Ouvrir le menu principal

Alfred Renouard de Bussière

homme politique français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Renouard et Bussière.
Alfred Renouard de Bussière
Baron Alfred Renouard de Bussière (1804-1887).jpg
Fonctions
Conseiller général du Bas-Rhin
-
Directeur
Monnaie de Paris
-
Député du Bas-Rhin
-
Conseiller général du Bas-Rhin
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 82 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Famille
Père
Fratrie
Enfant
Autres informations
Propriétaire de
Membre de
Société de Secours aux blessés militaires (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinction
Strasbourg-Hôtel d'Andlau-Klinglin (2).jpg
Plaque apposée sur l'Hôtel d'Andlau-Klinglin.

Le baron Alfred Renouard de Bussière[1], né à Strasbourg le et mort à Paris le , est un banquier, capitaine d'industrie et homme politique français, qui fut l'un des grands acteurs de la vie économique et politique de son temps en Alsace.

BiographieModifier

 
Inscription sur le pignon de la ferme Bussière (1876)

Second fils d'Athanase Paul Renouard de Bussierre (1776-1846), Alfred Renouard de Bussierre épouse en 1825 Mélanie de Coehorn, fille du général et baron d'Empire Louis Jacques de Coehorn. Leur fille Mélanie de Bussierre (1836-1914) épousera le comte Edmond de Pourtalès-Gorgier.

Un financier et capitaine d'industrie alsacienModifier

Il est élevé dans la rigueur d'une vieille famille protestante. Banquier à Strasbourg, s'intéressant à l'industrie et à la navigation sur le Rhin, il prend la présidence de la Société de filature et de tissage mécaniques du Bas-Rhin en 1827 et prend part au rachat de la Fabrique d'acier du Bas-Rhin à Graffenstaden, devenant un établissement de constructions mécaniques dont il prend le contrôle et la présidence en 1848. L'Usine de Graffenstaden fusionne avec la société André Koechlin & Cie en 1872 pour former la Société alsacienne de constructions mécaniques (SACM), dont il assure la présidence jusqu'à son décès.

Président du tribunal de commerce de Strasbourg, il est directeur de la Monnaie de Strasbourg, puis de la Monnaie de Paris de 1861 à 1879.

Il devient administrateur de la Société générale du Crédit mobilier en 1863.

Carrière politiqueModifier

Conseiller général pour le canton de Geispolsheim et président du consistoire de la confession d'Augsbourg, il est élu député du Bas-Rhin le . À la Chambre, il prend place au centre, soutient la politique de Guizot et obtient sa réélection en .

Soutenant le régime de Napoléon III, il obtient sa réélection jusqu'à la chute du Second Empire, le

Membre de la Société de secours aux blessés pendant la guerre franco-allemande de 1870, il est cependant arrêté par les Allemands et interné à Rastadt en .

Notes et référencesModifier

  1. Parfois Bussierre

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Le Baron Alfred Renouard de Bussierre, Plon, Paris, 1867
  • « Alfred Renouard de Bussière », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Marie-Andrée Calame, Marie-Christine Eicher et Paulette Teissonnière-Jestin, Regards sur la société contemporaine : trois familles industrielles d'Alsace : les Bussierre, les Saglio et les Schlumberger : essai sur le "décollage économique", Oberlin, Strasbourg, 1989, 254 p. (ISBN 2-85369-097-0)
  • Georges Foessel, « Alfred Renouard de Bussierre », in Nouveau dictionnaire de biographie alsacienne, vol. 5, p. 432
  • René de Vos, Qui gouverne ? : l'État, le pouvoir et les patrons dans la société industrielle, l'Harmattan, Paris, Montréal, 1997, p. 101-103 (ISBN 2-7384-5039-3)  
  • Nicolas Stoskopf, « Alfred Renouard de Bussierre (1804-1887) », in Les Patrons du Second Empire : Alsace, Centre de recherches d'histoire quantitative, Caen, Éditeur Picard, 1994, chap. 3, p. 51 et suiv. (ISBN 9782708404588)
  • Nicolas Stoskopf, « Bussierre (Renouard de) Alfred », in Patrick Cabanel et André Encrevé (dir.), Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, tome 1 : A-C, Les Éditions de Paris Max Chaleil, Paris, 2015, p. 525 (ISBN 978-2846211901)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :