Alliance citoyenne pour la démocratie en Europe - Avenir démocrate

Alliance citoyenne pour la démocratie en Europe (ACDE) - Avenir démocrate (AD)
Image illustrative de l’article Alliance citoyenne pour la démocratie en Europe - Avenir démocrate
Logotype officiel.
Présentation
Président Jean-Marie Cavada
Fondation
Idéologie Centrisme, Social-libéralisme, Libéralisme, Démocratie chrétienne
Affiliation européenne Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe[réf. nécessaire]
Couleurs bleu, vert
Site web http://www.avenirdemocrate.org/

L'Alliance citoyenne pour la démocratie en Europe-Avenir démocrate (ACDE-AD) est un parti politique lancé en 2007 par Jean-Marie Cavada et reposant sur la même structure juridique (association « Alliance citoyenne pour la démocratie en Europe/ACDE Avenir démocrate »)[1].

Alliance citoyenne pour la démocratie en EuropeModifier

L’Alliance citoyenne pour la démocratie en Europe (ACDE) est un mouvement politique fondé en 2007 par Jean-Marie Cavada, Claire Gibault et Janelly Fourtou, alors tous trois députés européens. Cavada a créé ce parti politique dans la volonté que cela fonctionne comme une « structure ou une association »[2].

Ce petit parti sera adhérent du Parti de l'Alliance des libéraux et des démocrates pour l'Europe (ELDR) pendant quelques mois, jusqu'en 2009.

Lors du congrès de l'ELDR à Tallinn, les 11 et , l'ACDE est devenue la deuxième délégation française de ce parti européen en termes de membres. Cette délégation reste affiliée à l'ADLE (le groupe parlementaire dans lequel siègent aussi les membres de l'ELDR).

Après 2009, seul Cavada est réélu en tant que député européen, et il rejoint le Nouveau Centre ; l'Alliance n'a alors plus d'existence officielle.

Avenir démocrateModifier

Avenir démocrate (AD) est un mouvement politique créé en par le député européen Jean-Marie Cavada après son intention de ne pas rejoindre le Mouvement démocrate sous le nom d'Alliance des citoyens pour la démocratie, devenue depuis ACDE. Le mouvement, qualifié par son fondateur de « forum d'action », est officiellement lancé le et qui a adhéré depuis au parti européen ELDR (il revendique trois députés européens).

Cette structure s'inscrit dans la perspective de recomposition du centre. M. Cavada entend ainsi « contribuer d'une manière critique ou d'une manière positive à faire avancer la réforme »[3].

Du point de vue de Jean-Marie Cavada, il s'agit d'« une structure pour accueillir les militants du MoDem en déshérence » (France 2). Il a également ajouté qu’il « s’agira d’un cercle, d’une association ». Il a dénoncé le fait que « les militants du MoDem sont méprisés d’une façon presque poujado-frontiste »[4], Jean-Marie Cavada n'a jamais adhéré au MoDem (lancé en ) bien qu'il ait personnellement organisé à Seignosse (Landes) le Forum des démocrates.

Ce mouvement n'a plus d'existence réelle, ni de site internet. Ses principaux responsables ont rejoint le Nouveau Centre.

Élus et personnalitésModifier

Notes et référencesModifier

  1. Journal officiel - 08/03/2008 - N°vannonce 1574 « Déclaration à la préfecture de police. Ancien titre : ALLIANCE CITOYENNE POUR LA DÉMOCRATIE EN EUROPE ACDE. Nouveau titre : « ALLIANCE CITOYENNE POUR LA DÉMOCRATIE EN EUROPE/ACDE AVENIR DEMOCRATE ». Siège social : 26, rue de la Montagne-Sainte-Geneviève, 75005 Paris. Date de la déclaration : 11 février 2008. ».
  2. Le 4 décembre 2007, par blog@sarkozynicolas.com | posté sur Nicolas Sarkozy.com | Jean-Marie Cavada va créer une structure pour accueillir les militants du MoDem ne se reconnaissant plus en François Bayrou. Cette structure s’appellera l’Alliance des citoyens pour la démocratie. Il s’agira non pas d’un parti mais “d’une structure, d’un cercle, d’une association”, a précisé sur France 2 le député européen, qui a rompu avec le président du MoDem François Bayrou pour être tête de liste UMP aux municipales à Paris (XIIe).
  3. « contribuer d'une manière critique ou positive à faire avancer la réforme », sur l'Express, (consulté le 6 novembre 2015).
  4. « Cavada: «J'ai épuisé tous les recours de la loyauté avec Bayrou» », sur Le Figaro, (consulté le 6 novembre 2015).

Articles connexesModifier