Alfred Naquet

médecin, chimiste et homme politique français

Alfred Naquet
Illustration.
Alfred Naquet, portrait d'Eugène Pirou
Fonctions
Député de Vaucluse
Sénateur de Vaucluse
Député de Vaucluse
Groupe politique Groupe boulangiste (1890-1891)
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Carpentras (Vaucluse, France)
Date de décès (à 82 ans)
Lieu de décès Paris (France)
Nationalité France Français
Parti politique Parti républicain, radical et radical-socialiste
Profession Avocat

Alfred Naquet, né à Carpentras (Vaucluse) le et mort à Paris le , est un médecin, chimiste et homme politique français, promoteur du divorce judiciaire et partisan[1] de la séparation de l'Église et de l'État.

BiographieModifier

Issu d'une famille juive comtadine, Alfred Naquet fait ses études de médecine à Paris, en France, et enseigne par la suite la chimie organique à la faculté de médecine.

Procès du fulmicotonModifier

Le , Alfred Naquet, alors jeune professeur de chimie de 33 ans, est reconnu coupable par la 6e chambre du tribunal correctionnel de la Seine :

  • d'avoir fait partie de la Commune révolutionnaire des ouvriers français, une société secrète ayant pour but de « renverser le gouvernement impérial » ;
  • d'avoir fourni à ses membres la recette du fulmicoton, une substance explosive utilisée dans la fabrication des bombes.

Il est pour cela condamné à quinze mois de prison, 500 fr. d'amende et cinq ans d'interdiction de l'exercice des droits civiques[2].

Interné, il est à nouveau condamné en 1869.

Proche de Michel BakounineModifier

Aux côtés des frères Reclus, Jules Guesde, Benoît Malon, Ferdinand Buisson, Victor Dave, James Guillaume, Alfred Naquet est membre de l'Alliance internationale de la démocratie socialiste fondée en par Michel Bakounine.

Celle-ci affirme vouloir avant tout l'abolition définitive et entière des classes et l'égalisation politique, économique et sociale des individus des deux sexes. L'Alliance reconnaît que tous les États politiques et autoritaires existants devaient disparaître dans l'union universelle des libres fédérations, tant agricoles qu'industrielles.

Ami du général BoulangerModifier

 
Caricature parue dans Le Trombinoscope de Touchatout en 1875.

Naquet décide ensuite de se réfugier en Espagne. À son retour, il devient député de Vaucluse en 1871 et siège à l’extrême gauche à l'Assemblée nationale. Son ouvrage de 1873, La République radicale, connaîtra une certaine audience à l'étranger puisqu'il sera traduit en japonais en 1883 sous la direction du démocrate Chōmin Nakae[3]. Réélu en 1876, il est en l'un des signataires du manifeste des 363. Il est encore réélu en octobre de cette année, puis en 1881. En 1883, il est nommé sénateur de Vaucluse. Étonnamment, cet israélite mystique, socialiste[réf. nécessaire] et surtout républicain devient l’un des principaux animateurs du parti boulangiste. Bien que le mouvement boulangiste inclue de nombreux antisémites (Jules Delahaye, Lucien Millevoye, Maurice Barrès[4]...), Alfred Naquet en exclut les propagandistes et la propagande antisémites d'Édouard Drumont[5][pas clair]. Il est conseiller politique du général Boulanger. Il incite même ce dernier à faire un « coup de force », ce qui le fait exclure du groupe de sénateurs de l'extrême gauche.

En 1889, il est élu député boulangiste, représentant de l'aile gauche boulangiste[4]. Invalidé mais réélu en 1890, il réclame en vain la révision de la Constitution et il fuit en Angleterre. De Londres, il supplie en vain Boulanger de se constituer prisonnier, croyant que ce geste pourrait ranimer la flamme boulangiste. Il serait par ailleurs franc-maçon [réf. à confirmer][6]. En , il fait un discours dénonçant l'incohérence de l'antisémitisme, défendant par ailleurs « la fusion » des Juifs « dans la grande masse des citoyens français »[4].

Scandale de PanamaModifier

 
Caricature antisémite parue dans La Libre Parole en 1893.

Alfred Naquet est poursuivi lors de l'affaire de Panama et acquitté en 1898. Il abandonne alors la vie politique et se consacre à l'écriture d'ouvrages socialistes et de traités de chimie. Il devient la cible des antisémites et des caricaturistes qui le représentent souvent en Quasimodo. Léon Daudet en fait l'une de ses cibles de prédilection lorsqu'il est question de défendre la famille et la patrie, conformément au « nationalisme intégral » prôné par l'Action française. Partisan de l’amour libre, ennemi du mariage, Naquet parvient à faire passer sa loi sur le divorce en France, le . Il s'attire les foudres des milieux catholiques et traditionalistes, qui tirent prétexte de ses origines juives, de son implication dans l'affaire de Panama et de ses liens avec les anarchistes pour l'accuser de conspiration. Les antisémites s'en prennent à lui comme auteur de la loi sur le divorce et le surnommant « l'ange du divorce et le démon du mariage ». Une caricature est publiée dans La Libre Parole le avec la légende : « Un qui ne se présente plus ». D'autres caricatures paraissaient déjà dans la revue Le Voleur en 1882[7].

Incessante lutte pour le divorceModifier

 
Alfred Naquet, fusain d'Alexandrovitch.

Vers 1875, alors que flotte un certain esprit de liberté, le député Alfred Naquet dépose successivement trois propositions de loi dans le sens du divorce pour faute, afin de rétablir celui-ci, naguère autorisé par la loi de 1792. Après plusieurs échecs, il parvient à ouvrir de nouveaux débats à l'Assemblée, le . S'y affrontent deux camps : la tradition catholique contre l'esprit anticlérical et laïque des « Lumières ». Le conflit est très violent et tourne au débat politique, où le bon sens est vite oublié.

Lors de l'ultime vote, 355 députés votent pour et 115 contre. Voté par la gauche et le centre-gauche, le texte est définitivement adopté par le Sénat le . Les catholiques, pour qui la séparation de corps doit être maintenue, ont voté contre.

Cette loi n'établit pas le divorce par consentement mutuel ou pour incompatibilité d'humeur. Il faut des excès, des sévices, des injures graves ou la condamnation à une peine afflictive ou infamante, qui rendent intolérable le lien du mariage, pour que le divorce soit prononcé, à la demande du mari ou de la femme. La preuve de la faute est donc indispensable. Le divorce est prononcé soit aux torts exclusifs, soit aux torts partagés. L'« innocent » peut prétendre à une pension et à s'occuper des enfants.

Cette loi fait l'effet d'un choc et s'ensuivront des démissions massives dans la magistrature. Elle est en effet très libératrice pour la femme car l'homme a le pouvoir économique... et pourtant, elle va règlementer le divorce pendant presque cent ans, car les modifications subies entre-temps seront mineures.

Mandats politiquesModifier

  • Député de Vaucluse de 1871 à 1883
  • Sénateur de Vaucluse de 1883 à 1890
  • Député de la Seine de 1890 à 1893
  • Député de Vaucluse de 1893 à 1898

PublicationsModifier

 
La Loi du divorce.
  • De l'allotropie et de l'isomérie, J.-B. Baillière et fils, Paris, 1860[8]
  • Des Sucres, F. Savy, Paris, 1863.
  • Principes de chimie fondée sur les théories modernes, F. Savy, Paris, 1865[9]
  • Religion propriété famille, Éditions Poupart Davyl, Paris, 1869.
  • Le Divorce, Paris, E. Dentu, 1877., tableau dépliant en fin.
Alfred Naquet est à l'origine de la loi historique du 27 juillet 1884 établissant le divorce en France dite « loi Naquet ».
  • Cri d'un honnête homme qui se croit fondé en droit naturel et divin à répudier sa femme ; Librairie A. Marescq, Paris, 1879.
Préfacé par Alfred Naquet, alors député du Vaucluse, cet ouvrage personnel suivi d'un projet de loi sur le divorce, émanerait d'un magistrat français du XVIIIe siècle.
  • Le Divorce, E. Dentu, Paris, 1881.
Édition peu courante et très enrichie depuis la première. On y retrouve entre autres des commentaires de Naquet sur son intervention à la chambre de 1876. Dans ce livre, il se prépare à proposer une nouvelle loi sur le divorce faite en 1884.
  • La Séparation de corps et le divorce à l'usage des gens du monde et la manière de s'en servir. Manuel des époux mal assortis. Lettre de M. Alfred Naquet, Paris, Jouvet, 1882. In-12, broché, illustrée par P. Kaufmann. Tirage numéroté, sur Hollande. À la fin huit pages de catalogue de l'éditeur.
  • Questions constitutionnelles, E. Dentu, Paris, 1883
  • Socialisme collectiviste et socialisme libéral, E. Dentu, Paris, 1890[10]
  • Discours prononcé le , au cercle révisionniste de Marseille, Imprimerie de Gros, Avignon, 1888[11]
  • Temps du futurs. Socialisme, anarchie, P.-V. Stock, Paris, 1900[12]
  • L'Humanité et la Patrie, P.-V. Stock, Paris, 1901[13]
  • La Loi du divorce, E. Fasquelle, 1903[14]
  • L'Anarchie et le collectivisme, E. Sansot, Paris, 1904[15]
  • Une Crise dans la Science, La Revue d'Italie, Rome, 1904
  • Désarmement ou alliance anglaise, E. Sansot, Paris, 1908
  • Vers l'union libre, E. Juven, Paris, 1908.
  • Néo-mathusisme et socialisme, avec G. Hardy, Éditions de Génération Consciente, 1910.
  • Alfred Naquet sans concession pour Raoul Duval, Traces écrites, Neussargues.

Notes et référencesModifier

  1. Les juifs et la loi
  2. Procès de manœuvres a l'intérieur et de société secrète : Affaire Acollas, Naquet, Las, Verlière, etc. : 6e chambre du tribunal correctionnel de la Seine : audiences des 26, 27 et 29 décembre 1867, 1868, Paris.
  3. Eddy Dufourmont, Rousseau au Japon. Nakae Chômin et le républicanisme français (1874-1890), Presses Universitaires de Bordeaux (ISBN 979-1030002768), p. 59, 150-8, 173-4, 226
  4. a b et c Laurent Joly (2007), « Antisémites et antisémitisme à la Chambre des députés sous la IIIe République », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 3/2007 (n° 54-3), p. 63-90.
  5. in Alfred Naquet, Temps du futurs. Socialisme, anarchie, P.-V. Stock, Paris, 1900
  6. Les Chroniques des francs-maçons
  7. « Loi sur le divorce en 1884 - A. Naquet - A. Lefevre », SOS Enfants du divorce
  8. [PDF] Alfred Naquet, De l'allotropie et de l'isomérie, J.-B. Baillière et fils, Paris, 1860.
  9. Alfred Naquet, Texte en ligne 1 Principes de chimie fondée sur les théories modernes, F. Savy, Paris, 1865.
  10. [PDF] Alfred Naquet, Socialisme collectiviste et socialisme libéral, E. Dentu, Paris, 1890.
  11. [PDF] Alfred Naquet, Discours prononcé le , au cercle révisionniste de Marseille, Imprimerie de Gros, Avignon, 1888.
  12. [PDF] Alfred Naquet, Temps du futurs. Socialisme, anarchie, P.-V. Stock, Paris, 1900.
  13. [PDF] Alfred Naquet,L'Humanité et la Patrie, P.-V. Stock, Paris, 1901.
  14. [PDF] Alfred Naquet,La Loi du divorce, E. Fasquelle, 1903, 302 p..
  15. [PDF] Alfred Naquet,L'Anarchie et le collectivisme, E. Sansot, Paris, 1904.

À voir aussiModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Émile Pillias, Alfred Naquet, autobiographie, Librairie du Recueil Sirey, Paris, 1939.
  • Jean-Paul Chabaud, Alfred Naquet, 1834-1916 : parlementaire comtadin, père du divorce, préface de Pierre Vidal-Naquet, Études comtadines, Mazan, 2002.
  • Christophe Portalez, Alfred Naquet et ses amis politiques : patronage, corruption et scandale en République (1870-1898), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », , 272 p. (ISBN 978-2-7535-7437-3).
  • « Alfred Naquet », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition].

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :