Alfonso Candón

homme politique espagnol

Alfonso Candón Adán, né le à El Puerto de Santa María, est un homme politique espagnol membre du Parti populaire (PP).

Alfonso Candón
Illustration.
Alfonso Candón, en .
Fonctions
Député au Parlement d'Andalousie
En fonction depuis le
(3 ans et 5 mois)
Élection 2 décembre 2018
Circonscription Cadix
Législature XIe
Groupe politique Populaire
Député aux Cortes Generales

(7 ans et 27 jours)
Élection
Réélection
Circonscription Cadix
Législature Xe, XIe et XIIe
Groupe politique Populaire
Successeur Andrés Núñez Jiménez
Maire de El Puerto de Santa María

(1 an, 4 mois et 14 jours)
Élection
Prédécesseur Enrique Moresco
Successeur David de la Encina Ortega
Biographie
Nom de naissance Alfonso Candón Adán
Date de naissance (52 ans)
Lieu de naissance El Puerto de Santa María (Espagne)
Nationalité Espagnole
Parti politique PP
Diplômé de Université de Cadix
Profession Travailleur social

Alfonso Candón
Maires de El Puerto de Santa María

Il est élu député de la Cadix lors des élections générales de .

BiographieModifier

Vie privéeModifier

Il est marié et père de quatre enfants.

Formation et professionModifier

Il réalise ses études à l'université de Cadix dont il obtient un diplôme en sciences sociales. Travailleur social, il dirige une entreprise d'auto-école et a fondé un cabinet en conseil et assistance juridique agissant dans les domaines de la fiscalité et du droit du travail.

Élu local et provincialModifier

Consécutivement à une démission, il fait son entrée au conseil municipal de El Puerto de Santa María en 2002. Réélu conseiller lors des élections municipales de , il devient secrétaire à la Participation citoyenne du parti dans la province de Cadix. Après les élections de , il est promu par le maire conservateur — Enrique Moresco — troisième adjoint au maire chargé des Infrastructures, des Chantiers, de la Maintenance urbaine, de l'Éclairage public et de la Construction et chargé des fonctions de conseiller délégué à la Participation citoyenne. En sa qualité d'adjoint au maire, il devient vice-président de l'entreprise municipale des Eaux et préside la commission de l'Élimination des barrières architecturales et des Transports.

Entre 2007 et 2009, il est secrétaire général de la section municipal du Parti populaire. À cette date, il en prend la présidence.

Durant la mandature 2007-2011, il est désigné par le PP pour occuper un siège de député à la députation provinciale de Cadix alors présidée par le socialiste Francisco González Cabaña. Réélu au conseil municipal lors des élections municipales de , son mandat provincial est renouvelé. Lorsque le conservateur José Loaiza fait basculer la députation à droite et en est élu président, il nomme Alfonso Candón responsable des domaines du Développement et du Bien-être social.

Membre des CortesModifier

Il est investi en cinquième position sur la liste à la chambre basse présentée par le parti dans la circonscription de Cadix à l'occasion des élections générales de [1]. Alors que le PP réalise une percée historique en remportant cinq des huit mandats en jeu, il est élu parlementaire et fait son entrée au palais des Cortes. En conséquence de son élection au Congrès des députés, il abandonne son mandat à la députation provinciale qui revient à Patricia Ybarra[2]. Membre de la commission du Règlement, de la commission des Politiques d'intégration du handicap et de la commission mixte pour l'Union européenne, il est porte-parole adjoint à la commission de la Défense.

La même année, il est nommé vice-secrétaire provincial du parti chargé des Relations avec les collectifs sociaux puis, en 2012, des Idées et du Programme[3].

Le , Enrique Moresco annonce sa démission de son poste de maire[4] et propose le nom d'Alfonso Candón pour prendre sa suite. Le suivant, Candón est investi maire de El Puerto de Santa María — la cinquième ville la plus importante de la province — grâce à l'accord de gouvernement signé entre le PP et le Parti andalou en début de mandature[5]. Au mois de , il est désigné secrétaire régional aux Relations avec les organismes non-gouvernementaux par le nouveau président du Parti populaire d'Andalousie Juan Manuel Moreno. Il est candidat à sa succession lors des élections municipales de mais perd son poste de maire au profit d'une alternative de gauche menée par le socialiste David de la Encina Ortega ; il conserve cependant son mandat de conseiller municipal d'opposition.

Il se représente en troisième position lors des élections législatives de sur la liste conduite par Teófila Martínez et María José García-Pelayo[6]. Après que la liste a obtenu trois sièges, il retrouve son siège aux Cortes et se voit conférer les fonctions de porte-parole à la commission de la Sécurité routière et des Déplacements durables. De nouveau réélu lors du scrutin anticipé de [7], il est promu deuxième vice-président de la commission de la Défense et porte-parole adjoint à la commission de l'Emploi et de la Sécurité sociale.

Député andalouModifier

Soutien de Pablo Casado lors du 19e congrès du Parti populaire de , il est placé en troisième position sur la liste menée par Pepe Ortiz dans la circonscription de Cadix en vue des élections andalouses de [8],[9]. Au soir du scrutin, la liste se classe en quatrième position en obtenant 17,56 % des suffrages exprimés et remporte trois des 15 mandats en jeu. Élu au Parlement d'Andalousie, il quitte son mandat national qui revient à Andrés Núñez[10]. Il intervient une dernière fois devant l'hémicycle du Congrès au sujet d'une motion relative aux politiques gouvernementales en matière de formation et d'emploi le . Il est alors publiquement remercié par le député de Podemos, Alberto Rodríguez, qui déclare à la tribune « je ne sais pas si je vais le regretter. Cela restera inscrit au journal des débats. Je n'aurais jamais pensé dire cela au Congrès et encore moins à un membre du Parti populaire. Vous nous manquerez, vous êtes une bonne personne et vous mettez de la chaleur humaine dans ce lieu »[11],[12]. Le , il est porté à la présidence de la commission de l'Emploi, de la Formation et du Travail autonome.

Notes et référencesModifier

  1. (es) El País, « Lista de candidatos por provincias », EL PAÍS,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. (es) Europa Sur, « El futuro político de De la Encina queda pendiente de Manuel Chaves », Europa Sur,‎ (lire en ligne, consulté le )
  3. « Amplia representación de El Puerto en el PP provincial », Andalucía Información,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. (es) mariluzsantiago, « Dimite el alcalde de El Puerto Santa María », elplural.com,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. (es) Diario de Cádiz, « "Te lo mereces, Alfonso, te lo mereces" », Diario de Cádiz,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (es) « Candidaturas a las elecciones generales de 2015. », sur juntaelectoralcentral.es, (consulté le )
  7. (es) « Candidaturas a las elecciones generales de 2016. », sur juntaelectoralcentral.es, (consulté le )
  8. (es) « Las tensiones internas del PP dejan fuera de las listas a afines a Pablo Casado. », sur abc.es, (consulté le )
  9. (es) « El PP-A aprueba sus listas para el 2D con renovación e integración de partidarios de Casado. », sur europapress.es, (consulté le )
  10. (es) « El PP de Cádiz estrena diputado nacional a la espera de los nombramientos en la Junta. », sur diariodecadiz.es, (consulté le ).
  11. (es) « El aplaudido gesto de Alberto Rodríguez con un diputado del PP: "No sé si me voy a arrepentir". », sur cadenaser.com, (consulté le ).
  12. (es) « Una bonita despedida para Alfonso Candón. », sur diariodecadiz.es, (consulté le ).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Fiche sur le site du Parti populaire.
  • Fiche sur le site de la mairie de El Puerto de Santa María.
  • Fiche sur le site du Congrès des députés : Xe, XIe, XIIe législatures.
  • Fiche sur le site du Parlement d'Andalousie : XIe législature.