Alimentation Couche-Tard

entreprise canadienne

Alimentation Couche-Tard ou simplement Couche-Tard est une société canadienne fondée au Québec spécialisée dans l'exploitation de dépanneurs. Elle est la plus grande société de ce genre au Canada et la deuxième en importance en Amérique du Nord[2]. Le siège social de l'entreprise est situé à Laval, au Québec. Depuis , son président et chef de la direction est Brian P. Hannasch, qui succède au fondateur Alain Bouchard[3].

Couche-Tard
logo de Alimentation Couche-Tard

Création 1980
Fondateurs Alain Bouchard
Forme juridique Société anonyme (TSX : ATD.SV.B)
Action Bourse de TorontoVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social Laval, Québec
Drapeau du Canada Canada
Direction Brian Hannasch
Activité Commerce de détail
Produits Dépanneurs
Filiales Mac's
Circle K
Statoil Fuel & Retail
Effectif 130 000 (2019)[1]
Site web www.couche-tard.com

Chiffre d'affaires en augmentation59,1 milliards US$ (2019)[1]
Résultat net en augmentation1,8 milliard US$ (2019)[1]

En 2019, la société exploite 16 000 magasins, dans 25 pays et 130 000 personnes œuvrent dans son réseau. Elle opère entre autres les bannières Couche-Tard et Mac's au Canada, Statoil en Europe et Circle K aux États-Unis et ailleurs dans le monde[4].

Le logo du Couche-Tard est un hibou faisant un clin d’œil, nommé Jandrice[5].

HistoireModifier

 
Un panneau annonçant un dépanneur Couche-Tard, à Montréal.

Dans les années 1990, Alimentation Couche-Tard entame une série d'acquisitions qui mèneront à la consolidation de plusieurs chaînes sous la bannière Couche-Tard[6]. Cela débute avec l'achat de 60 dépanneurs Mac's et La Maisonnée de Silcorp Limited. 1997 marque l'acquisition des 245 magasins Provi-Soir appartenant à Provigo, puis l'entreprise acquiert le reste des opérations canadiennes de Silcorp Limited en 1999, consolidant sa position nationale avec la bannière Mac's.

Après une première incursion aux États-Unis sous la bannière Mac's au début des années 2000, Alimentation Couche-Tard conclut en 2003 une entente avec ConocoPhillips, pour acheter la corporation Circle K pour 1,12 milliard de dollars canadiens. Cette transaction permet à l'époque à l'entreprise de passer au quatrième rang des sociétés nord-américaines dans le secteur des dépanneurs[7].

Le , Couche-Tard compte 4 853 dépanneurs en activité.

Pour la période de 16 semaines terminées le , l'entreprise réalise un chiffre d'affaires de 2,94 milliards de dollars américains (US$), une augmentation de 27% par rapport à la même période l'année précédente, 77% de son chiffre d'affaires étant réalisé aux États-Unis[8].

En , l'entreprise annonce vendre pour plus de 10 milliards US$ annuellement dans 5 000 magasins qui emploient environ 37 000 personnes[9].

Le , Couche-Tard décide d'acquérir 450 magasins d'ExxonMobil. Cette transaction doit être avalisée par les autorités fédérales américaines pour être finalisée. À cette date et excluant cette acquisition, la société détient 5 444 magasins[10].

Au début de , Couche-Tard possède environ 4 400 dépanneurs et sa bannière est déployée sur environ 1 500 autres dépanneurs[11].

 
Façade d'un magasin Couche-Tard, à Montréal.

Au printemps 2010, Alimentation Couche-Tard tente d'acquérir la chaîne Casey's. En avril, elle lance une offre publique d'achat hostile d'environ 1,8 milliard USD[12].

Après environ six mois de rebondissements et une dernière offre de 2 milliards, Couche-Tard abandonne la tentative d'acquisition, après un rejet massif de la proposition lors de l'assemblée annuelle des actionnaires de Casey's[13],[14].

En 2009-2010, l'entreprise déclare 16,4 milliards de dollars[Lesquels ?] de revenus pour 302,9 millions de dollars américains de profit[15].

En , Couche-Tard compte environ 5 400 succursales en Amérique du Nord, dont les deux tiers vendent de l'essence[16]. En avril, selon Rue Frontenac, l'entreprise compte 5 874 magasins, dont 4 169 vendent du carburant[17]. Le même mois, La Presse recense environ 5 000 employés de Couche-Tard au Québec[18].

En 2010-2011, l'entreprise annonce environ 19 milliards de dollars US de revenus pour 370,1 millions de dollars américains de profits[15].

