Ouvrir le menu principal

Alexandre le Grand (356-323 av. J.-C.) qui bénéficie à travers l'histoire, les cultures et les religions d'une grande postérité, a été le sujet de très nombreuses œuvres d'art de l'Antiquité jusqu'à nos jours, faisant de lui l'une des principales figures politiques dans l'art occidental. La plupart des œuvres contemporaines ou originales ont disparu, même si de nombreuses copies ont été réalisées à l'époque romaine, particulièrement dans le domaine de la sculpture. Au Moyen Âge, dans la lignée du Roman d'Alexandre, l'épopée d'Alexandre s'incarnent dans de nombreuses publications littéraires pour devenir l'un des mythes les plus diffusés dans le temps et dans l'espace. À l'époque moderne, Alexandre est un thème privilégié dans la peinture. De nos jours il fait partie de la culture populaire en tant que sujet de romans historiques, de chansons ou de jeux vidéo.

Sommaire

SculptureModifier

Sculpture antiqueModifier

Le fait qu'Alexandre soit érigé en modèle par les dirigeants gréco-romains a créé une large demande pour des copies d'originaux sculptés de son vivant ou pour de nouvelles œuvres, de sorte qu'Alexandre est la figure historique grecque la plus représentée dans l'art sculptural[1].

Une comparaison entre les sources littéraires et archéologiques a permis d'établir avec précision la séquence des portraits originaux. Le premier d'entre eux est réalisé par Léocharès sur ordre de Philippe II, vers 340 av. J.-C., alors qu'Alexandre est âgé de 16 ans ; il sert vraisemblablement de modèle à l’Alexandre de l'Acropole (musée de l'Acropole d'Athènes) dans lequel Alexandre est caractérisé par des traits d’éphèbe : menton arrondi, joues plates et cheveux bouclés et ébouriffés de type anastole (bombés sur le front). En commémoration de la bataille de Chéronée (338), Léocharès a réalisé le Philippeion d'Olympie qui comporte une sculpture chrysoéléphantine de la famille royale. Euphranor a réalisé un groupe sculptural représentant Philippe et son fils montés sur un quadrige afin de commémorer, là aussi, la victoire de Chéronée ; il aurait servi de modèle pour l’Alexandre Rondanini (glyptothèque de Munich)[2]. Au début de son règne, Alexandre est sculpté par Lysippe[3], son portraitiste officiel qui aurait été le seul avoir finalement le droit de le représenter en sculpture. Plutarque écrit à ce sujet[4] : « Aussi Alexandre ordonna-t-il que le seul Lysippe fit ses statues : parce que cet artiste était, à ce qu'il paraît, le seul qui pût imprimer sur le bronze le caractère du prince, et reproduire l'âme en même temps que la figure d'Alexandre. Les autres, en voulant imiter l'inflexion de son cou, la vivacité et la limpidité de son regard, ne conservaient pas ce qu'il y avait de viril et de léonin dans sa personne ».

Seules des copies hellénistiques et romaines de Lysippe subsistent de nos jours[5]. Le fils de Cratère a commandé à Lysippe une statue à Delphes représentant son père et Alexandre dans une chasse au lion. Cette statue est connue par une mosaïque découverte à Pella[6].

Sculpture médiévaleModifier

Au Moyen Âge, la figure d'Alexandre se rencontre dans la sculpture au travers du sujet de l'« ascension d'Alexandre » qui serait monté au ciel sur un char tiré par deux griffons, comme écrit dans le Roman d'Alexandre[7],[8]. Ce thème sert à illustrer le péché d'Orgueil[9] ; car Alexandre, après un vol de sept jours, comprend que sa mission est impossible et revient sur Terre en reconnaissant son erreur. Ce thème est courant sur des ivoires, des tissus et des sculptures dans l'Empire byzantin[10]. Le relief de la basilique Saint-Marc de Venise, une œuvre du XIe siècle originaire de Constantinople ressemble aux représentations des triomphes des empereurs romains et byzantins. Alexandre, portant le costume d’empereur byzantin, est représenté debout sur son char tiré par deux griffons. Le char monte vers le ciel grâce aux efforts des oiseaux pour attraper la nourriture qu'Alexandre tend au bout de bâtons[10].

Ce thème se rencontre également sur des chapiteaux romans dans l'abbaye de Conques, dans plusieurs cathédrales en Italie, comme celles de Narni et de Fidenza, et dans des églises le long du Rhin à Remagen, à Fribourg-en-Brisgau et à Bâle[9], mais aussi en Angleterre et en Espagne.

Sculpture moderne et contemporaineModifier

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, Alexandre a inspiré les sculpteurs qui s'inscrivent dans le classicisme comme Pierre Puget ; il est aussi représenté sur des bas-reliefs.

Joaillerie et médailleModifier

PeintureModifier

Peinture antique et mosaïqueModifier

Article connexe : Mosaïque d'Alexandre.

