Allégorie chrétienne (Bellini)

peinture de Giovanni Bellini, Offices
Allégorie chrétienne
Image dans Infobox.
Artiste
Date
Type
Matériau
huile sur panneau de bois (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Dimensions (H × L)
73 × 119 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
No d’inventaire
00286764Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation

Cette Allégorie chrétienne, aussi connue comme Allégorie sacrée (en italien, Allegoria sacra, nom retenu sur le cartel du musée des Offices), est une des œuvres de la période de maturité du peintre italien de la Renaissance Giovanni Bellini. D'une dimension de 73 × 119 cm, réalisée à l'huile dans les années 1490, elle est conservée à Florence depuis un échange avec les galeries impériales de Vienne en 1793. Cette œuvre a été restaurée en 2002.

DescriptionModifier

L'œuvre, attribuée jusqu'en 1871 à Giorgione, a pu être commandée par Isabelle d'Este. Il s'agit peut-être d'une allégorie du Purgatoire, inspirée du poème Le Pèlerinage de l'Âme, de Guillaume de Deguileville.

Dans un cadre architectural avec un paysage coloré au fond, on voit diverses figures de saints, dont l'union ou le sens général n'est pas très clair. L'œuvre est d'interprétation difficile. La terrasse est décorée de carreaux de marbre élaborés. La profondeur du paysage n'est pas tant remarquable par la perspective, mais surtout par son chromatisme. 

Cette allégorie est en relation avec les œuvres maîtresses que Bellini élaborait à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, comme la Conversation sacrée, la Piéta, la Madonna del prato, Le Baptême du Christ ou encore ses Quatre Allégories.

RéférenceModifier

  • Ballarin, À., "Bellini", Dans le Dictionnaire Larousse de la peinture, tome I, Éditorial Planeta-De Agostini, S.À., 1987. (ISBN 84-395-0649-X).
  • Negrini, S., La Galerie des Offices de Florence et ses peintures, Coll. Les Grands Musées, Éditorial Noguer, S.À., 1974, (ISBN 84-279-9203-3)
  • Walther, I.F. (dir.), Les maîtres de la peinture occidentale, Taschen, 2005. (ISBN 3-8228-4744-5), pág. 121

Liens externesModifier