Ouvrir le menu principal

Alfred Coste-Floret

personnalité politique française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Coste et Coste-Floret.

Alfred Coste-Floret
Illustration.
Fonctions
Député de la Haute-Garonne
Législature Ire, IIe, IIIe (Quatrième République)
Groupe politique MRP
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Montpellier
Date de décès (à 78 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Française

Alfred Coste-Floret, né le à Montpellier (Hérault), mort le à Paris, est un homme politique français de tendance démocrate-chrétienne.

BiographieModifier

Il fait ses études de droit à la Faculté de Montpellier où il soutient, en 1935, une thèse intitulée La nature juridique du mariage ; ce qu’elle est dans le Code civil, ce qu’elle devrait être, appliquant méticuleusement au mariage la théorie de l'acte-condition développée par les professeurs Léon Duguit, Gaston Jèze et Roger Bonnard. En 1938, il enseigne à la faculté de droit de Strasbourg.

En 1940, l'Université de Strasbourg est délocalisée à Clermont-Ferrand. Coste-Floret y crée avec François de Menthon un réseau de Résistance, qui deviendra le réseau Combat, dont Coste-Floret dirigera le service de renseignements. En 1942, il participe à la création des Mouvements unis de la Résistance.

Il est élu député MRP de la Haute-Garonne de novembre 1946 à 1958. Maire de Bagnères-de-Luchon de 1947 à 1971. Conseiller Général du canton de Bagnères-de-Luchon de 1949 à 1971 (démission).

Il a été membre de La Trêve de Dieu[1].

Il est le frère jumeau de Paul Coste-Floret, lui aussi homme politique. Il est inhumé auprès de son frère jumeau dans le caveau familial au cimetière Saint-Lazare de Montpellier. Son épouse est décédée en 1995.

RéférencesModifier

  1. Jean-Yves Camus et René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France : répertoire critique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 526 p. (ISBN 2-7297-0416-7), p. 390.

Liens externesModifier