Les peintures réalisées du vivant d'Alexandre, comme celles d'Apelle, de Philoxène d'Érétrie et d'Aristide de Thèbes, ou peu après sa mort, comme celles d'Hélène d'Égypte, ont toutes disparu. La tombe de Philippe II mise au jour dans la nécropole royale de l'antique Aigéai, montre une scène de chasse peinte sur une fresque ; il pourrait s'agir du jeune Alexandre aux côtés de son père[11]. Les mosaïques de la chasse au lion et de la chasse au cerf, découvertes dans des maisons à Pella[12], représentent très vraisemblablement Alexandre en compagnie de ses favoris, Héphaistion et Cratère[13] ; elles datent du dernier quart du IVe siècle av. J.-C. et pour la dernière serait une représentation d'une sculpture originale de Lysippe commandée par le fils de Cratère[6].

La célèbre mosaïque d'Alexandre, qui montre Alexandre combattant Darius III, provient de la maison du Faune à Pompéi. Elle daterait de la fin du IIe siècle av. J.-C. et aurait pour modèle une peinture originale de la deuxième moitié du IIIe siècle av. J.-C. selon l'hypothèse dominante[14]. Elle représente la bataille d'Issos selon la théorie traditionnelle, soit selon une autre théorie la bataille de Gaugamèles[14], ou alors il s'agit d'un archétype des victoires d'Alexandre[15],[16]. Selon les hypothèses dominantes, cette peinture est attribuée à Philoxène d'Érétrie[17], qui aurait aussi peint certaines fresques de la tombe de Philippe, ou à Apelle, le peintre officiel d'Alexandre[18],[19].

Des mosaïques ont été réalisées à l'époque médiévale, notamment dans les cathédrales d'Otrante, de Trani et de de Tarente dans les Pouilles. Elles s'inspirent de légendes issues du Pseudo-Callisthène à l'origine du Roman d'Alexandre[9].

Peinture moderneModifier

Alexandre a été le sujet de nombreux tableaux à l'époque moderne, notamment par Raphaël, Albrecht Altdorfer, Pierre Paul Rubens, Jan Brueghel l'Ancien, Cornelis de Vos, Charles Le Brun (interprétation en gravure par Jean Audran), Jean Simon Berthélemy. Il apparaît sous la forme d'un médaillon dans le tableau de Rembrandt, Aristote contemplant un buste d'Homère.

En 1660, Louis XIV commande à Charles Le Brun Les Reines de Perse aux pieds d'Alexandre qui met en scène la clémence du Conquérant envers la famille de Darius III[N 1], alors que Louis XIV a lui-même pardonné au Grand Condé d'avoir rallié la Fronde. Le roi commande ensuite à Le Brun une série de tableaux censés mettre en valeur les vertus royales : Alexandre tranchant le nœud gordien (la détermination), Alexandre pardonnant à Timoclée (la générosité), Alexandre chassant la femme de Spitaménès (la justice)[20]. Puis il commande des tableaux ayant des thèmes guerriers, réalisés entre 1663 et 1673 : Le Passage du Granique, La Bataille d'Abèles, La Bataille de l'Hydaspe (ou Alexandre et Porus) et l’Entrée d'Alexandre à Babylone[20],[N 2]. Dans le Grand Appartement du Roi à Versailles, Le Brun fait figurer Alexandre sur les plafonds à côté d'autres grands conquérants[21].

L'épisode, probablement légendaire, qui veut qu'Alexandre ait offert sa favorite, Campaspe, à son peintre attitré, Apelle, a inspiré de nombreux peintres jusqu'au XIXe siècle, dont Gaetano Gandolfi, Jean Restout, Charles Meynier et Jérôme-Martin Langlois.

Parmi les peintres du XIXe siècle, Gustave Moreau, représentant du courant symboliste, a peint Le Triomphe d'Alexandre le Grand.

Enluminure et miniatureModifier

En Europe médiévale, Alexandre, qui est le sujet de nombreux ouvrages écrits dans la lignée du Roman d'Alexandre, inspire les peintres d'enluminures. Ils se plaisent à le représenter, non seulement au milieu de la bataille, mais aussi parmi les décors enchantés de l'Orient, auprès de bêtes étranges ou de femmes-fleurs[22]. Dans l'Empire byzantin, Alexandre figure sur des miniatures illustrant des manuscrits, comme le codex Barocci 17 de la Bibliothèque Bodléienne d'Oxford (XIIIe siècle) ou celui de l'Institut grec de Venise (XIVe siècle)[10].

GravureModifier

Gravure moderneModifier

Alexandre est représenté sur de nombreuses gravures à l'époque moderne. Une édition en français de l'Histoire d'Alexandre le Grand de Quinte-Curce, datée de 1696, est agrémentée d'une série de gravures illustrant des épisodes de son épopée[N 3].

Gravure et illustration contemporainesModifier

André Castaigne a réalisé à la fin du XXe siècle de nombreuses gravures représentant Alexandre, mais aussi des scènes de batailles ou des épisodes célèbres de son épopée[N 3].

LittératureModifier

Littérature antiqueModifier

À la fin de l'Antiquité, l'épopée d'Alexandre est connue à travers une récit légendaire rédigé à Alexandrie au IIIe siècle par le Pseudo-Callisthène[N 4], La Vie et les hauts faits d'Alexandre de Macédoine, communément appelé le Roman d'Alexandre[23]. Ce texte qui mêle réalité historique et légendes d'origines grecques et égyptiennes[N 5] se compose de trois livres[24]. Le livre I traite de l'épopée d'Alexandre en Grèce, en Asie Mineure et en Égypte ; le livre II traite de la conquête de l'empire perse, le livre III traite de l'exploration de l'Inde. Il est adapté en latin au IVe siècle par Julius Valerius sous le titre d’Histoire d'Alexandre de Macédoine. C'est donc du Pseudo-Callisthène que dérive la plupart des Légendes, Vies, Romans, Histoires ou Exploits d'Alexandre qui se multiplient à partir du Ve siècle[25]. Une version en syriaque de l’œuvre du Pseudo-Callisthène, écrite par Jacques de Saroug au VIe siècle, raconte le voyage d'Alexandre au « pays des ombres » et la construction d'un « mur d'airain », destinée à contenir les assauts des Gog et des Magog, c'est-à-dire ici les Scythes et les Amazones[26], récit que l'on retrouve dans le Coran à la sourate 18[27], même si les avis divergent quant au fait qu'il s'agisse ici d'Alexandre.

Dans le livre IX de l'Histoire Romaine, Tite-Live opère une digression uchronique sur l'invasion, prévue selon Arrien, de l'Ouest de la Grèce par Alexandre, affrontant à terme la République romaine[28].

Littérature médiévaleModifier

Article connexe : Roman d'Alexandre.
 
Dédicace à Philippe le Bon du Livre des conquêtes et faits d'Alexandre de Jean Wauquelin, v.1446.

Au Moyen Âge en Occident, parmi les textes antiques narrant l'épopée d'Alexandre, seule l’Histoire d'Alexandre le Grand de Quinte-Curce est connue ; les récits en grec de Diodore et d'Arrien ne seront accessibles qu'à la Renaissance[24]. Son œuvre est surtout connue grâce à La Vie et les hauts faits d'Alexandre de Macédoine, rédigée au IIIe siècle par le Pseudo-Callisthène. Au XIIe siècle, se développe à la cour d'Henri II Plantagenêt et d'Aliénor d'Aquitaine une littérature en langue française consacrée à Alexandre, dont un Roman d'Alexandre en vers décasyllabiques qui fait de lui un modèle de chevalier courtois[29]. Il sert de modèle pour deux œuvres en vers dodécasyllabiques, le premier sous le titre Roman de toute chevalerie, attribué à Thomas de Kent, le second sous le titre Roman d’Alexandre, attribué à Alexandre de Bernay[30],[N 6], écrit en 16 000 vers de douze syllabes ; c'est de là que provient l'alexandrin, terme forgé au XVe siècle[31]. Au début du XIVe siècle, est publiée La Vraie Histoire du Bon Roi Alexandre. Au milieu du XIVe siècle, Jean Wauquelin compile les Romans d'Alexandre dans le Livre des conquêtes et faits d'Alexandre. Au milieu du XVe siècle, Johannes Hartlieb traduit en allemand le Roman d'Alexandre. Dans l'Angleterre médiévale, l'ouvrage le plus populaire est l’Historia de preliis Alexandri Magni (l’Histoire des Batailles d'Alexandre). Quinte-Curce est traduit en français par Vasque de Lucène entre 1461 et 1468 en dédicace à Charles le Téméraire[32].

La légende d'Alexandre, incarnation des valeurs chevaleresques, est aussi un sujet de poésie. Entre 1178 et 1182, Gautier de Châtillon compose en latin L'Alexandréide, un poème épique fondé sur le Pseudo-Callisthène et Quinte-Curce et qui s'inspire de l’Éneide de Virgile. Cette œuvre a également pour ambition d'exalter à travers la figure d’Alexandre, qui n'en est pas moins victime de sa démesure, celle de Philippe II Auguste qui s'apprête à reconquérir Jérusalem[32]. Au milieu du XIIe siècle, Lamprecht compose en francique la Chanson d'Alexandre ; au XIIIe siècle Rodolphe d'Ems écrit une épopée, inachevée, sur Alexandre ; Ulrich von Etzenbach écrit, entre 1271 et 1282, le poème Alexandre composé de 28 000 vers ; au XIIIe siècle Henri d'Andeli compose en langue romane le Lai d'Aristote ; en Angleterre, il faut attendre le XIVe siècle pour voir apparaître un poème en moyen anglais, Kyng Alisaunder. Alexandre est mentionné par Dante dans ses traités De Monarchia et Il convivio écrits au début du XIVe siècle. Dans la Divine Comédie, l'auteur fait référence à Alexandre comme étant un tyran[33]. Il est notablement absent de la liste des païens vertueux dans l'Enfer[34].

Alexandre est évoqué de manière légendaire par le géographe Al Idrissi dans la Tabula Rogeriana écrite au XIIe siècle[35]. Alexandre aurait ainsi creusé le détroit de Gibraltar, comme Héraclès l'a fait selon Diodore de Sicile[36]. Ce récit est repris par Ahmad al-Maqrîzî au XVe siècle dans sa description historique et topographique de l'Égypte. Ibn Khallikân, qui rapporte ici des traditions andalouse, affirme dans son dictionnaire biographique qu'Alexandre a, au contraire, édifié un pont par-dessus le détroit afin de relier les deux continents[35].

Alexandre est connu dans la littérature persane sous les noms d'Iskandar (اسکندر) ou de Sikandar (سکندر). Le Livre des Rois, l'un des plus anciens livres en persan écrit par Ferdowsi vers le début du XIe siècle, contient un chapitre sur Alexandre. Après avoir exposé une histoire mythique de la Perse, l'auteur raconte l'histoire d’Alexandre, qui est décrit comme étant le fils d'un roi perse mythique, Daraaye Darab, et d'une fille de Philippe II. Cependant, en raison de tensions entre le roi de Perse et la fille de Philipe, celle-ci est envoyée à Rome. Alexandre serait né par la suite, mais Philippe le revendique comme son propre fils en cachant sa véritable identité. Alexandre est présenté comme un sage, qui a notamment dépassé le bout du monde et conversé avec l'arbre waq-waq. À la fin du XIIe siècle, Nizami compose en persan Eskandar-Nameh (Le Livre d'Alexandre), un des cinq poèmes du Khamsé.

Littérature moderne et théâtreModifier

Au XVIIe siècle, au temps des Précieuses, Alexandre est un héros de roman, infortuné en amour[22]. Il devient surtout une figure populaire du théâtre. Claude Boyer compose en 1647 Porus ou la générosité d'Alexandre qui obtient un certain succès et inspire Jean Racine. Celui-ci compose en effet une tragédie en cinq actes intitulée Alexandre le Grand, en vers de 1 548 alexandrins. Elle est joué pour la première fois le 4 décembre 1665 au théâtre du Palais-Royal par la troupe de Molière[37]. Elle a pour sujet les amours d'Alexandre et de la reine Axiane (un personnage fictif), ainsi que la rivalité avec les rois indiens Poros et Taxilès pour l'amour de la reine Cléophile[38]. Racine, dans un souci de réalisme historique, fonde son intrigue sur le livre VIII de L’Histoire d'Alexandre le Grand de Quinte-Curce. Racine illustre ici la clémence d'Alexandre envers Poros, vaincu à Bataille de l'Hydaspe[39]. Au travers du personnage d'Alexandre, c'est Louis XIV qui est célébré[40]. Cette pièce rencontre un grand succès et assure à Racine le soutien du Roi-Soleil.

Littérature contemporaineModifier

 
Illustration d'Alexandre dans A child's book of warriors, William Canton, 1907.

L'homme qui voulut être roi de Rudyard Kipling, publié en 1888, ne raconte pas l'épopée d'Alexandre mais évoque sa conquête de l'Afghanistan actuelle en décrivant les habitants du Kafiristan qui descendraient de colons gréco-macédoniens[41]. Cette nouvelle est portée au cinéma par John Huston en 1975.

Alexandre est une grande figure du roman historique au XXe siècle. Dans l'Alexandre de Klaus Mann (1929)[42], Alexandre est décrit comme ayant créé un univers propre, à la fois symbole d'infini et prison ; se voyant comme l'égal des dieux, il a poursuivi ses rêves jusqu'à la folie[43]. L'académicien Maurice Druon, auteur des Rois maudits, a publié Alexandre le Grand en 1958[44]. Cette biographie romancée retrace la vie et les conquêtes d'Alexandre racontées par Aristandre de Telmessos, devin officiel du roi[45]. Dans Alexandre ou Qu'est-ce que la vérité ? (1959)[46], Arno Schmidt raconte le règne d'Alexandre au travers du personnage de Lampon de Samos, un jeune élève d'Aristote qui suit une troupe de comédiens en Asie. L'auteur, qui emploie de manière assumée les anachronismes, rapproche l'empire d'Alexandre du Troisième Reich en opérant une comparaison entre le culte d'Alexandre, décrit comme mégalomane et sanguinaire, et la propagande nazie[47], dans la lignée de l'historiographie de l'époque[48]. En 1964, Jacques Benoist-Méchin, publie Alexandre le Grand, ou Le rêve dépassé dans la série Le Rêve le plus long de l'histoire. L'historien de l'Orient, ancien collaborateur, propose une biographie apologétique inspirée par l'œuvre de Johann Gustav Droysen, pas encore traduite en français à cette date et dont il rédige la préface de la traduction française[41].

L'écrivaine britannique Mary Renault, réputée pour ses romans historiques sur la Grèce antique et la mythologie, a écrit une trilogie consacrée à Alexandre[49] : Le Feu du ciel (1969) raconte la jeunesse d'Alexandre jusqu'à la mort de son père[50] ; L'Enfant perse (1972) raconte au travers du personnage de Bagoas la conquête de l'Empire perse[51] ; Les Jeux funéraires (1981) raconte les querelles entre les diadoques qui suivent la mort d'Alexandre[52]. Ces romans sont devenus des classiques au Royaume-Uni par la qualité des connaissances historiques et par la richesse des détails[41]. Mary Renault a aussi publié en 1975 une biographie non romancée d'Alexandre, The Nature of Alexander (non traduite en français), dans laquelle elle remet en cause les critiques, anciennes et modernes, à son encontre[53].

Roger Peyrefitte a écrit une biographie romancée d'Alexandre en trois volumes, publiée entre 1977 et 1981[54]. Cette œuvre que l'auteur, « grand maître » de l'ordre d'Alexandre pour le Mérite, a voulu intituler initialement Alexandre ou le génie du Paganisme, mêle connaissances sociales, géographiques et mythologiques. L'amour est selon lui le fil conducteur de la vie d'Alexandre[55], qui devient de par sa relation avec Hephaistion un porte-drapeau de l'homosexualité[41]. André Malraux témoigne d'une fascination pour Alexandre en faisant de lui une sorte de Génie vivant. Dans Hôtes de passage (1975), il évoque en effet le contact d'une relique d'Alexandre qui lui procure des visions de son règne[56].

Dans le genre de la fantasy historique, le romancier britannique David Gemmell a écrit une quadrilogie Le Lion de Macédoine, parue en 1990-1991, centrée autour du personnage de Parménion[57]. Gemmell invente une vie totalement fictive à ce général d'Alexandre en intégrant des éléments fantastiques et magiques[58]. L'écrivain et historien italien Valerio Manfredi a publié en 1998 une trilogie consacrée à Alexandre[59]. L'auteur, comparé à Christian Jacq[41], propose une version romancée de l'épopée d'Alexandre fondée sur les sources antiques[60]. En 2002, l'écrivain espagnol Javier Negrete publie Le mythe d'Er ou le dernier voyage d'Alexandre le Grand[61], un roman uchronique dans lequel Alexandre s'est lancé à la conquête de l'Occident, détruisant Carthage, puis Rome, pour ensuite découvrir les régions hyperboréennes[41]. L'auteur poursuit son récit uchronique dans Alexandre le Grand et les Aigles de Rome publié en 2007[62]. Dans Alexandre et Alestria (2006)[63], la romancière française Shan Sa raconte la relation légendaire entre Alexandre et Alestria (Thalestris pour les auteurs antiques), la reine des Amazones[64]. Dans Pour seul cortège (2012)[65], Laurent Gaudé raconte à la manière d'une épopée les événements qui ont cours après la mort d'Alexandre au travers de Drypteis, fille cadette de Darius III, et d'un messager, personnage fictif, dénommé Éricleops. La dépouille momifiée d'Alexandre joue un rôle majeur dans l'intrigue[66].

OpéraModifier

 
Extrait du livret d’Alessandro nell Indie par Pietro Metastasio, 1780.

Alexandre est le personnage central de nombreux opéras : Antonio Cesti compose Alessandro vincitor di se stesso, représenté en 1651 ; Francesco Lucio compose en 1651 Gl'amori d'Alessandro Magno et di Rossane, avec un livret de Giacinto Andrea Cicognini ; Marc'Antonio Ziani compose Alessandro Magno in Sidone en 1679, avec un livret de Aurelio Aureli ; Francesco Bartolomeo Conti compose Alessandro in Sidone en 1721, avec un livret d'Apostolo Zeno ; Georg Friedrich Haendel compose Alessandro en 1726, avec un livret de Paolo Antonio Rolli ; Leonardo Vinci compose Alessandro nell'Indi en 1729, avec un livret de Pietro Metastasio ; enfin Gluck compose Poro (Alessandro nell’India), représenté en 1744, avec un livret de Pietro Metastasio, ainsi qu'un ballet, Alessandro.

En 1868, Tchaïkovski envisage d'écrire un opéra mettant en scène Alexandre, comme le prouve des lettres contenant des détails sur l'intrigue et les personnages. L'opéra, censé se dérouler en Grèce et à Babylone, a pour thème central les relations entre Grecs et Juifs. Une femme juive serait en effet tombée amoureuse d'Alexandre et aurait quitté son amant. Tchaïkovski décide finalement d'abandonner ce projet pour choisir à la place un opéra inspiré par la culture russe[67].

Musique contemporaineModifier

Alexandre a été le sujet de plusieurs chansons ou albums. Les plus notables sont : l'album Iskander (1973) du groupe néerlandais de rock progressif, Supersister[68] ; I Mana Tou Alexandrou (La mère d'Alexandre) par Georges Dalaras (1974)[69] ; Alexander the Great par le groupe de heavy metal britannique Iron Maiden (1986)[70] ; Alexandre (1998) par le chanteur brésilien Caetano Veloso[71] ; Alexander the Great par le groupe de power metal belge Iron Mask (2005)[72] ; Iskander Dhul Kharnon (2009) par le groupe de brutal death metal américain Nile[73] ; Age of Glory (2013) par le groupe de power metal autrichien Serenity[74].

CinémaModifier

  Images externes
Alexandre le Grand au cinéma
  Prithviraj Kapoor, 1941
  Richard Burton, 1956
  Colin Farrell, 2004

Alexandre est le personnage principal de deux péplums. Alexandre le Grand (Alexander the Great) de Robert Rossen est sorti en 1956[75]. Richard Burton y joue le rôle d'Alexandre. Ce film se veut à la fois bien documenté et somptueux de par ses décors et costumes. La première partie du film, plus psychologique, montre les rapports entre Alexandre et son père, la deuxième partie expose les différentes batailles qui ont permis la conquête de l'empire perse[76]. L’Alexandre (Alexander) d'Oliver Stone est sorti en 2004, avec Colin Farrell dans le rôle d'Alexandre. Basé sur l'ouvrage de l'historien Robin Lane Fox[77], le film insiste sur ses rapports familiaux, sa soif de pouvoir et son ambiguïté sexuelle[78]. Présentant un Alexandre ouvertement amant d'Héphaistion, le film a été mal accueilli en Grèce[79].

Le film indien Sikandar de Sohrab Modi (1941) raconte la lutte entre Alexandre et le roi du Pendjab, Poros[80]. L’Alexandre le Grand (Ο Μegalexandros) de Theo Angelopoulos, avec Omero Antonutti (1980), n'est pas centré sur le roi de Macédoine, le film suivant un groupe de bandits dirigé par un dénommé Alexandre au début du XXe siècle[81].

TélévisionModifier

Alexandre a été le sujet d'un téléfilm diffusé le 26 janvier 1968 sur ABC : Alexander the Great, écrit par Robert Pirosh et William Yates, réalisé par Phil Karlson avec comme principaux acteurs : William Shatner, John Cassavetes et Joseph Cotten[82].

Alexandre a aussi été le sujet de plusieurs documentaires historiques. Alexandre Le Grand, le Macédonien a été diffusé le 14 décembre 2011 sur Arte, en France et en Allemagne : il a été écrit et réalisé par Bernard George[83]. Alexandre le Grand - De l’histoire au mythe (Alexander der GroBe - Kampf und Vision) a été diffusé lui aussi sur Arte. Il a été réalisé par Christian Twente et Martin Carazo Mendez[84]. Ce documentaire a reçu le concours de plusieurs historiens, dont Alexander Demandt, Hans-Joachim Gehrke de l'université de Fribourg-en-Brisgau) Tanja Scheer de l'université de Göttingen. Dans le cadre du magazine Secrets d'histoire, présenté par Stéphane Bern, a été diffusé sur France 2 le 30 août 2016 Alexandre le Grand, des rêves et des conquêtes. Écrit par Quentin Canette, ce documentaire a été réalisé par Quentin Canette et David Jankowski[85]. Il contient quelques extraits du film Alexandre d’Oliver Stone et d’Alexandre le Grand - De l'Histoire au Mythe de Christian Twente et Martin Carazo Mendez. Il a reçu le concours d'historiens et d'écrivains, dont Paul-André Claudel, Michel de Grèce, Diane Ducret, Virginie Girod Maximilien Lormier, Joël Schmidt et Michel Woronoff.

Jeux vidéoModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. C'est à cette occasion que Le Brun reçoit le titre de premier peintre du roi.
  2. Sur ce tableau Alexandre a les traits de Louis XIV.
  3. a et b Les gravures sont classées dans l'ordre chronologique des événements.
  4. Les écrits de Callisthène, contemporain et biographe officiel d'Alexandre, ont eux disparu.
  5. Par exemple Alexandre ne serait pas le fils de Philippe II mais celui du dernier pharaon égyptien, Nectanébo II.
  6. Le prénom même de l'auteur témoigne de la popularité d'Alexandre à l'époque en France.

RéférencesModifier

  1. M. Bieber, Alexander the Great in Greek and Roman Art, Chicago, 1964 ; E. Schwarzenberg, The Portraits of Alexander dans A. Bosworth et al., Alexandre le Grand, Genève, 1975.
  2. Bernard Holtzmann, Euphranor, Encyclopædia Universalis, 2004.
  3. Plutarque, Alexandre, 40.
  4. Plutarque, Sur la fortune d'Alexandre, 2.
  5. Claude Rolley, « Les portraits d'Alexandre. Lysippe portraitiste », dans La sculpture grecque : La période classique, t. 2, Éditions Picard, .
  6. a et b Bernard George, Alexandre Le Grand, le Macédonien, Arte, 2011.
  7. Gabriel Millet, L'ascension d'Alexandre. Première partie : les textes, p. 85-133, dans Syria. Revue d'art oriental et d'archéologie, 1923, tome 4, no 2 (lire en ligne).
  8. Julien Durand, Légende d'Alexandre le Grand, p. 141-158, dans Annales archéologiques, 1865, tome 25 (lire en ligne)
  9. a b et c Faure 1985, p. 394.
  10. a b et c Gondicas 2003, Le mythe d'Alexandre le Grand en Grèce du Roman à nos jours.
  11. Briant 2018, p. 14.
  12. R. Ginouvès et al., La Macédoine, CNRS Éditions, , p. 95-98.
  13. R. Ginouvès et al., La Macédoine, CNRS Éditions, , p. 118-122.
  14. a et b « La bataille d'Alexandre », sur panoramadelart.com
  15. (en) Margarete Bieber, Alexander the Great in Greek and Roman Art, Heinemann, 1964, p. 46-49.
  16. Pierre Briant, Darius dans l'ombre d'Alexandre, Éditions Fayard, 2003.
  17. Faure 1985, p. 68.
  18. Paolo Moreno, Apelle : La Bataille d'Alexandre, Skira-Seuil, 2001, 135 p.
  19. Voir toutes les hypothèses évoquées par (en) Ada Cohen, The Alexander Mosaic, Stories of Victory and Defeat, Cambridge, .
  20. a et b Grell 2018, p. 138.
  21. Grell 2018, p. 139.
  22. a et b Faure 1985, p. 375.
  23. Le Roman d'Alexandre, Les Belles Lettres, 1992 ; Le roman d'Alexandre, traduit par Aline Tallet-Bonvalot, GF-Flammarion no 788, 1994 ; Histoire merveilleuse du roi Alexandre, maître du monde, Éditions Anarchasis, 2009.
  24. a et b Harf-Lancner 2018, p. 131.
  25. Jacques Lacarrière, La légende d'Alexandre, Folio no 3654, 2000, p. 31.
  26. Faure 1985, p. 383.
  27. Coran, XVIII, La caverne, 92-95.
  28. Jean- Claude Richard, « Alexandre et Pompée : à propos de Tite-Live IX, 16, 19-19, 17 », Ecole Française de Rome,‎ (lire en ligne).
  29. Claude Mossé, « La figure mythique d’Alexandre dans la France médiévale (XIIe – XVe siècles) », Alexandre le Grand, religion et tradition, Mètis, 2003, p. 296.
  30. Alexandre de Paris, Le Roman d'Alexandre, trad. L. Harf-Lancner, Le Livre de poche, coll. « Lettres gothiques », 1994.
  31. Harf-Lancner 2018, p. 133.
  32. a et b Claude Mossé, « La figure mythique d’Alexandre dans la France médiévale (XIIe – XVe siècles) », Alexandre le Grand, religion et tradition, Mètis, 2003, p. 295.
  33. La Divine Comédie, l''Enfer, chant XII.
  34. La Divine Comédie, l'Enfer, chant IV.
  35. a et b François de Polignac, « La construction de l’universalité dans la légende d’Alexandre », Alexandre le Grand, religion et tradition, Mètis, 2003, p. 251.
  36. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique [détail des éditions] [lire en ligne], IV, 18, 5-6.
  37. Alain Viala, Racine, la stratégie du caméléon, Seghers, 1990, p. 110.
  38. Citée sous le nom de Cléophis par Quinte-Curce, Histoire d'Alexandre le Grand, VIII, 10, 22.
  39. Georges Forestier, Jean Racine, Gallimard, 2006, p. 226-227.
  40. Alain Viala, Racine, la stratégie du caméléon, Seghers, 1990, p. 105.
  41. a b c d e et f Alexandre sur peplums.info.
  42. Klaus Mann, Alexandre, Solin, 1989, 1re éd. 1929.
  43. Résumé sur babelio.com.
  44. Maurice Druon, Alexandre le Grand, Le Livre de Poche, 1974.
  45. Résumé sur babelio.com ; Reproduction de la présentation de l'éditeur sur consus-France.
  46. Arno Schmidt, Alexandre ou Qu'est-ce que la vérité ?, Tristram, 2008 (1re éd. 1959).
  47. Résumé sur babelio.com.
  48. Miltiade Hatzopoulos, « L'État macédonien antique : un nouveau visage », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres,‎ , p. 9 (lire en ligne).
  49. Mary Renault, trilogie Alexandre le Grand, Le Livre de Poche, 2004.
  50. Résumé sur babelio.com
  51. Résumé sur babelio.com
  52. Critique sur babelio.com.
  53. (en) Résumé sur openroadmedia.com.
  54. Roger Peyrefitte, La Jeunesse d'Alexandre, 1977 ; Les Conquêtes d'Alexandre, 1979 ; Alexandre le Grand, 1981. Albin Michel, coll. « Album Histoire », 1977-1981.
  55. Résumé sur babelio.com.
  56. Faure 1985, p. 393.
  57. David Gemmell, L'enfant maudit ; La Mort des nations ; Le Prince noir ; L'Esprit du chaos, Éditions Gallimard, coll. « Folio SF », 1990-1991. Paru en livre audio, Éditions Hardigan.
  58. Résumé sur babelio.com.
  59. Le fils du songe ; Les sables d'Amon ; Les confins du monde. Réédition en un seul volume : Le Roman d'Alexandre le Grand, Plon, 2002.
  60. Résumé sur babelio.com.
  61. Édition française : Atalante, coll. «La dentelle du Cygne», 2003.
  62. Édition française : Atalante, coll. «La dentelle du Cygne», 2009.
  63. Shan Sa, Alexandre et Alestria, Albin Michel, 2006.
  64. Résumé sur babelio.com.
  65. Laurent Gaudé, Pour seul cortège, Actes Sud, 2012.
  66. Résumé et critique sur lefigaro.fr/livres.
  67. (en) David Brown, Tchaikovsky: A Biographical and Critical Study, Victor Gollancz, 1992, vol. 1, p. 136.
  68. (en) Liste des chansons sur progarchives.com.
  69. Paroles et traduction d’I Mana Tou Alexandrou par Georges Dalaras.
  70. Paroles et traduction d’Alexander The Great par Iron Maiden.
  71. (pt) Paroles sur ouvirmusica.com.br
  72. (en) Paroles d’Alexander the Great par Iron Mask.
  73. (en) Paroles sur genius.com.
  74. (en) Paroles sur genius.com.
  75. (en) Alexandre le Grand sur l’Internet Movie Database.
  76. (en) Epic film sur books.google.fr ; « Alexander as Glorious Failure: The Case of Robert Rossen’s Alexander the Great (1956) », Brill's Companion to the Reception of Alexander the Great, Brill, 2018.
  77. Robin Lane Fox, Alexander the Great, Penguin Books, 2004 (1re éd. 1973).
  78. (en) Alexandre sur l’Internet Movie Database.
  79. (en) « Bisexual Alexander angers Greeks », BBC, 22 novembre 2004.
  80. (en) Sikandar sur l’Internet Movie Database.
  81. (en) Alexandre le Grand sur l’Internet Movie Database.
  82. (en) Alexandre le Grand dans l'art sur l’Internet Movie Database.
  83. Production : Les Films du Tambour de Soie, Arte France, ERT et Minimal Films : [1].
  84. Production : Gruppe 5 Filmproduction, Cologne pour la ZDF en coopération avec Arte et en coproduction avec ORF.
  85. Production : Société Européenne de Production avec la participation de France Télévisions : [2].

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Alexandre le Grand : 15 ans qui ont bouleversé le monde, Éditions de la République, , 185 p. (ISBN 979-10-96963-17-1) ;
  • Alexandre le Grand : Quand l'archéologie bouscule le mythe, coll. « hors-série Pour la science » (no 96), , 121 p., p. 6-107 ;
  • Paul Faure, Alexandre, Fayard, , 578 p. (ISBN 2-213-01627-5) ;
  • Catherine Gaullier-Bougassas, Les Romans d’Alexandre : Aux frontières de l’épique et du romanesque, Champion, , 572 p. (présentation en ligne) ;
  • Catherine Gaullier-Bougassas (dir.), La fascination pour Alexandre le Grand dans les littératures européennes (Xe-XVIe siècle), Brepols, , 2572 p. (ISBN 978-2-503-54930-9, présentation en ligne) ;
  • Claude Mossé, Alexandre le Grand : La destinée d'un mythe, Payot, coll. « Peuples et Civilisations », (ISBN 2228894761) ;
  • Claude Rolley, « Les portraits d'Alexandre. Lysippe portraitiste », dans La sculpture grecque : La période classique, t. 2, Éditions Picard, coll. « Les manuels d'art et d'archéologie antiques », (ISBN 2708405063).

Article connexeModifier