Alice Springs

ville australienne

Alice Springs
Alice Springs
Alice Springs
Administration
Pays Drapeau de l'Australie Australie
État Territoire du Nord
Maire Damien Ryan
Code postal NT 0870
Démographie
Population 31 120 hab. (2021)
Densité 209 hab./km2
Géographie
Coordonnées 23° 42′ 08″ sud, 133° 52′ 36″ est
Altitude 576 m
Superficie 149 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Australie
Voir sur la carte topographique d'Australie
City locator 14.svg
Alice Springs
Géolocalisation sur la carte : Territoire du Nord
Voir sur la carte topographique du Territoire du Nord
City locator 14.svg
Alice Springs
Liens
Site web www.alicesprings.nt.gov.au

Alice Springs (en arrernte : Mparntwe) est la troisième plus grande ville du Territoire du Nord de l'Australie dans la Central Desert Region. Connue sous le nom de Stuart jusqu'au , le nom d'Alice Springs a été donné par le géomètre William Whitfield Mills d'après Alice, Lady Todd (née Alice Gillam Bell), épouse du pionnier du télégraphe Sir Charles Todd. Aujourd'hui connue sous le « The Alice » ou simplement Alice, la ville est située à peu près au centre géographique de l'Australie. Elle est presque à équidistance d'Adélaïde et de Darwin[1].

La région est connue sous le nom de Mparntwe par ses premiers habitants, les Arrernte, qui vivent dans le désert d'Australie centrale dans et autour de ce qui est maintenant Alice Springs depuis des dizaines de milliers d'années.

Seule localité d'une certaine importance à un millier de kilomètres à la ronde, elle se retrouve sur la plupart des cartes d'Australie (voire du monde) à une place un peu disproportionnée par rapport à sa taille réelle[2].

Alice Springs avait une population urbaine de 26 534 habitants[3] en juin 2018, après avoir diminué en moyenne de 1,16 % par an les cinq années précédentes. La population de la ville représente environ 10 % de la population du Territoire du Nord[4].

La ville est à cheval sur la rivière Todd, habituellement sèche, sur le côté nord des MacDonnell Ranges. La région environnante est connue comme l'Australie centrale, ou le Centre rouge, un environnement aride composé de plusieurs déserts différents. Les températures à Alice Springs peuvent varier, avec un maximum moyen en été de 35,6 °C et un minimum moyen en hiver de 5,1 °C.

HistoireModifier

Propriétaire d'origineModifier

Le peuple Arrernte est le propriétaire d'origine de la région d'Alice Springs et des monts MacDonnell environnants[5]. Ils vivent dans la région depuis au moins 30 000 ans[6]. Le nom originale de la région du township est Mparntwe.

Leur nom a été orthographié sous diverses formes, notamment Aranda, Arrarnta et Arunta. Il existe cinq dialectes de la langue Arrernte : le sud-est, le centre, le nord, l'est et le nord-est.

Le pays Arrernte est riche en chaînes de montagnes, en points d'eau et en gorges, qui créent une variété d'habitats naturels. Selon les histoires traditionnelles Arrernte, le paysage a été façonné par les chenilles Yeperenye, Ntyarlke, Utnerrengatye[7],[8]et Akngwelye ou chiens sauvages[9].

Parc du désert d'Alice Springs, dessin aborigène sur sable

Les nombreux sites d'importance traditionnelle dans et autour d'Alice Springs comprennent Anthwerrke (Emily Gap), Akeyulerre (Billy Goat Hill), Ntaripe (Heavitree Gap), Atnelkentyarliweke (Anzac Hill) et Alhekulyele (Mt Gillen)[6].

Colonisation EuropéenneModifier

En 1861-1862, John McDouall Stuart a mené une expédition à travers l'Australie centrale, à l'ouest de ce qui deviendra plus tard Alice Springs, établissant ainsi une route du sud du continent vers le nord[10].

Une colonie blanche portant le nom de Stuart a vu le jour dix ans plus tard avec la construction d'une station répétitrice sur l'Australian Overland Telegraph Line (OTL, Ligne télégraphique transaustralienne), qui reliait Adélaïde à Darwin et à la Grande-Bretagne. L'OTL fut achevée en 1872. Elle suivait la route de Stuart et ouvrait l'intérieur du pays à la colonisation permanente. La station télégraphique d'Alice Springs fut installée près de ce que l'on pensait être un point d'eau permanent dans la Todd River, normalement asséchée, nommée Alice Springs[11] par W.W. Mills, d'après l'épouse du Superintendant des télégraphes et Postmaster General d'Australie-Méridionale, Charles Todd, qui était la force motrice de la construction de l'OTL. La colonie voisine de Stuart a été rebaptisée Alice Springs le 31 août 1933[12]. La Todd River (en)[13] et son affluent la Charles River[14], qui se rejoignent près de la station télégraphique, ont été nommés d'après Sir Charles.

Ce n'est qu'après la découverte d'or alluvial à Arltunga, à 100 kilomètres à l'est de l'actuelle Alice Springs, en 1887, qu'un peuplement européen significatif a eu lieu[15]. Le premier bâtiment important de la ville a été la Stuart Town Gaol dans Parson's Street ; il a été construit en 1909, alors que la ville comptait une population européenne de moins de 20 personnes. La plupart des premiers prisonniers de la prison étaient des aborigènes ayant eu un premier contact avec la population et incarcérés pour avoir tué du bétail[16]. Le premier avion, piloté par Francis Stewart Briggs, a atterri en 1921[17]. Le premier hôpital d'Australie centrale, Adelaide House, a été construit en 1926, alors que la population européenne de la ville comptait environ 40 personnes. Ce n'est qu'en 1929, lorsque la ligne de train vers Alice fut construite, que la population européenne de la ville commença à augmenter. Les Aborigènes d'Australie centrale ont été plus nombreux que les Européens d'Australie centrale jusqu'au milieu des années 1930[18]. De 1926 à 1931, Alice Springs a été le siège du gouvernement de l'ancien Territoire d'Australie centrale[19],[20]. Jusqu'au , la ville était officiellement connue sous le nom de Stuart[21].

À l'origine, les transports britannico-australiens dans l'Outback étaient assurés par des trains de chameaux, exploités par des immigrants des tribus Pathan de la frontière nord-ouest de l'Inde britannique de l'époque (l'actuel Pakistan), connus localement sous le nom de « cameleers » afghans basés à Hergott Springs, ou Marree (en) depuis 1917. De nombreux cameleers se sont installés à Alice Springs en 1929, lorsque le chemin de fer a enfin atteint la ville. Ils vivaient dans le quartier où se trouve aujourd'hui le conseil municipal et transportaient des marchandises depuis la tête de ligne jusqu'aux gares et aux colonies situées au nord. Une ruée vers l'or à Tennant Creek en 1932 a fait tourner les roues de l'économie d'Alice Springs jusqu'au début de la Seconde Guerre mondiale[18].

Alice Springs a été reliée à Darwin par voie ferrée le , lorsque le premier train de passagers est arrivé à Darwin en provenance d'Adélaïde.

Deuxième Guerre MondialeModifier

La Seconde Guerre mondiale a entraîné des changements importants à Alice Springs. Avant la guerre, Alice Springs était une colonie extrêmement isolée de moins de 500 personnes. Pendant la guerre, cependant, la ville était une base de transit extrêmement active, connue sous le nom de camp de transit australien n° 9, et une base de dépôt pour le long voyage de quatre jours vers Darwin. Le nœud ferroviaire d'Alice Springs a été pris en charge par les opérations militaires et le nombre de soldats postés à Alice Springs a augmenté rapidement, tout comme le nombre de personnes passant par là pour se rendre à Darwin ou en revenir. Lorsque Darwin fut menacée par les forces japonaises, les routes maritimes - principal moyen de transport et de réapprovisionnement de la capitale du Territoire du Nord - furent coupées. L'évacuation de Darwin a d'abord amené un grand nombre de civils, dont des fonctionnaires et de nombreux dossiers du gouvernement du territoire. Alice Springs devint la capitale civile du Territoire du Nord pendant la guerre. Lorsque Darwin a été bombardée par les forces aériennes japonaises, un grand nombre de militaires et leurs équipements lourds ont été rapidement déplacés vers le sud, à Alice Springs.

Le nombre de soldats postés à Alice Springs a culminé à environ 8 000 et le nombre de personnes de passage s'est élevé à près de 200 000[26]. Une fois la guerre terminée, les camps militaires et les personnes évacuées sont partis, et la population d'Alice Springs a rapidement diminué. Après avoir été visitée par près de 200 000 personnes, dont le général américain Douglas MacArthur, Alice Springs a acquis une notoriété considérable. Les années de guerre ont également laissé derrière elles de nombreuses structures. Le Totem Theatre, classé monument historique, créé pour le divertissement de ce camp, existe toujours aujourd'hui. L'armée australienne a installé le 109e hôpital général australien à Alice Springs. L'aérodrome de Seven Mile fut construit par la Royal Australian Air Force. Les opérations liées à la guerre ont nécessité le premier scellement de la route entre Alice Springs et Larrimah, l'expansion et l'amélioration de l'approvisionnement en eau d'Alice Springs, et l'amélioration de la tête de ligne ferroviaire. Les opérations liées à la guerre ont laissé derrière elles des milliers de pièces d'équipement et de véhicules militaires excédentaires, et une augmentation marquée de la population d'Alice Springs[22],[23].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Alice Springs était le lieu du dépôt de carburant pour avions intérieurs (IAFD) n° 24 de la RAAF, achevé le et fermé en . Chacun étant généralement composé de quatre réservoirs, 31 dépôts de carburant ont été construits à travers l'Australie pour le stockage et la fourniture de carburant d'avion pour la RAAF et les forces aériennes de l'armée américaine, pour un coût total de 900 000 £ (1 800 000 $).

Après la deuxième Guerre MondialeModifier

Au cours des années 1960, Alice Springs est devenue un important site de défense avec le développement de la base de surveillance satellite de défense conjointe américano-australienne de Pine Gap, où travaillent environ 700 personnes des deux pays.

Le tourisme est de loin la principale industrie de ces dernières années. Presque au centre exact du continent, Alice Springs se trouve à  1 200 kilomètres de l'océan le plus proche et à 1 500 kilomètres des grandes villes les plus proches, Darwin et Adélaïde. Alice Springs se trouve à mi-chemin de la ligne ferroviaire Adelaide-Darwin[24].

Ville moderneModifier

La ville moderne d'Alice Springs présente des influences européennes et aborigènes. Le point central de la ville, le Todd Mall, accueille un certain nombre de galeries d'art aborigènes et d'événements communautaires. Le style de vie désertique d'Alice Springs a inspiré plusieurs événements uniques, tels que la Camel Cup, la Henley-on-Todd Regatta, le Beanie Festival et la Tatts Finke Desert Race.

Environnement bâtiModifier

Alice Springs compte de nombreux bâtiments historiques, dont la station télégraphique Overland, l'ancien palais de justice et la résidence et l'école Hartley Street. Adelaide House, un bâtiment en pierre au milieu du Mall, le premier hôpital d'Australie centrale, a été conçu et construit par le révérend John Flynn, fondateur du premier service de médecins volants au monde, en 1926. Il a également été le site de la première expérience réussie de radio sans fil portable au monde, menée par Alf Traeger. Aujourd'hui, c'est un musée, l'une des nombreuses attractions touristiques importantes qui font partie de "The Flynn Trail", un sentier auto-guidé du patrimoine urbain[25].

Aujourd'hui, la ville est un important centre touristique et un centre de services pour la région environnante. C'est une ville bien équipée pour sa taille, avec plusieurs grands hôtels, un centre de congrès de classe mondiale et une bonne gamme d'attractions touristiques, de restaurants et d'autres services.

TransportsModifier

Chemins de ferModifier

 
Le Ghan à la gare d'Alice Springs.

Située sur la Central Australian Railway, Alice Springs est accessible par train. La gare d'Alice Springs est desservie par The Ghan qui relie deux fois par semaine dans chaque sens Adélaïde et Darwin[26].

Transports aériensModifier

L'aéroport d'Alice Springs (code AITA : ASP) est relié tous les jours à ceux d'Adélaïde, Uluru (Ayers Rock), Cairns, Darwin, Melbourne, Perth et Sydney.

RoutesModifier

Alice Springs est traversée par la Stuart Highway  , la route qui relie Darwin au nord à Adélaïde au sud.

AborigènesModifier

Les aborigènes représentent 17 % de la population de la ville et 29 % du Territoire du Nord.

GéographieModifier

 
Panorama d'Alice Springs.

La région autour d'Alice Springs fait partie de la zone de broussailles xériques des Central Ranges, composée de prairies broussailleuses sèches[27] et comprend les MacDonnell Ranges qui s'étendent à l'est et à l'ouest de la ville et contiennent un certain nombre de sentiers de randonnée et de trous de baignade tels que Ormiston Gorge, Ormiston Gorge Creek, Red Bank Gorge et Glen Helen Gorge. La piste Larapinta, longue de 223 kilomètres, suit la chaîne des MacDonnell Ranges de l'ouest et est considérée comme l'une des plus belles expériences de randonnée au monde.

Le désert de Simpson, au sud-est d'Alice Springs, est l'une des grandes régions sauvages d'Australie. Il contient des dunes de sable rouge géantes et des formations rocheuses comme le Chambers Pillar et Rainbow Valley.

ClimatModifier

Selon la classification climatique de Köppen, Alice Springs a un climat de désert chaud subtropical (BWh), caractérisé par des étés extrêmement chauds et secs et des hivers courts et doux[32][33]. Située juste au sud du tropique du Capricorne, la ville d'Alice Springs est à cheval sur la Todd River, généralement sèche, sur le côté nord des MacDonnell Ranges. Alice Springs est située en Australie centrale, également appelée le Centre rouge, un environnement aride composé de plusieurs déserts différents. Les précipitations annuelles moyennes sont de 285,9 millimètres, ce qui en ferait un climat semi-aride, sauf que son évapotranspiration élevée, ou son aridité, en fait un climat désertique[34].

Les précipitations annuelles sont erratiques, variant d'une année à l'autre à Alice Springs. En 2001, il est tombé 741 millimètres et en 2002 seulement 198 millimètres[35]. La plus forte précipitation journalière est de 204,8 millimètres, enregistrée le .

Les températures à Alice Springs sont très variables, et les précipitations peuvent varier de façon assez spectaculaire d'une année à l'autre. En été, la température maximale moyenne se situe dans les 30 degrés, tandis qu'en hiver, la température minimale moyenne peut atteindre 5,5 °C, avec une moyenne de 12,4 nuits sous le point de congélation chaque année, ce qui donne lieu à des gelées. L'altitude de la ville est d'environ 545 mètres, ce qui contribue à la fraîcheur des nuits en hiver[36]. La température la plus élevée jamais enregistrée est de 47,5 °C, pour la première fois le , tandis que la température la plus basse est de -7,5 °C, enregistrée le 17 juillet 1976. C'est également la température la plus basse enregistrée dans le Territoire du Nord.

Tableau climatique d'Alice Springs
Mois Jan. Fév. Mar. Avr. Mai Jun. Jul. Aoû. Sep. Oct. Nov. Déc. Année
Record de température maximale (°C) 46.7 44.7 45.0 39.9 38.3 31.6 31.6 35.6 38.8 45.0 45.6 47.5 47.5
Record de température minimale (°C) 10.0 8.5 6.1 1.4 -2.7 -6.0 -7.5 -4.1 -1.0 1.3 3.5 9.3 13.2
Précipitations (mm) 40.6 41.7 30.9 16.5 18.5 13.2 14.9 8.7 8.5 20.2 28.9 38.2 279.7
Nombre de jours de pluie moyen 4.9 4.6 3.2 2.1 2.9 2.7 2.6 1.9 2.3 4.4 5.6 6.0 43.2
Source: Bureau of Meteorology

Données démographiquesModifier

Selon le recensement de la population de 2016, l'agglomération d'Alice Springs comptait 23 726 habitants.

Les aborigènes et les insulaires du détroit de Torres représentaient 18,1% de la population.

64,2 % des personnes étaient nées en Australie. Les autres pays de naissance les plus courants sont la Nouvelle-Zélande (3,6 %), les États-Unis d'Amérique (2,8 %), l'Inde (2,8 %), l'Angleterre (2,6 %) et les Philippines (2,1 %).

68,3 % des personnes ne parlent que l'anglais à la maison. Les autres langues parlées à la maison étaient le malayalam (1,7 %), l'arrente (1,0 %), le tagalog (1,0 %), le chinois mandarin (0,8 %) et le philippin (0,8 %).

Les réponses les plus courantes pour la religion étaient aucune religion (32,5 %) et catholique (18,8 %)[4].

Population AborigèneModifier

Alice Springs étant le centre régional de l'Australie centrale, elle attire les Aborigènes de toute la région et bien au-delà. De nombreux Aborigènes s'y rendent régulièrement pour utiliser les services de la ville. Les résidents aborigènes vivent généralement dans les banlieues, sur des baux à usage spécial (ou camps de la ville), ou plus loin à Amoonguna au sud et dans les petites communautés familiales isolées sur les terres aborigènes des régions environnantes.

Les propriétaires originales de la région d'Alice Springs sont les Arrernte centraux[28]. Comme il s'agit de la plus grande ville d'Australie centrale, on y trouve également des locuteurs de Warlpiri, Warumungu, Kaytetye, Alyawarre, Luritja, Pintupi, Pitjantjatjara, Yankunytjatjara, Ngaanyatjarra, Pertame, Arrernte oriental et occidental, entre autres[29].

Population étrangère et itinéranteModifier

Population AméricaineModifier

Les Américains vivent à Alice Springs sans interruption depuis la création du détachement 421 de l'armée de l'air américaine, en 1954. Actuellement[Quand ?] situé sur Schwarz Crescent, il fait partie d'un projet commun américano-australien appelé "Joint Geological and Geographical Research Station" (JGGRS), littéralement "Station commune de recherche géologique et géographique". L'unité est connue localement sous le nom de "Det 421" ou "The Det" et a parrainé jusqu'à 25 familles américaines pour qu'elles vivent en tant que résidents temporaires dans le district d'Alice Springs.

Pour marquer l'amitié de longue date avec la communauté, le 1er juillet 1995, le conseil municipal d'Alice Springs a accordé au Detachment 421 la liberté d'entrée à Alice Springs[30]. Depuis le début des années 1970, la majorité de la population américaine d'Alice Springs est associée à la proximité de Pine Gap, une station de suivi satellitaire conjointe australo-américaine, située à 19 kilomètres au sud-ouest d'Alice Springs, qui emploie environ 700 Américains et Australiens.

Actuellement[Quand ?], 2 000 résidents du district d'Alice Springs possèdent la nationalité américaine. Nombre d'entre eux, rejoints par quelques Australiens, célèbrent les principaux jours fériés américains, notamment le 4 juillet et Thanksgiving. Les Américains d'Alice Springs sont également connus pour participer à diverses associations et équipes sportives, notamment à des compétitions de base-ball, de basket-ball et de football[31].

Autres culturesModifier

Plusieurs petites communautés d'immigrants d'autres cultures étrangères ont trouvé refuge à Alice Springs, notamment les groupes ethniques vietnamien, chinois, thaïlandais, soudanais et indien. L'impact le plus évident de leur présence dans une ville aussi petite et isolée a été l'ouverture de divers restaurants servant leurs cuisines traditionnelles.

Population itinéranteModifier

Alice Springs compte une importante population itinérante. Cette population est généralement composée de touristes étrangers et australiens, d'Australiens aborigènes en visite dans les communautés voisines d'Australie centrale et de travailleurs australiens ou internationaux sous contrat à court terme (appelés familièrement "blow-ins"). Les principales sources de travail qui recrutent des travailleurs en ville sont les gares, les mines, les soins de santé et les forces de l'ordre. Les touristes étrangers passent généralement par là en se rendant au parc national d'Uluru-Kata Tjuta, tandis que les touristes australiens viennent généralement dans le cadre d'un événement tel que les Masters Games et la Finke Desert Race. Ces événements peuvent faire fluctuer la population de la ville de plusieurs milliers de personnes en l'espace de quelques jours.

GouvernementModifier

Le conseil municipal d'Alice Springs (CMAS) gouverne la région d'Alice Springs, qui comprend le centre-ville, ses banlieues et certaines zones rurales. Le conseil municipal d'Alice Springs gouverne Alice Springs depuis 1971. Il est composé de neuf membres : le maire et huit conseillers municipaux. La ville n'est pas divisée en quartiers. Le maire actuel[Quand ?] d'Alice Springs est Damien Ryan. Les réunions du conseil ont lieu le dernier lundi de chaque mois. La région d'Alice Springs est régie par la nouvelle région de MacDonnell (en), pour laquelle Alice Springs est le siège du conseil.

Alice Springs et la région environnante ont quatre membres élus à l'Assemblée législative du Territoire du Nord. Araluen et Braitling sont entièrement situés à l'intérieur d'Alice Springs, tandis que les sièges essentiellement ruraux de Gwoja (appelé Stuart avant 2020) et Namatjira débordent sur la ville. Historiquement, Alice Springs a penché du côté conservateur. Elle a été un bastion du Country Liberal Party pendant de nombreuses années ; seul le nord-est (dont une partie se trouve à Stuart) penche du côté des travaillistes. Cependant, ces tendances ont été radicalement modifiées lors des élections de 2016. L'ancien ministre en chef et résident d'Alice Springs, Adam Giles, a perdu Braitling au profit des travaillistes, Araluen a été conservé par le CLP devenu indépendant Robyn Lambley, et Namatjira et Stuart sont tombés aux mains des travaillistes. En conséquence, le CLP a été complètement exclu d'Alice Springs pour la toute première fois. Le CLP a récupéré Braitling et Namatjira en 2020, tandis que Lambley a conservé Araluen pour son nouveau parti, la Territory Alliance (l'Alliance Territoriale).