Le , Couche-Tard annonce l'acquisition de la société norvégienne Statoil Fuel & Retail pour la somme de 2,8 milliards $US. Elle obtiendrait ainsi un réseau de 2 300 dépanneurs exploités en Scandinavie[19],[20].

En , BP acquiert l'activité de distribution de carburant pour l'aéronautique de l'entreprise Statoil Fuel & Retail (SFR) détenue par Couche-Tard pour une valeur inconnue[21].

En , Couche-Tard acquiert la chaîne d'épicerie américaine The Pantry (en) pour 1,7 milliard de dollars[22].

En 2015, Alimentation Couche-Tard procède à une réorganisation majeure de Circle K, en transformant son logo et en remplaçant progressivement ses bannières «Mac's» (au Canada), «Kangaroo Express» (aux États-Unis), « Statoil » et «Topaz» (en Europe) par la bannière «Circle K»[23]. Le remplacement de « Kangaroo Express », « Mac's » et «Statoil» par « Circle K » se fera entre 2016 et 2018[24],[25],[23]. La bannière Topaz sera elle aussi remplacée par Circle K, mais le remplacement n'est pas actuellement prévu au calendrier[26]. Malgré cette réorganisation concentrée autour de Circle K, Alimentation Couche-Tard conservera, au Québec, la bannière francophone de «Couche-Tard» et, en Europe, la bannière automatisée «Ingo». Alimentation Couche-Tard veut aussi profiter du momentum de Circle K pour continuer son expansion internationale.

En , Couche-Tard acquiert les 20 supérettes Texas Star et planifie de les transformer en Circle K[27].

En , Couche-Tard annonce l'acquisition de 279 stations-services de marques Esso à Imperial Oil pour 1,7 milliard de dollars[28]. En , Couche-Tard annonce l'acquisition de CST Brands, une entreprise texane gestion de station service qui possède notamment la marque CrossAmerica, pour 4,4 milliards de dollars. À la suite de cette acquisition, Couche-Tard annonce vouloir vendre des actifs de CST Brands pour 750 millions de dollars[29].

En , Couche-Tard annonce une offre d'acquisition sur Caltex Australia, pour 5,8 milliards de dollars[30]. Cette acquisition est abandonnée à la suite des conséquences économiques de la Pandémie de Covid-19[31].

En , l'entreprise annonce qu'elle n'ira pas de l'avant avec l’acquisition des 3900 dépanneurs et stations-service Speedway détenus par Marathon Petroleum Corp, le conglomérat japonais Seven & i Holdings ayant remporté le processus d’acquisition[32]. En , Couche-Tard annonce l'acquisition des activités hong-kongaises de Convenience Retail Asia, comprenant 340 supérettes Circle K, pour 360 millions de dollars[33].

Le , la société indique dans un communiqué, publié en parallèle avec celui de Carrefour, qu'elle a sollicité le géant français de la distribution pour son rachat. Cette offre est présentée comme amicale et selon les sociétés, il s'agit encore de discussions préliminaires[34].

L'offre de rachat s'élève à 20 milliards d'euros, mais suscite d'ores et déjà l'opposition a priori du gouvernement français, qui voit en Carrefour un facteur d'indépendance alimentaire intérieure, comme cela a notamment été le cas lors de la pandémie de Covid-19 de 2020[35],[36]. Cette opposition conduit Couche-Tard à renoncer dès le [37]. Toute discussion n'est cependant pas définitivement abandonnée, Carrefour et Couche-Tard ayant annoncé dans la foulée leur volonté de continuer à rechercher malgré tout des partenariats opérationnels[38],[39].

ActionnairesModifier

Liste des principaux actionnaires au [40] :

Actionnaire %
Orano Co. (société contrôlée par Alain Bouchard) 10,5 %
en:Jacques D’Amours 5,80 %
Richard Fortin 3,04 %
Caisse de dépôt et placement du Québec 2,15 %
Artisan Partners 2,09 %
Réal Plourde 2,04 %
The Vanguard Group 2,00 %
Fidelity Management & Research 1,56 %
Fidelity Investments Canada 1,54 %
Alain Bouchard 1,28 %

Marques actuelles et présence internationaleModifier

 
Succursale Mac's, à Toronto.
  • Circle K, présente en Amérique (Canada, États-Unis, Mexique, Honduras et Costa Rica), en Europe (Norvège, Suède, Danemark, Russie, Estonie, Lettonie, Lituanie et Pologne), en Afrique (Égypte), au Moyen-Orient (Émirats arabes unis) et en Asie (Chine (dont Hong Kong et Macao), Vietnam, Malaisie, Indonésie, Philippines et Guam)[41]
  • Kangaroo Express, présente aux États-Unis[42]
  • Mac's, présente au Canada (sauf au Québec)[26]
  • Statoil Fuel & Retail, encore présente en Estonie, Lettonie, Lituanie, Pologne et Russie (les bannières de Statoil en Norvège, Suède et Danemark ont déjà été remplacées par des Circle K)[26]
  • Topaz, présente en Irlande[26]
  • Ingo, présente en Suède et au Danemark[26]
  • Couche-Tard, présente au Québec[26]
  • 7 jours, présente au Québec
  • Provi-Soir, présente au Québec

Note : À terme, la bannière Circle K remplacera entièrement les bannières Kangaroo Express, Mac's, Statoil et Topaz. Le changement de bannière des premières a commencé en 2018 alors que le changement pour Topaz n'est pas encore au calendrier.

SyndicalisationModifier

BelœilModifier

Au début du mois de , certains employés d'une succursale située à Saint-Mathieu-de-Belœil, en bordure de l'autoroute 20, tentent de se syndiquer avec l'aide de la Confédération des syndicats nationaux (CSN)[43]. Le , la société procède à la fermeture sans préavis de la succursale, prétextant que cette dernière n'est pas rentable[44],[45]. La CSN réagit à cette annonce en affirmant que la fermeture de cette succursale est un geste antisyndical et antisocial[46]. En , la centrale syndicale dépose une plainte auprès de la Commission des relations de travail du Québec (CRT), accusant la compagnie « d’ingérence, d’entrave, d’intimidation, de menaces et de représailles pour activités syndicales en vertu des articles 12 à 14 du Code du travail du Québec »[47]. La plainte se règle par une entente hors cour confidentielle et Alimentation Couche-Tard rouvre cette succursale en [43].

MontréalModifier

 
Un dépanneur Couche-Tard situé à Montréal, au Québec.

Le , des employés d'une succursale située au coin nord-est des rues Jean-Talon et D'Iberville, à Montréal, déposent une demande en accréditation syndicale auprès de la CSN[16],[48].

Le , Couche-Tard ferme une succursale en processus de syndicalisation située au coin des rues Saint-Denis et Beaubien, à Montréal, soutenant qu'elle n'était pas rentable[49],[17]. Au début du mois de mai, la CSN dépose une plainte à la CRT, invoquant à nouveau les articles 12 à 14 Code du travail. La centrale syndicale réclame à l'entreprise environ 1,1 million de dollars canadiens en salaire, dommages moraux et punitifs[50],[51].

De à , trois autres succursales, dont celle de Saint-Liboire qui compte le plus grand nombre d'employés au Québec, font une demande d'accréditation syndicale[50],[18]. Le jeudi , Couche-Tard ferme les portes de la succursale, nouvellement syndiquée, située aux angles de Jean-Talon et Iberville[52]. Fin , les travailleurs d'un cinquième dépanneur, situé dans l'arrondissement Pierrefonds–Roxboro à Montréal déposent une requête en accréditation syndicale auprès de la Commission des relations du travail.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c http://corpo.couche-tard.com/wp-content/uploads/2014/06/2017-07-19-2017-Rapport-annuel-Fr-10h30-am.pdf
  2. « Notre entreprise / Couche-Tard », sur Couche-Tard (consulté le ).
  3. « Alain Bouchard cède la direction de Couche-Tard », (consulté le ).
  4. « L’empire québécois du dépanneur qui n’en finit plus de grossir », sur TVA Nouvelles (consulté le )
  5. « Les plus importantes entreprises publiques au Canada », sur www.msn.com (consulté le )
  6. Historique, Couche-Tard, 22 avril 2013
  7. Alimentation Couche-Tard achète Circle K, Radio-Canada, 6 octobre 2003
  8. [PDF] « http://www.couchetard.com/sn_uploads/0ACT_com_FR_Q3.pdf »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  9. Couche-Tard est en grande santé financière, Le Devoir, 2006-09-07
  10. La Presse canadienne, « Couche-Tard acquiert 450 magasins On the Run », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. La Presse canadienne, « Couche-Tard prépare sa propre carte de crédit », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. La Presse canadienne, « Lutte en vue pour le rachat de Casey's par Couche-Tard », Le Devoir,‎ 2010consulté le= 10 avril 2010 (lire en ligne)
  13. « Rachat de Casey's - Couche-Tard perd une autre bataille », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada,
  14. « Achat de Casey's - Couche-Tard baisse les bras », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada,
  15. a et b La Presse canadienne, « Le salaire des dirigeants de Couche-Tard bondit de 32 % », Le Devoir,
  16. a et b François Desjardins, « La CSN tente d'entrer chez Couche-Tard - Après une tentative infructueuse à Belœil, le syndicat tente à nouveau sa chance, à Montréal », Le Devoir,
  17. a et b Yvon Laprade, « Couche-Tard se comporte comme Walmart et McDo, dit la CSN », Rue Frontenac,‎ (lire en ligne)
  18. a et b André Dubuc, « Syndicalisation des Couche-Tard : des employés se vident le cœur », La Presse,
  19. Carl Renaud, « Couche-Tard bondit avec son achat de 2,8G$ US : Alimentation Couche-Tard fait l'acquisition de Statoil Fuel & Retail en Norvège pour 2,8G$ US et les investisseurs applaudissent en faisant grimper le titre de plus de 10 %. », canoe.ca,‎ (lire en ligne, consulté le )
  20. Sylvain Laroque et La Presse canadienne, « Nouveau sommet pour Couche-Tard en Bourse : Le titre d'Alimentation Couche-Tard (T.ATD.B) a grimpé à plus de 40 $ durant la séance de mercredi après que l'entreprise ait annoncé qu'elle faisait son entrée sur le marché européen en proposant d'acquérir la chaîne norvégienne de stations-service Statoil Fuel & Retail pour 2,7 milliards de dollars. », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. BP buys Scandinavian jet fuel business, Reuters, 3 septembre 2014
  22. « Alimentation Couche-Tard to buy Pantry in $1.7 billion deal », Reuters,
  23. a et b « Circle K Global | Couche-Tard » (consulté le )
  24. « Au revoir Mac's: Convenience store chain renamed Circle K after U.S. brand » (consulté le )
  25. « Europe | Couche-Tard » (consulté le )
  26. a b c d e et f « Canada | Couche-Tard » (consulté le )
  27. Canada's Couche-Tard buys Texas Star convenience stores, Reuters, 14 octobre 2015
  28. Couche-Tard achète 279 stations Esso au Québec et en Ontario, Matthieu Charest, Les Affaires, 8 mars 2016
  29. Canada's Couche-Tard to buy Texas-based CST Brands in $4.4 billion deal, Reuters, 22 août 2016
  30. Nikhil Nainan, « Canada's Couche-Tard sweetens proposal for Caltex Australia, offers $5.8 billion », sur Reuters,
  31. Nikhil Nainan, « Couche-Tard shelves $5.6 billion Caltex Australia buyout as deal becomes latest virus victim », sur Reuters, .
  32. « Sprint perdu, mais Couche-Tard toujours dans la course », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. « Canada's Couche-Tard enters Asia with near $360 million Hong Kong acquisition », sur Reuters,
  34. « Grande distribution : Carrefour dans le viseur de son concurrent canadien Alimentation Couche-Tard », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. « Carrefour : pourquoi Bercy n'est « pas favorable » à l'offre de Couche-Tard », sur Les Echos, (consulté le )
  36. « Pourquoi l’Etat s’oppose « a priori » à l’offre de rachat de Carrefour par le canadien Couche-Tard », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  37. « Couche-Tard renonce à racheter Carrefour, selon Bloomberg », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  38. « Après le niet de l'Etat, Carrefour et Couche-Tard empruntent la voie du partenariat », sur Les Echos, (consulté le )
  39. « Couche-Tard gardera l'oeil sur carrefour »
  40. « ALIMENTATION COUCHE-TARD INC. : Actionnaires Dirigeants et Profil Société », sur www.zonebourse.com (consulté le )
  41. « Présence internationale | Couche-Tard » (consulté le )
  42. « États-Unis | Couche-Tard » (consulté le )
  43. a et b Marie-Eve Fournier, « Couche-Tard rouvrira son dépanneur de Belœil fermé dans la controverse », Rue Frontenac, Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. François Desjardins, « Couche-Tard ferme un dépanneur en voie de syndicalisation », Le Devoir, (consulté le )
  45. « Fermeture d'un dépanneur en voie de syndicalisation », sur http://www.radio-canada.ca, Société Radio-Canada, (consulté le )
  46. Louis-Pierre Côté, « Fermeture d’un Couche-Tard : la CSN en furie », sur http://argent.canoe.ca, (consulté le )
  47. Marie-Eve Fournier, « Fermeture à Belœil – Couche-Tard devra se justifier », Rue Frontenac, Montréal,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. La Presse canadienne, « Couche-Tard ferme un dépanneur en voie de syndicalisation », Le Devoir,
  49. « Couche-Tard ferme un dépanneur en processus de syndicalisation », Radio-canada,
  50. a et b François Desjardins, « La CSN réclame 1 million de Couche-Tard », Le Devoir,
  51. Yvon Laprade, « La CSN poursuit Couche-Tard pour 1,1 M$ », Rue Frontenac,
  52. Émilie Bilodeau, « Fermeture d'un autre Couche-Tard nouvellement syndiqué », La Presse,‎ (lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier