : Brésil CR Vasco da Gama 012 0(1)
2009Drapeau : Ouzbékistan FC Bunyodkor 00? 0(?)
2010Drapeau : Brésil Ceará SC 003 0(0)
2010Drapeau : Brésil Brasiliense FC 012 0(4)
2011Drapeau : Brésil Brusque FC
2011-2012Drapeau : Brésil CR Brasil
2013Drapeau : Brésil AA Francana
2013Drapeau : Brésil SE Gama
2013Drapeau : Brésil AA Santa Rita
2014Drapeau : Brésil União Barbarense
2014Drapeau : Brésil SC Santo Antônio
2015Drapeau : Brésil Ipanema AC
2015Drapeau : Brésil Amadense EC
2015Drapeau : Brésil Grêmio Maringá
2016Drapeau : Brésil EC Comercial
2016Drapeau : Brésil CD 7 de Setembro
2017Drapeau : Brésil Nova Conquista EC
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Aloísio José da Silva, est un ancien footballeur brésilien né le 27 janvier 1975 à Atalaia, dans l'État de l'Alagoas, au Nord-Est du Brésil. Il occupait le poste d'attaquant.

Sommaire

BiographieModifier

Des débuts remarqués mais difficilesModifier

Très jeune, José joue au football dans les rues d'Atalaia, sa ville natale. C'est tout naturellement que sa mère l'inscrit au CRB-AL, club de la ville de Maceió-AL. À 19 ans, il se fait rapidement remarquer grâce à ses exploits par le club le plus populaire du Brésil: le CR Flamengo. Chaperonné par son idole, Romário, il fera quelques apparitions en équipe première sans toutefois convaincre.

Ainsi en janvier 1997, le voilà parti pour São Paulo et le club de Guarani FC. Jamais utilisé, il se résoudra à quitter le club en juin de cette même année. L'espoir d'une carrière professionnelle s'éloigne toujours plus quand le club de Goiás EC fait appel à lui. Très vite, il s'y plaira et fera une rencontre qui changera sa carrière. Associé en attaque à un certain Alex Dias, il fait des prestations d'un niveau tel, que les supporters le surnomment « le Taureau de Goiás ».

L'aventure stéphanoiseModifier

Un an et demi plus tard, un soir de juin 1999, alors qu'il vient de disputer un match de championnat très important contre l'International-RS, son président vient le voir et lui annonce que des recruteurs européens (dont Gérard Soler) souhaitent sa venue ainsi qu'un autre joueur de l'effectif. Le lendemain, Alex Dias et lui s'envolent pour la France et l'AS Saint-Étienne.

Immédiatement apprécié des supporters pour sa bonne humeur et ses talents de footballeur, Aloísio fera une saison pleine, marquant 8 buts et le club finira 6e du championnat.

Malheureusement, sa seconde saison (2000-2001) sera beaucoup plus dure. Très tôt dans la saison, un joueur de l'AJ Auxerre le blesse. La sentence est terrible : 6 mois d'indisponibilité minimum. Il a un rôle (au même titre qu'Alex Dias) dans l'affaire des faux passeports. Son agent Edinho aurait souhaité faciliter son transfert en faisant de lui un communautaire : le joueur n'est plus Brésilien mais Portugais. La FFF le suspendra deux mois et l'AS Saint-Étienne, amputé de ses deux atouts offensifs descend en seconde division en mai 2001.

Le « Paris » d'AloísioModifier

Toujours très coté, le joueur ne peut se résoudre à jouer en seconde division. Son rêve de jouer la Coupe du monde 2002 le résigne à quitter un club où il se sentait chez lui. Il signe au Paris SG pour 10,4 M€. Rejoint quelques semaines plus tard par Alex, prêté, il mettra du temps à se faire à l'équipe. Un jeune joueur arrive également : Ronaldinho. Aloísio le prendra immédiatement sous son aile, comme un grand frère. Aux côtés de Nicolas Anelka, Gabriel Heinze, Jay-Jay Okocha, Ronaldinho et Alex Dias, il fera une bonne première saison avec huit buts à la clef. Le Paris SG termine à une honorable quatrième place. Cependant pas suffisant pour participer à la coupe du monde 2002 que le Brésil remportera avec un excellent Ronaldinho.

Sa seconde saison (2002-2003) sera beaucoup plus difficile. Miné par les blessures, il songe à revenir à l'AS Saint-Étienne mais le soutien de son entraîneur et désormais ami, Luis Fernandez le fera rester. Il marquera de nouveau 8 buts. Son dernier match avec le PSG aura lieu lors de la finale de la Coupe de France 2003, perdue face à l'AJ Auxerre au Stade de France.

L'échec russeModifier

Été 2003, Luis Fernandez quitte le club et est remplacé par Vahid Halilhodžić. Il dresse une liste de joueurs indésirables. Aloísio en fait partie. De nombreux clubs souhaitent sa venue dont le Borussia Dortmund, le Bétis Séville. Le Benfica Lisbonne insiste également. Bizarrement, il s'envole pour la Russie, au Rubin Kazan. De juin 2003 à février 2005, il ne vivra que des moments de pures galères. Entre les blessures et la difficulté pour toute sa famille et lui-même de s'acclimater à la Russie, il se démène pour retourner au Brésil.

Le retour au BrésilModifier

En février 2005, il est prêté à l'Atlético Paranaense, jusqu'en novembre de cette même année, pour disputer la Copa Libertadores. Aloísio brille dans cette compétition et marque un superbe but en demi-finale face au Santos de Robinho et Diego. Il qualifie son club pour la finale mais perdra la finale face au São Paulo FC, club qui fera tout pour le recruter en novembre 2005 à la fin de son prêt à l'Atlético Paranaense.

Aloísio, le São Paulo FC et la consécration au plus haut niveauModifier

Le São Paulo FC, souhaite sa venue dans le but de se renforcer pour la Coupe du monde des clubs. Aloísio signe, il a le numéro 14. En grande forme durant toute la compétition, il fera la passe décisive en finale, but de Mineiro face au Liverpool FC, alors champion d'Europe en titre.

Sa seconde saison se passera tout aussi bien. Il sera de nouveau associé en attaque à Alex Dias, venu renforcer entre-temps l'attaque du club pauliste. Seul point noir dans la saison : la défaite en finale de la Copa Libertadores face à l'International-RS. Cependant le « Sampa » réalise un championnat parfait et est sacré champion du Brésil 2006, le 4e titre de champion et le premier depuis 1991.

La saison suivante sera toute aussi glorieuse. Le São Paulo FC, sacré champion du Brésil 2007 et réalise ainsi un doublé.

La saison 2008 s'annonce cependant plus délicate. Très fragile physiquement, Aloísio aura affaire à une plus grande concurrence. L'international brésilien de l'Inter Milan, Adriano, a en effet été prêté au club du Morumbi.

Aloísio au QatarModifier

Malgré un contrat courant jusque fin 2009 au Brésil, l'ancien joueur de l'AS Saint-Étienne s'est engagé en faveur d'Al-Rayyan. Il retrouvera au sein du club qatari l'un de ses anciens entraîneurs à Sao Paulo FC, Paulo Autuori. Le montant du transfert s'élève à 700 000 dollars. Il découvre sans doute son dixième et dernier club, et le quatrième championnat, pour le point d'orgue d'une belle carrière. Son contrat se terminera en mai 2009 mais ses bonnes performances (14 matchs, 6 buts au 10 janvier 2009) et la première place au classement de son club pourraient l'inciter à prolonger malgré un intérêt récent de Vasco da Gama qui cherche à se renforcer en vue de remonter en Série A brésilienne au plus tôt.

Aloísio rejoint Vasco da GamaModifier

Le 19 avril, la presse brésilienne annonce que José Aloísio et son agent Rafael Angioni, se sont mis d'accord avec Vasco da Gama pour un contrat allant jusqu'à la fin de l'année 2009 avec une possibilité de prolonger d'une année supplémentaire jusqu'en décembre 2010.

L'idée de jouer avec son ami Carlos Alberto, tout en relevant le défi de ramener ce club historique en Série A brésilienne a énormément plu à l'attaquant Alagoano.

Le 28 août 2009, Aloisio frôle la mort lors d'un match opposant Vasco de Gama à Brasiliense. Le joueur s’est étouffé avec son chewing-gum, et a dû être transporté à l’hôpital. Rapidement, les médecins ont compris la cause du malaise, et ont pris les dispositions pour secourir le joueur. « Je me souviens simplement du chewing-gum retiré par le médecin et le fait que j’avais très peur, car je ne comprenais pas ce qu’il se passait. C’est fini, j’arrête les chewing-gums », a expliqué Aloisio à la télé brésilienne[1].

Le choix de ScolariModifier

Le 30 novembre 2009, il rejoint son compatriote Luiz Felipe Scolari dans le club ouzbek de Bunyodkor.

FamilleModifier

José Aloísio est marié avec Leilane da Silva et est père de deux enfants, Ana Luiza Aloísio et Aloísio Romário Junior.

StatistiquesModifier

Statistiques d'Aloísio au 30 décembre 2009[2]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Compétition(s)
continentale(s)
Total
Division M B M B M B C M B M B
1999-2000   AS Saint-Étienne Division 1 29 8 2 0 1 0 - - - 32 8
2000-2001   AS Saint-Étienne Division 1 10 2 - - - - - - - 10 2
2001-2002   Paris SG Division 1 29 6 3 1 3 0 CI+C3 8+4 3+1 47 11
2002-2003   Paris SG Ligue 1 25 8 3 0 - - C3 3 0 31 8
2003   Rubin Kazan Premier-Liga 6 0 - - - - - - - 6 0
2004   Rubin Kazan Premier-Liga 10 1 - - - - - - - 10 1
2005   Atlético Paranaense (prêt) Série A 15 3 - - - - CL 12 4 27 7
2006   São Paulo FC Série A 19 5 - - - - CL 13 4 32 9
2007   São Paulo FC Série A 24 6 - - - - CL 13 2 37 8
2008   São Paulo FC Série A 18 1 - - - - CL 4 1 22 2
2008-2009   Al-Rayyan Stars League 25 8 - - - - - - - 25 8
2009   Vasco da Gama Série B 12 1 - - - - - - - 12 1
Total sur la carrière 222 49 8 1 4 0 - 57 12 291 62

PalmarèsModifier

ClubModifier

Goiás Esporte Clube
Paris Saint-Germain
Clube Atlético Paranaense
São Paulo Futebol Clube
Vasco da Gama

IndividuelModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier