Allonne (Oise)

commune française du département de l'Oise

Allonne
Allonne (Oise)
La mairie
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Oise
Arrondissement Beauvais
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Beauvaisis
Maire
Mandat
Patrice Haezebrouck
2020-2026
Code postal 60000
Code commune 60009
Démographie
Gentilé Allonnais, Allonnaises
Population
municipale
1 596 hab. (2018 en augmentation de 2,11 % par rapport à 2013)
Densité 103 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 24′ 16″ nord, 2° 06′ 46″ est
Altitude Min. 53 m
Max. 161 m
Superficie 15,45 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Beauvais
(banlieue)
Aire d'attraction Beauvais
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Beauvais-2
Législatives 2e circonscription de l'Oise
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Allonne
Géolocalisation sur la carte : Oise
Voir sur la carte topographique de l'Oise
City locator 14.svg
Allonne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Allonne
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Allonne
Liens
Site web http://www.allonne.fr/

Allonne est une commune française située dans le département de l'Oise en région Hauts-de-France. Ses habitants sont appelés les Allonnais.

GéographieModifier

DescriptionModifier

 
La route nationale 1 en 2012

Allonne est une commune de la banlieue de Beauvais jouxtant au sud-est la ville préfecture de l'Oise.

La RN 31, les ex-RN1 (actuelle RD 1001) et RN 328 (actuelle RD 928) donnent un accès aisé à la commune, ainsi que l'échangeur Beauvais-Sud de l'autoroute A16, situé sur le territoire communal.

La commune était desservie jusqu'en 2014 par la gare de Villers-sur-Thère où circulaient des trains TER Picardie reliant les gares de Paris-Nord et de Beauvais. En 2009, la fréquentation de la gare était de quinze voyageurs par jour[1].

Elle bénéficie du réseau de réseau de transport en commun Corolis.

Deux hameaux font partie d'Allonne : Villers-sur-Thère et Bongenoult.

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

 
Le Ru de Bernneuil

La commune est drainée par le Thérain et le Ru de Berneuil, qui y confluent en limite de Wagicourt. Le Thérain est un affluent de l'Oise et donc un sous-affluent de la Seine.

ClimatModifier

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[2]. En 2020, la commune ressort du type « climat océanique altéré » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Il s’agit d’une zone de transition entre le climat océanique, le climat de montagne et le climat semi-continental. Les écarts de température entre hiver et été augmentent avec l'éloignement de la mer. La pluviométrie est plus faible qu'en bord de mer, sauf aux abords des reliefs[3].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[4]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-après.

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000[2]

  • Moyenne annuelle de température : 10,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 3,2 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 3,1 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 1] : 14,4 °C
  • Cumuls annuels de précipitation[Note 2] : 693 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 10,8 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 8 j

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[6] complétée par des études régionales[7] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Beauvais-Tillé », sur la commune de Tillé, mise en service en 1944[8] et qui se trouve à 7 km à vol d'oiseau[9],[Note 3], où la température moyenne annuelle évolue de 10,4 °C pour la période 1971-2000[10] à 10,6 °C pour 1981-2010[11], puis à 11,1 °C pour 1991-2020[12].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Allonne est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[13],[14],[15]. Elle appartient à l'unité urbaine de Beauvais, une agglomération intra-départementale regroupant 4 communes[16] et 60 385 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[17],[18].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Beauvais dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[19],[20].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (72 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (81,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (64,7 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (10 %), forêts (8,6 %), zones urbanisées (6,8 %), zones agricoles hétérogènes (6 %), eaux continentales[Note 6] (2,7 %), prairies (1,3 %)[21].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[22].

ToponymieModifier

Nommée Alona en 1186[23]. Du gaulois Alauna, qui signifie « nourricière », formé par le verbe ala- « nourrir » et le suffixe d'agent -mn- ; ce mot désignait des rivières et des localités[24].

Alauna a pu être employé comme nom de divinité d'une source[23].

HistoireModifier

Le , le dirigeable britannique R101 assurant la liaison Londres - Karachi s'écrase sur une colline de la commune, tuant 48 des 54 passagers dont un ministre britannique. La parcelle sur laquelle s'est écrasé le dirigeable est aujourd'hui marquée par une stèle. Un monument a été érigé en bordure de la nationale 1, au carrefour d’Allonne à 600 mètres du lieu de l'accident. Il fut inauguré trois ans après l'accident, en par le premier ministre britannique Ramsay MacDonald et le président du Conseil Édouard Daladier.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune de Voisinlieu a été créée en 1930 par détachement d'une partie du territoire de celui d'Allonne[25].

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement de Beauvais du département de l'Oise.

Elle faisait partie depuis 1802 du canton de Beauvais-Sud-Ouest[25]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Beauvais-2

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la deuxième circonscription de l'Oise.

IntercommunalitéModifier

Jusqu'en 2004, Allonne n'était membre d'aucun établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre.

La commune, sous la mandature de Christian Sadowski, a tenté sans succès d'obtenir son intégration dans la communauté de communes du Thelle Bray en 2001, alors que son adhésion à la communauté d'agglomération du Beauvaisis (CAB) était prévue par la préfecture, craignant dans ce cas le « triplement de la taxe professionnelle payée par les entreprises allonnaises, perte progressive de la maîtrise des sols, augmentation des impôts intercommunaux pour financer les transferts de service de la ville vers les campagnes »[26].

La commune a néanmoins été intégrée en 2004, contre son gré, à la CAB, ce qui a permis à l'intercommunalité de bénéficier de l'importante fiscalité générée par la zone d'activité de près de 150 entreprises implantée en limite de Beauvais, que la ville ne souhaitait pas partager.

Cette adhésion permet en contrepartie à Allonne de bénéficier des services rendus par l'intercommunalité, et notamment de son réseau de transport en commun désormais dénommé Corolis, ou à ses équipements culturels tels que l'école de musique ou des beaux-arts[27].

Politique localeModifier

Lors du premier tour des élections municipales de 2020 dans l'Oise, la liste du maire sortant, Christian Sadowski (DVD) est battue d'une voix par la liste menée par Patrice Haezebrouck, avec 336 voix pour la premiere, 337 voix pour la seconde[28].

L'ancien maire battu ayant contesté le résultat de ces élections[29], celles-ci ont été annulées par le tribunal administratif d'Amiens et de nouvelles élections on été organisées en mai 2021[30],[31], qui voient le succès de la liste menée par le maire invalidé, qui otient la majorité des suffrages et poursuit donc son mandat[32].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[33]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1865   M. Dupuis    
avant 1962   Clément Verhaeghe    
Les données manquantes sont à compléter.
1995 mai 2020[28] Christian Sadowski[34],[35] DVD Inspecteur des domaines
mai 2020[36],[37] En cours
(au 7 septembre 2020[38])
Patrice Haezebrouck    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographique

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[40].

En 2018, la commune comptait 1 596 habitants[Note 7], en augmentation de 2,11 % par rapport à 2013 (Oise : +1,44 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4271 4511 3681 3611 4031 4761 5131 5901 630
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 5281 5751 6011 6021 6921 8992 0962 3032 433
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5942 6842 7082 7482 723889889961981
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
9939231 0131 0551 1991 2581 4421 4711 500
2013 2018 - - - - - - -
1 5631 596-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[25] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

La chute démographique observée en 1930 correspond à la création de Voisinlieu, dont la population faisait partie jusqu'alors d'Allonne.

Pyramide des âges en 2007

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (17,1 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,3 % contre 48,4 % au niveau national et 49,3 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 20,9 %, 15 à 29 ans = 18,8 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 24,5 %, plus de 60 ans = 15,4 %) ;
  • 49,7 % de femmes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 15,3 %, 30 à 44 ans = 23 %, 45 à 59 ans = 22,8 %, plus de 60 ans = 18,9 %).
Pyramide des âges à Allonne en 2007 en pourcentage[42]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,3 
4,4 
75 à 89 ans
7,1 
10,7 
60 à 74 ans
11,5 
24,5 
45 à 59 ans
22,8 
20,4 
30 à 44 ans
23,0 
18,8 
15 à 29 ans
15,3 
20,9 
0 à 14 ans
20,0 
Pyramide des âges du département de l'Oise en 2007 en pourcentage[43]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,2 
90  ans ou +
0,8 
4,5 
75 à 89 ans
7,1 
11,0 
60 à 74 ans
11,5 
21,1 
45 à 59 ans
20,7 
22,0 
30 à 44 ans
21,6 
20,0 
15 à 29 ans
18,5 
21,3 
0 à 14 ans
19,9 

Vie associativeModifier

  • AKC : Allonne Kodokan Club : association donnant des cours de judo
  • ALICE au Pays de Bray : association locale qui invite à un commerce équitable : association qui promeut l'agriculture biologique en mettant en relation direct producteurs et consommateurs (http://www.alicebray.com)
  • Les godillots de Vilabon. Association de randonneurs (loi 1901). Organise des randonnées pédestres 1 à 2 fois par mois, de 10 à 14 km selon le parcours, dans un rayon de 20 km autour d'Allonne.

ÉconomieModifier

La commune accueille une importante zone d'activité commerciale et industrielle située en limite de Beauvais.

Un des principaux employeurs de la commune (61 salariés), les établissements Decamp Dubos sont placés en liquidation judiciaire le , jugement confirmé en Appel[44].

Le groupe chinois BYD construit à Allonne des autobus électriques depuis 2018[45].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Allonne compte un monument historique sur son territoire :

  • Église de Notre-Dame-de-l'Annonciation (clocher classé par la liste des monuments historiques protégés en 1862, totalité de l'édifice classée par arrêté du [46]) : c'est une église à double vaisseau. Sur les six travées que compte chacun, les quatre premières sont gothiques flamboyantes, mais celles du sud, qui constituent le collatéral, environ un quart moins élevées et moins larges que leurs homologues du nord, ont des murs extérieurs partiellement romans. Cependant, les seuls éléments romans bien caractérisés de cette partie de l'église sont l'archivolte et le tympan de l'ancien portail et un contrefort plat au sud. Ce que les parties flamboyantes offrent de remarquable est surtout le grand portail occidental avec son tympan ajouré. Les réseaux des fenêtres évoquent le déambulatoire de l'église Saint-Étienne de Beauvais. À l'intérieur, l'on note les piliers ondulés et les arcs-doubleaux de fort diamètre, et une modénature assez complexe et soignée. Le chœur liturgique actuel est établi dans l'axe du vaisseau du nord. Son style gothique renvoie aux dernières années avant l'éclosion du style rayonnant, et il ne devrait guère être antérieur à 1220. À côté, le chœur roman est également conservé. Il se compose de deux petites travées carrées, et se singularise par ses voûtes d'arêtes, qui sont délimités par trois doubleaux supportés par des colonnettes aux chapiteaux assez archaïques. La première travée sert de base au clocher, qui mesure seulement 18 m de hauteur sans le toit, et comporte un haut étage intermédiaire aveugle, et un unique étage de beffroi ajouré de deux baies géminées par face, qui sont agrémentées de colonnettes à chapiteaux. La corniche beauvaisine du clocher et la corniche au sud du chœur roman retiennent également l'attention. C'est le clocher qui est classé au titre des monuments historiques en premier lieu, par liste de 1862.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

On peut également signaler :