À la Chambre des Représentants Australien, Alice Springs fait partie de la division de Lingiari, qui comprend tout le territoire en dehors de la région de Darwin/Palmerston. Lingiari est actuellement détenue par le membre travailliste et résident d'Alice Springs, Warren Snowdon.

ÉconomieModifier

Alice Springs a commencé comme une ville de services pour l'industrie pastorale qui s'est installée dans la région. L'introduction de la ligne de chemin de fer a fait croître son économie[32]. Aujourd'hui, la ville à une région de 546 046 kilomètres carrés et une population régionale de 38 749 habitants. La région comprend un certain nombre de communautés minières et pastorales, le Joint Defence Space Research Facility, littéralement Installation Conjointe de Recherche Spatiale pour la Défense, à Pine Gap et les attractions touristiques du parc national d'Uluru-Kata Tjuta, du parc national de Watarrka et des MacDonnell Ranges.

Le plus grand employeur d'Alice Springs est le gouvernement du Territoire du Nord, avec 8 % des personnes employées dans l'administration gouvernementale, 7 % dans l'enseignement scolaire et 4 % à l'hôpital d'Alice Springs[4]. L'économie d'Alice Springs dépend quelque peu du tourisme national et international, avec 4 % de sa main-d'œuvre employée à l'hébergement[4]

Outre Territory Discoveries, toutes les grandes compagnies touristiques ont une base à Alice Springs, y compris AAT Kings & APT, ainsi que de nombreux opérateurs locaux, dont Emu Run Tours, Anganu Waai ! tours, Alice Wanderer et Wayoutback Desert Safaris, le seul opérateur local accrédité Ecotourism Avancé.

Alice Springs abrite de nombreux hôtels, du 4+1⁄2 étoiles Lasseters Hotel Casino, aux auberges pour routards. Il y a également des terrains pour caravanes.

Un centre d'expédition du Royal Flying Doctor Service of Australia y est installé.

ÉducationModifier

L'éducation est supervisée à l'échelle du territoire par le Department of Education and Training (DET). Il s'efforce d'améliorer continuellement les résultats scolaires de tous les élèves, en mettant l'accent sur les élèves indigènes[33].

Préscolaire, Primaire et SecondaireModifier

Alice Springs est desservie par dix-neuf écoles publiques et privées qui accueillent des étudiants locaux et étrangers. Plus de 3 843 élèves sont inscrits dans les écoles d'Alice Springs, dont 2 187 dans l'enseignement primaire et 1 656 dans l'enseignement secondaire[34]. Plus de 1 932 élèves sont inscrits dans les écoles publiques et 1 055 dans les écoles indépendantes[34].

L'école de l'air d'Alice Springs dispense un enseignement aux élèves des zones reculées.

Tertiaire et professionnelModifier

Le campus d'Alice Springs de l'université Charles Darwin propose des cours de TAFE et d'enseignement supérieur. The Centre for Appropriate Technology a été créé en 1980 et fournit une gamme de services pour encourager et aider les Aborigènes à améliorer leur qualité de vie dans les communautés éloignées.

Loisirs et cultureModifier

Événements et festivalsModifier

Le point central de la ville, le Todd Mall, accueille un certain nombre de galeries d'art aborigènes et d'événements communautaires. Le style de vie désertique d'Alice Springs a inspiré plusieurs événements uniques, tels que l'Alice Desert Festival, le Red Centre NATS, le Blacken Open Air music festival, Parrtjima, la Camel Cup, la Henley-on-Todd Regatta, le Beanie Festival et la Finke Desert Race. La Finke Desert Race est un défi « aller-retour » d'Alice Springs à la communauté d'Aputula (Finke), couvrant un trajet aller-retour de 460 kilomètres[35].

Arts et divertissementsModifier

Galeries et muséeModifier

Alice Springs est connue comme la capitale de l'art aborigène d'Australie centrale, où se trouvent de nombreuses galeries d'art locales et aborigènes[36]. L'art indigène australien est le plus dominant, et les galeries présentent la riche culture et les traditions indigènes qui abondent en Australie centrale. Le commerce de l'art aborigène est monté en flèche après le début du mouvement de peinture à Papunya, une colonie aborigène d'Australie centrale, et a gagné d'autres communautés indigènes. L'Australie centrale est le berceau de certains des noms les plus importants de l'art aborigène, notamment Emily Kngwarreye, Minnie Pwerle, Clifford Possum Tjapaltjarri, Albert Namatjira et Wenten Rubuntja.

Le Museum of Central Australia / Stehlow Research Centre[37] présente certains des plus importants documents d'histoire naturelle et d'archives liés à l'histoire et à la culture de la région. Les archives de Strehlow contiennent également des documents liés au peuple Arrernte d'Australie centrale. L'Araluen Centre for Arts and Entertainment présente des ballets et des orchestres de renommée mondiale, ainsi que des spectacles locaux. Le Women's Museum of Australia (anciennement National Pioneer Women's Hall of Fame) est situé dans l'enceinte de l'ancienne prison d'Alice Springs, dans le Heritage Precinct. Les histoires de femmes de toute l'Australie y sont présentées avec la vie des femmes de l'outback ainsi que les histoires de l'Old Gaol et de la Labour Prison. Les objets comprennent un grand édredon « Signature »[38] avec les signatures de plus de 300 femmes premières dans leur domaine et une tapisserie Aviatrix de 4,2 m de long[39] célébrant la vie de haut vol des aviatrices australiennes.

La ville possède d'excellents petits musées. La vaste collection du Old Timer's Traeger Museum sur la North Stuart Highway comprend des objets provenant des premiers résidents afghans et allemands de la ville, des objets traditionnels aborigènes et des objets qui montrent la fusion précoce des cultures européenne et aborigène, comme un couteau à lame de verre à manche en spinifex. La collection comprend également des sculptures en pierre à savon réalisées par l'artiste Arrernte Erlikilyika[40].

Bibliothèque, archives et autres collectionsModifier

Alice Springs abrite la Bibliothèque Publique d'Alice Springs (Alice Springs Public Library), également connue sous le nom de Nevil Shute Memorial Library[41]. La bibliothèque, en plus de ses collections générales empruntables (y compris les ressources électroniques), abrite également deux collections spéciales, non empruntables. Il s'agit de la Alice Springs Collection et de l'Akaltye Atheme Collection, qui recueillent toutes deux spécifiquement du contenu sur l'Australie centrale, y compris des ressources en langues aborigènes (d'environ 16 langues locales) et des informations sur le patrimoine culturel[42],[43],[44].

La Alice Springs Collection détient également une importante collection numérique, y compris des copies PDF du Centralian Advocate de 1947 à 2015, et plus de 6000 images, provenant principalement de la Central Australian Historical Images Collection[42],[45].

Library & Archives NT a également des bureaux à Alice Springs, situés à Minerals House sur Hartley Street, qui détient des collections d'archives relatives à l'Australie centrale, y compris Tennant Creek[46]. Les collections détenues ici comprennent des collections communautaires et des archives gouvernementales[47].

Les autres institutions de collecte, à l'exclusion des écoles, comprennent :

• Bibliothèque de l'Institut de recherche sur les zones arides (Arid Zone Research Institute) (AZRI)[48]

• Batchelor Institute of Indigenous Tertiary Education Library, Desert Peoples Centre Campus Library (Bibliothèque du Batchelor Institute of Indigenous Tertiary Education)[49]

• Bibliothèque du Central Land Council (Central Land Council Library)[50]

• Bibliothèque de l'Université Charles Darwin (Charles Darwin University Library), Alice Springs[51].

• Bibliothèque du Département de la Santé du NT (NT Department of Health Library), Alice Springs[52]

• Bibliothèque du Centre de recherche de Strehlow (Strehlow Research Centre Library)[53].

Liens externesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « Centre of Australia States and Territories », sur www.ga.gov.au, (consulté le ).
  2. Voir par exemple la carte de l'Australie de la géographie de l'Australie.
  3. (en) « Details - Main Features », sur www.abs.gov.au, Commonwealth of Australia - Australian Bureau of Statistics, (consulté le ).
  4. a b c et d (en) « 2016 Census QuickStats: Alice Springs », sur quickstats.censusdata.abs.gov.au (consulté le ).
  5. (en) « Local Community & Culture », sur Alice Springs Town Council (consulté le ).
  6. a et b (en) « Source prouvant que le peuple Arrernte vit près de Alice Springs depuis plus de 30 milles ans », sur search.informit.com.
  7. (en) Emma Sleath, « Alice Springs Aboriginal elder's bid for better understanding », ABC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. Emma Sleath, « Sacred caterpillars plentiful after the rain - ABC (none) - Australian Broadcasting Corporation », sur www.abc.net.au (consulté le ).
  9. (en) Kieran Finnane, « NAIDOC celebrates the Wild Dog Story of Alice Springs - Alice Springs News », (consulté le ).
  10. « Explorations in Australia », sur gutenberg.net.au (consulté le ).
  11. « Place Names Register », sur www.ntlis.nt.gov.au (consulté le ).
  12. « Place Names Register : Alice Springs », sur www.ntlis.nt.gov.au (consulté le ).
  13. « Place Names Register : Todd River », sur www.ntlis.nt.gov.au (consulté le ).
  14. « Place Names Register : Charles River », sur www.ntlis.nt.gov.au (consulté le ).
  15. (en) « Peuplement européen significatif ».
  16. « A Very Short History of the Stuart Town Gaol », sur A Very Short History of the Stuart Town Gaol (consulté le ).
  17. « SLSA: Searcy Collection PRG 280/1/35/262 », sur web.archive.org, (consulté le ).
  18. a et b « Wayback Machine », sur web.archive.org (consulté le ).
  19. Northern Australia Act 1926 (No 16 of 1926) (lire en ligne).
  20. (en) « Northern Territory (Administration) Act 1931 », sur www.legislation.gov.au (consulté le ).
  21. « About Alice Springs - History », sur web.archive.org, (consulté le ).
  22. « Central Australia - The War Years », sur web.archive.org, (consulté le ).
  23. « Alice Springs Northern Territory History », sur www.southaustralianhistory.com.au (consulté le ).
  24. « The Legendary Ghan - Australian Train Travel - Northern Territory Official Travel Site », sur web.archive.org, (consulté le ).
  25. « Flynn Trail - heritage tour in Alice Springs », sur web.archive.org, (consulté le ).
  26. Australian Railmaps, "Rail Map - Perth to Adelaide, Central and Northern Australia".
  27. « Terrestrial Ecoregions -- Central Ranges xeric scrub (AA1302) », sur web.archive.org, (consulté le ).
  28. (en) « Propriétaire originale de la région d'Alice Springs ».
  29. « Alice Springs - Aboriginal Culture », sur web.archive.org, (consulté le ).
  30. (en) « Seventh Council 1992-1996 », sur Alice Springs Town Council (consulté le ).
  31. (en) « Américains à Alice Springs ».
  32. (en) « Chemin de fer d'Alice Springs » [PDF].
  33. (en) « École d'Alice Springs ».
  34. a et b « http://www.censusdata.abs.gov.au/ABSNavigation/prenav/ViewData?action… », sur archive.ph, (consulté le ).
  35. « About Us - Contact, Business, Media, Membership, Sponsors, Volunteers - Tatts Finke Desert Race », sur web.archive.org, (consulté le ).
  36. « Clean Energy Council | General Information », sur web.archive.org, (consulté le ).
  37. « Museum of Central Australia - NRETAS Internet Site », sur web.archive.org, (consulté le ).
  38. « NPWHF1291 - Signature Quilt | Women's Museum of Australia », sur wmoa.com.au (consulté le ).
  39. « Women's Museum of Australia », sur wmoa.com.au (consulté le ).
  40. (en) « Erlikilyika ».
  41. (en) « About the l », sur Alice Springs Town Council (consulté le ).
  42. a et b (en) « Catalogue and Research », sur Alice Springs Town Council (consulté le ).
  43. Denise Senior, Giving Indigenous Knowledge: The Akaltye Antheme Collection, Alice Springs Public Library, vol. 20, 28–33 p. (DOI 10.3316/ielapa.347150294724689, lire en ligne), chap. 1.
  44. Fiona Blackburn, Learning on the job: collection management, and aspects of cross-cultural provision, vol. 58, , 312–325 p. (ISSN 0004-9670, DOI 10.1080/00049670.2009.10735908, lire en ligne), chap. 3.
  45. « Alice Springs Collection - Directory of Archives in Australia », sur directory.archivists.org.au (consulté le ).
  46. « About the Library | Library & Archives NT », sur lant.nt.gov.au (consulté le ).
  47. « Our Services | Library & Archives NT », sur lant.nt.gov.au (consulté le ).
  48. (en) Northern Territory Government, « Library services », sur industry.nt.gov.au, (consulté le ).
  49. (en-US) « Batchelor Institute » Library » (consulté le ).
  50. « Central Land Council Library -- Central Land Council », sur librarytechnology.org (consulté le ).
  51. (en) « Alice Springs library », sur Charles Darwin University (consulté le ).
  52. (en) A'Mhara McKey, « Health Library: LIBRARY WEBSITE: Home », sur library.health.nt.gov.au (consulté le ).
  53. « The Strehlow Research Centre | Araluen Arts Centre », sur araluenartscentre.nt.gov.au (consulté le ).

Sur les autres projets Wikimedia :