Alfred Croiset

philologue, helléniste, traducteur et universitaire français

Alfred Croiset, né le à Paris où il est mort le , est un professeur d'université, philologue et helléniste français.

Alfred Croiset
Alfred Croiset.jpg
Alfred Croiset dans la notice sur sa vie et ses travaux régigée par Ferdinand Lot (In: Comptes rendus des séances del'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 73ᵉ année, N. 4, 1929. pp. 362-384)
Fonction
Doyen
Faculté des lettres de Paris
-
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Paul Croiset (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Académie des inscriptions et belles-lettres
Société philologique hellénique de Constantinople (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Conflit
Maître
Paul Croiset (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
signature d'Alfred Croiset
signature

BiographieModifier

Élève au lycée Saint-Louis de 1855 à 1859 puis au lycée Louis-le-Grand de 1859 à 1864, Alfred Croiset est reçu 1er à l'École normale supérieure en 1864 et 1er à l'agrégation des lettres en 1867. Il enseigne alors la rhétorique aux lycées de Chambéry (1867), Nevers (1868), Montauban (1871) et au collège Stanislas (1871). Il devient docteur ès lettres en 1873 avec une thèse portant sur Xénophon. Par la suite, après avoir été professeur au lycée Charlemagne en 1874, il commence sa carrière universitaire à la Faculté des lettres de Paris. Il y est maître de conférences de langue et littérature grecques en 1877, directeur d'études pour les lettres et suppléant de Victor Egger en 1883 puis professeur d'éloquence grecque en 1885. Il est nommé ensuite assesseur du doyen de l'université de 1895 à 1920 et il en est aussi le doyen de 1898 à 1919. Il est admis à la retraite en 1921. Il a également enseigné à l'École des hautes études sociales[1].

Au cours de sa carrière, Alfred Croiset préside plusieurs sociétés dont la Société de l'enseignement supérieur, l'Alliance française, la ligue pour la défense de l'hellénisme, l'Œuvre de l'orphelinat des armées en 1914-1918[1].

DistinctionModifier

Alfred Croiset est décoré Grand-Officier de la Légion d'honneur et il est également membre de l'Académie des inscriptions et belles lettres en 1886[1].

PublicationsModifier

  • Xénophon, son caractère et son talent, 1873, thèse de doctorat.
  • La poésie de Pindare et les lois du lyrisme grec, 1880.
  • Histoire de la littérature grecque, 5 volumes, 1897-1899, en collaboration avec son frère Maurice Croiset.
  • Les démocraties antiques, 1909.
  • L'hellénisme, 1915.
  • Leçons de littérature grecque, 1920.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Christophe Charle, « 23. Croiset (Marie, Joseph, Alfred) », Publications de l'Institut national de recherche pédagogique, vol. 2, no 1,‎ , p. 47–48 (lire en ligne, consulté le 22 juillet 2020)

Liens externesModifier