  • Briqueterie Brocard puis Dewulf créée en 1911 par Achille Brocard.
  • Jardin d'agrément du château de Villers-sur-Thère.
  • Usine de poterie Clerc et Taupin, puis Gustave De Bruyn, puis Gréber.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • « Allonne », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  2. Une précipitation, en météorologie, est un ensemble organisé de particules d'eau liquide ou solide tombant en chute libre au sein de l'atmosphère. La quantité de précipitation atteignant une portion de surface terrestre donnée en un intervalle de temps donné est évaluée par la hauteur de précipitation, que mesurent les pluviomètres[5].
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. résumé de la ligne
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  4. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  5. Glossaire – Précipitation, Météo-France
  6. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  7. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (Oracle) - », sur www.observatoireclimat-hautsdefrance.org (consulté le )
  8. « Station météofrance Beauvais-Tillé - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Allonne et Tillé », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  11. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  12. « Station météorologique de Beauvais-Tillé - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Unité urbaine 2020 de Beauvais », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  17. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  18. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  19. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Beauvais », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  20. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  21. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  22. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  23. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, .
  24. Pierre-Yves Lambert, La langue gauloise, Paris, Errance, , p. 37.
  25. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  26. O. D., « Le maire attaque le préfet au tribunal », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Olivier Beaumont, « Christian Sadowski, le maire rebelle d'Allonne », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. a et b Jimmy Hautecloche, « Allonne : Christian Sadowski battu d’une voix par Patrice Haezebrouck », L'Observateur de Beauvais,‎ (Jimmy Hautecloche, consulté le ).
  29. « Le recours surréaliste du maire sortant d’Allonne devant le tribunal administratif », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le maire sortant d’Allonne, Christian Sadowski, ne digère pas la défaite face à Patrice Haezebrouck, à une voix près, lors de cet étrange premier tour des élections municipales (...) Alors, il décide de faire un recours pour le moins étonnant : « Une personne sur la liste opposée n’avait pas le même nom sur les bulletins de vote que sur sa carte d’identité. J’espère que ce recours sera suivi d’effets ».
  30. Patrick Caffin, « Elections municipales : il faudra revoter à Allonne : Le tribunal administratif a validé un recours déposé par le candidat battu. D’autres procédures ont aussi abouti, n’entraînant pas toutefois l’organisation d’un nouveau scrutin », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. Raphaël Thiollier, « Daniel Mortelecq maire par intérim : Le nouveau maire sera connu en décembre prochain. En mars dernier, la liste de Patrick Haezebrouck s'était imposée d'une voix face à celle du maire sortant Christian Sadowski », Le Bonhomme picard, édition de Grandvilliers, no 3627,‎ , p. 15.
  32. Vincent Naël, « Municipales à Allonne: Patrice Haezebrouck récupère l’écharpe de maire : Déjà élu maire d’Allonne, au sud-est de Beauvais, après avoir remporté d’une voix les élections municipales de mars 2020, Patrice Haezebrouck avait dû rendre son écharpe après l’invalidation du scrutin par le tribunal. Ce dimanche, lors du nouveau, il s’est imposé avec plus d’écart, cette fois contre Sylvie Jourdain », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « [La délégation spéciale] laissera donc sa place vendredi soir à Patrice Haezebrouck, dont la liste a récolté 56 % des voix ce dimanche contre 44 %, donc, pour celle menée finalement par Sylvie Jourdain (59 ans) ».
  33. « Les maires de Allonne », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  34. « Allonne : la liste renouvelée de Christian Sadowski », L'Observateur de Beauvais,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Celui qui sollicitera un troisième mandat de maire, après une année 2007 tourmentée, s'est entouré de quatre femmes et quatorze hommes représentant Allonne, mais également les hameaux de Villers-sur-Thère et Bongenoult ».
  35. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « M. le maire est C. Sadowski », L'Observateur de Beauvais, no 836,‎ , p. 12 (ISSN 1287-7565).
  36. « À Allonne, la première adjointe rejoint une liste d’opposition au maire : Le maire Christian Sadowski sera opposé à une liste nouvelle et retrouvera face à lui sa première adjointe actuelle », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. « Patrick Haezebrouck officiellement maire d’Allonne », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le maire sortant et trois de ses membres de son équipe se sont abstenus de voter et n’ont pas participé ».
  38. Patrick Caffin, « À Allonne, le nouveau maire fait de la circulation sa priorité : Patrick Haezebrouck veut sécuriser les accès aux écoles », Le Parisien, édition de l'Oise,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  42. « Évolution et structure de la population à Allonne en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  43. « Résultats du recensement de la population de l'Oise en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  44. le parisien - Patrick Caffin - 25 mars 2019 - 18h41
  45. Patrick Caffin, « Beauvais : usine de bus électriques, le recrutement a commencé », sur Le Parisien, (consulté le ).
  46. Notice no PA00114476, base Mérimée, ministère français de la Culture.