Ouvrir le menu principal

Alfred Lallié

historien et personnalité politique française
Alfred Lallié
Fonction
Député de la Loire-Atlantique
-
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Enfant
Parentèle
Henri Cheguillaume (d) (gendre)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Parti politique

Alfred Lallié (pour l'État-civil Alfred, François Lallié) est un homme politique, juriste, journaliste et historien français, né à Nantes le et mort dans la même ville le .

BiographieModifier

Alfred Lallié est né à Nantes (Loire-Inférieure) le [1],[2], d'un père notaire à Nantes. Il avait trois soeurs, respectivement mariées à l'avocat Léon Fleury, au banquier Jean-Jules Rousselot et à l'armateur Léon Bureau. Il fait des études de droit[2], et obtient un doctorat dans cette matière en 1857[1].

Il est l'un des fondateurs de la Revue de jurisprudence commerciale et maritime de Nantes. Politiquement, il se situe du côté des légitimistes, parmi lesquels les écrits d'Alfred Lallié sur la Révolution française est apprécié. Il participe à la fondation de la Gazette de l'Ouest, et en devient, en 1869, un des rédacteurs[1].

Partisan du courant néo-catholique, il est proche des idées d'Alfred de Falloux. Alfred Lallié se présente à la députation de la Loire-Inférieure lors de l'élection de l'Assemblée nationale. Il est élu le . Il siège alors parmi les députés du centre-droit. Siégeant aux réunions Colbert et des Réservoirs, il est membre de la commission d'enquête sur les actes du gouvernement du , signe l'adresse des députés syllabistes au pape et demande la création d'une faculté de médecine à Nantes. Il vote pour la paix, pour les prières publiques, pour l'abrogation des lois d'exil, pour le , pour la démission de Thiers, pour l'arrêté sur les enterrements civils, pour la prorogation des pouvoirs du Maréchal Mac Mahon, pour la loi des maires, pour le ministère de Broglie, contre l'amendement Barthe, contre le retour à Paris, contre la dissolution, contre l'amendement Wallon et contre les lois constitutionnelles de 1875. En 1876, après le renouvellement de la chambre des députés, il ne fait plus partie des élus[1].

Après cette période, il devient un écrivain historique prolifique, sur le thème de l'histoire de la Bretagne, et plus particulièrement de Nantes et de la Loire-Inférieure, lors de la Révolution française[2]. Il est notamment attaché à relever les exactions commises contre les Vendéens.

Gendre de Charles Aimé Honoré Amélineau, maire de Saint-Michel-en-l'Herm, il était le père de l'homme de lettres Norbert Lallié, ainsi que le beau-père de Henri Cheguillaume, ingénieur en chef des ponts et chaussées, et de Julien Cheguillaume, notaire à Nantes, tous les deux frères.

Alfred Lallié meurt à Nantes, le [1].

HommagesModifier

Œuvres écritesModifier

  • Le district de Machecoul, (1788-1793), 1869 [1]
  • Les Noyades de Nantes, 1878
  • Les Prisons de Nantes, 1883
  • L'Église constitutionnelle dans la Loire-Inférieure, Minée et son épiscopat, 1883
  • Les Sociétés populaires à Nantes pendant la Révolution, 1890
  • Le Diocèse de Nantes, 1893 T1 [2] T2 [3]
  • Les cent-trente-deux Nantais, 1894
  • La Justice révolutionnaire à Nantes et en Loire-Inférieure, 1896
  • Carrier, représentant du Cantal à la Convention, 1901
  • Le Comité révolutionnaire de Nantes, 1901 [4]
  • Le Sans-culotte Jean-Jacques Goullin

Pour approfondirModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e « Lallié (Alfred, François) », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition] [texte sur Sycomore]
  2. a b et c Dictionnaire biographique..., p. 233
  3. Stéphane Pajot, Nantes histoire de rues, Les Sables d'Olonne, d'Orbestier, , 215 p. (ISBN 978-2-84238-126-4), p. 124