Alla Pougatcheva

Alla Pougatcheva
Description de cette image, également commentée ci-après
Alla Pougatcheva en 2009.
Informations générales
Nom de naissance Alla Borissovna Pougatcheva
Naissance (71 ans)
Moscou, Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale Chanteuse
Genre musical Pop, rock
Années actives Depuis 1965

Alla Borissovna Pougatcheva ou, selon la prononciation correcte Pougatchiova (en russe : Алла Борисовна Пугачёва), née le à Moscou, est une chanteuse et actrice russe extrêmement populaire en Russie et dans les pays de l'ancien bloc soviétique, comme l'attestent la vente de ses disques et le nombre d'émissions qui lui sont consacrées à la télévision russe[1],[2].

Elle a commencé sa carrière en 1965. Elle est régulièrement l'objet d'articles dans la presse populaire et les rubriques people sur sa carrière et sa vie privée. Pour certains, elle est l'incarnation de la culture populaire soutenue par l'État et des campagnes médiatiques régulières et répétitives. Elle a aidé tout au long de sa carrière d'autres chanteurs totalement inconnus à devenir célèbres.

BiographieModifier

 
Alla Pougatcheva

Enfant, Alla Pougatcheva se passionnait déjà pour la musique. Elle est encore écolière quand elle commence sa carrière de chanteuse.

Avant de se lancer dans une carrière professionnelle en solo, elle collabore avec de nombreux ensembles musicaux soviétiques. La chanteuse met sur pied d’innombrables concerts, dont La femme qui chante (1979), Les monologues d’une chanteuse (1981), et la représentation théâtralisée Je suis venue et je parle (1984).

Alla Pougatcheva est la gagnante du Concours Intervision de la chanson en 1978 en représentant l'Union soviétique.

Alla Pougatcheva participe ensuite à des dizaines de festivals et de concours de la chanson et donne des concerts en Russie et à l’étranger. Ses tournées aux États-Unis, en Allemagne, en Suisse, en Inde, en France, en Italie, en Hongrie, en Suède, en Yougoslavie, en Roumanie, en Israël, en Pologne, en Finlande, au Japon, en Corée du Nord, en Australie, entre autres, recueillent toujours un vrai succès. Son disque Watch Out! est sorti en anglais et fut enregistré avec des choristes qui avaient chanté avec ABBA. L'album est sorti à Stockholm en 1985[2].

Après la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986, Pougatcheva fut la premier artiste à visiter le site et à chanter pour les personnes impliquées dans l'effort de nettoyage[2].

En , Alla termine sa première tournée aux États-Unis en donnant un concert au réputé Carnegie Hall de New York.

Le , on lui décerne le titre d'Artiste du peuple de l'URSS[3]

La chanteuse collabore avec de nombreux chanteurs et compositeurs russes et étrangers, dont Alexandre Zatsepine, Raimonds Pauls, Igor Nikolaïev, Youri Tchernavski, Vladimir Kouzmine, Joe Dassin[4], ou encore Udo Lindenberg.

En Russie, Alla Pougatcheva est considérée comme la plus grande chanteuse des dernières décennies, comme en atteste son surnom de Primadonna[3].

En 1999, elle représente son pays au Concours Eurovision de la chanson, en interprétant la chanson Primadonna, et se classe 15e[5].

FamilleModifier

Deuxième des trois enfants de Boris Mikhailovich Pougatchev (1918-1982) et Zinaïda Arkhipovna Odegova (1922-1986) elle a été prénommée Alla en l'honneur de l'actrice Alla Tarassova.

Alla Pougatcheva a une fille de son union avec l'artiste de cirque lituanien Mikolas Edmondas Orbakas, Kristina, née le , et est grand-mère de trois petits-enfants. Après quatre ans de mariage elle réclame le divorce en 1973 et épouse en secondes noces, en 1976, le cinéaste Alexandre Stepanovitch, dans certains des films duquel elle apparaît. Le divorce est prononcé en 1980 après une longue procédure concernant le partage des biens, notamment leur maison luxueuse.

Après plusieurs années de vie commune, elle se marie en 1985 avec le producteur Evgueni Boldine avec qui elle collabore. Ils divorcent en 1993, car selon leurs dires leurs activités professionnelles interfèrent trop avec leur vie privée, Alla a particulièrement souffert du divorce en découvrant son infertilité suite à un avortement que son conjoint lui aurait demandé de subir à la fin des années 80, alors qu'enceinte de six mois elle attendait un garçon. Elle se marie en 1994 avec un chanteur populaire célèbre, Philipp Kirkorov, beaucoup plus jeune qu'elle (elle est de 18 ans son aînée). Ils annonceront publiquement leur divorce en 2005, bien qu'ils n'aient pas eu d'enfants. Alla fait de nombreuses fausses-couches jusqu'en 1996 en raison de sa santé défaillante[réf. nécessaire].

Elle se lie en avec le chanteur et présentateur Maxime Galkine qui a vingt-sept ans de moins qu'elle, ce qui provoque la risée de certains journalistes de la presse à scandale. Le naissent sa fille Yelizaveta et son fils Harry (dont le père est Maxime Galkine) par maternité du substitution grâce à ses propres ovocytes que la chanteuse avait fait cryogéniser en 2001.

 
Alla Pougatcheva en concert à Berlin en 1976.
 
Dimitri Medvedev reçoit la chanteuse au Kremlin pour ses 60 ans, le . Le président lui décerne à cette occasion l'ordre du Mérite pour la Patrie.

Notes et référencesModifier

  1. Alison Smale, « A Superstar Evokes a Superpower; In Diva's Voice, Adoring Fans Hear Echoes of Soviet Days », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c (en) Eleonora Goldman, « 7 facts about Russian pop diva Alla Pugacheva », sur rbth.com,
  3. a et b (ru) « Биография Аллы Пугачевой. », sur RIA Novosti,‎ (consulté le 20 mars 2015)
  4. les deux artistes donnent un concert à l'inauguration de l’hôtel Cosmos, à Moscou, en juillet 1979
  5. (en) Isobel Montgomery, « Alla be praised. Alla Pugacheva came 15th in the Eurovision Song Contest. But can this Russian granny fill the Hammersmith Apollo? », The Guardian,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :