Alexandre des Pays-Bas (1818-1848)

militaire néerlandais

Le prince Alexandre des Pays-Bas, prince d'Orange-Nassau (William Alexander Frédéric-Constantin, Nicolas Michel (en néerlandais : Willem Alexander Frederik Constantijn Nicolaas Michiel, Prins der Nederlanden, Prins van Oranje-Nassau) ; ), est né au palais de Soestdijk, et est le deuxième fils de Guillaume II des Pays-Bas et Anna Pavlovna de Russie, fille du tsar Paul Ier de Russie. Il a été surnommé Sasha au sein de sa famille.

Alexander van Oranje-Nassau
PrinsAlexanderderNederlanden1818.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 29 ans)
FunchalVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
MilitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Père
Mère
Fratrie
Autres informations
Grade militaire
Royal Arms of the Netherlands (1815-1907).svg
blason

BiographieModifier

Le prince Alexandre est né le dimanche . Sa naissance a été annoncée le lendemain dans la Nederlandsche Staatscourant[1]. Pour commémorer la naissance de son deuxième petit-fils de Guillaume Ier des Pays-Bas a donné à sa belle-fille, Anna Pavlovna la maison du tsar Pierre le Grand de Zaandam, qui avait été habitée par son ancêtre Pierre Ier le Grand lors de son séjour dans les Provinces-Unies.

Alexandre a été baptisé le par le révérend Krieger à La Haye. Sa grand-mère paternelle, Wilhelmine de Prusse était présente pour l'occasion. Alexandre a reçu les noms de ses oncles maternels Alexandre Ier de Russie, Constantin Pavlovitch de Russie, Nicolas Ier de Russie et Michel Pavlovitch de Russie.

 
De gauche à droite: Guillaume III, Alexandre, Guillaume II, Anna Pavlovna, Sophie, et Henri

Alexandre a été formé avec son frère Guillaume III des Pays-Bas, qui n'avait que dix-huit mois de plus. Leur père, le prince d'Orange, pensait que l'éducation des garçons était particulièrement importante. En tant que tels, ils ont passé beaucoup de temps à l'extérieur. Le prince d'Orange a participé activement à l'éducation de ses enfants. Le Anna Pavlovna a écrit à son frère Constantin " les deux aînés sont de grands garçons et reçoivent leurs premières leçons. Guillaume a commencé à leur enseigner à lire il y a un an et maintenant, ils ont été confiés à la garde d'un tuteur qui vient tous les jours pour leur enseigner. Papa leur enseigne la Géographie.'[2] Les Princes Guillaume et Alexandre ont ensuite poursuivi leurs études à l'université de Leyde, mais aucun d'eux n'a montré un intérêt particulier pour les milieux universitaires. Alexandre a développé un intérêt pour la numismatique[3] Dès l'enfance Alexandre était le fils préféré de ses parents. Ils le considéraient comme plus apte à régner que son frère Guillaume. Alexandre avait hérité de son père une nature facile à vivre. Il avait un grand groupe d'amis et réussit même à s'entendre raisonnablement bien avec sa belle-sœur Sophie de Wurtemberg. Cette dernière a eu une relation difficile avec sa belle-famille, en particulier avec Anna Pavlovna. Alexandre était aussi connu pour son sens de l'humour, comme une fois, où il est apparu pour un costume de bal habillé de la tête aux pieds dans une armure brillante. Alexandre a été le premier membre de la Maison d'Orange dont une photo a été prise, et il fut aussi le premier à posséder un vélo[4].

Les grandes passions d'Alexandre ont été la chasse et les chevaux. Il a reçu son premier cheval à l'âge de dix ans et est devenu un cavalier émérite. Alexandre était également passionné de chasse. En 1839, lui et son frère ont été autorisés par leur grand-père le roi à rétablir l'ancienne pratique de la fauconnerie au Het Loo. Les deux frères ont créé le Royal Loo Hawking Club, avec Alexandre, en tant que protecteur. Ils se sont réunis à une société internationale de noblesse à Het Loo. Outre la chasse, la société a également œuvré dans les courses de chevaux (la Reine Anna Paulovna une fois lui a donné un cheval rapporté d'Angleterre pour 4000 florins néerlandais[5])[6]. Après la mort d'Alexandre ce sport a décliné, et en 1855, le rideau est tombé pour la Royal Loo Hawking Club.

Alexandre a beaucoup voyagé. Cela comprenait plusieurs visites au Royaume-Uni, et les trajets plus longs, en Italie et au pays de sa mère, la Russie. Le Alexandre est allé en Russie pour rendre visite à son oncle maternel, le tsar Nicolas Ier, accompagné de son mentor Rigot de Beguins. Le , le tsar nomme son neveu chef du régiment de dragons de Novorossisk. Le Anna Pavlovna a écrit au tsar Nicolas pour le remerciant de sa gentillesse envers son fils " La façon dont je devrais vous remercier, cher ami, pour les cadeaux que vous avez accordés à mon fils Alexandre et pour le flatteur honneur que vous lui avez conféré en faisant de lui le chef d'un régiment de l'armée. Puisse-t-il une fois mériter l'honneur d'être pris dans les rangs de cette armée! Il en vaut peut-être la peine!'[7] Comme son père, Alexandre est apparu occasionnellement en uniforme russe.

En 1846, Alexandre, accompagné de sa mère et de sa sœur Sophie des Pays-Bas se rend en Italie. Ils quittent Rotterdam le et arrivent à Domodossola le . À la fin de septembre, ils ont atteint Gênes. Le , la Reine, Alexandre et Sophie atteignent Rome. Ils ont rendu visite au pape Pie IX et bien que protestant, le prince s'agenouilla pour recevoir sa bénédiction[8]. Alexandre retourna aux Pays-bas en novembre.

Alexandre a vécu assez modestement. Son aide-de-camp Eliza Pieter Matthes, en 1842, a décrit la maison du prince derrière la Kloosterkerk comme "plutôt petite pour un prince", mais l'intérieur était "charmant."[9] En 1844 Alexander a acheté la villa Boschlust à La Haye, après la mort de l'ancien propriétaire Johannes van den Bosch et a déménagé en 1845, mais n'est resté que deux ans, jusqu'à son départ à Madère. Après sa mort, la villa a été transmise à ses parents. Anna Pauwlowna a habité Boschlust pour un court laps de temps après la mort de son mari. Peu de temps après, la Reine douairière quitta aussi Boschlust. La villa a été vendue en [10]. Elle fut démolie peu de temps après 1888.

CarrièreModifier

Comme second fils du Prince d'Orange Alexandre était destiné à une carrière dans l'armée. Le , pour son dixième anniversaire, Alexandre a reçu le grade de colonel par arrêté royal. Il a d'abord commencé sa carrière militaire dans la Marine, mais est vite passé à la Cavalerie. Avec son père et son frère Guillaume, Alexandre a rejoint la campagne contre la Belgique en 1833-4[11]. Il a servi comme lieutenant-général et inspecteur de la cavalerie, un poste qu'il a pris très au sérieux[12]. Il a occupé ce poste de lieutenant-général et d'inspecteur général de 1840 jusqu'à sa mort. Le régiment Huzaren Prins Alexander est nommé pour lui.

À l'automne 1844, le roi Guillaume II prévoit de nommer son second fils comme gouverneur-général des Indes néerlandaises. Beaucoup de gens, y compris le ministre des Colonies s'y sont opposés, et à la fin, Alexandre n'a pas reçu le poste[13].

Perspectives de mariageModifier

À la fin des années 1830, Guillaume IV du Royaume-Uni voulait faire épouser à Alexandre sa nièce, la princesse Alexandrina Victoria de Kent (et future reine du Royaume-Uni). Victoria n'a pas accepté.

Il a été suggéré en 1840, qu'Alexandre se marie à Isabelle II d'Espagne, quand elle est venue en âge, ce qui lui permettrait de devenir régent. Toutefois, l'opposition des autres couronnes et l'objection à sa religion (elle était catholique) a empêché le mariage entre les deux. Alexandre ne s'est jamais marié, comme la princesse Sophie a écrit à Lady Malet, le , « mais je suis en bonne compagnie avec le Prince Alexandre [...] Il ne me courtise pas, car il ne sait pas encore ce qu'est une femme, mais il me donne toute l'amitié qu'il est capable de donner.[14]. Il n'a pas eu de descendance.

Le déclin de la santé et de la mortModifier

Charlotte Disbrowe, fille du diplomate britannique Sir Edward Cromwell Disbrowe (1790-1851), a rappelé, qu'en , à dix-huit ans, Alexandre a subi un grave accident qui aurait facilement pu lui coûter la vie. Lors d'une terrible tempête, lui et son frère aîné étaient de retour de Leyde, où ils sont allés la plupart des jours de la poursuite de leurs études. La route qui traverse le bois a été entièrement bloquée et ils ont été contraints d'abandonner leur chariot et continuer à pied. Alors qu'ils atteignaient la partie du bois le plus proche de La Haye, les arbres tombaient de tous côtés [...] l'un est tombé dans une direction à partir de laquelle ils ne s'attendaient pas. Le baron s'est emparé du prince Héréditaire qui se trouvait juste à côté de lui et l'a tiré hors de danger, mais le prince Alexandre a été capturé par les branches et jeté à terre. L'arrivée de secours pour le sortir de là a pris un certain temps[15]. Une fois les branches enlevées, Alexandre a été transporté inconscient vers le palais. "En premier lieu, écrit Disbrowe, il n'était pas trop mal, mais après quelques heures la fièvre et le délire sont apparus et il a été très gravement malade.[16]» Alexandre ne s'est jamais complètement remis de cet accident, avec de l'essoufflement et des maux de tête pour le reste de sa vie.

Disbrowe plus tard encore, a commenté le déclin de l'état de santé du prince : «Le Prince Alexandre, un très beau jeune homme, né en 1818, était manifestement en défaut en matière de santé. Quil se soit blessé lorsque l'arbre est tombé sur lui ou qu'il se soit fait du tort en tentant de maigrir, je ne sais pas, mais il mesurait six pieds quatre pouces de hauteur, la dernière expérience aurait besoin d'un vigoureux traitement. Souvent quand je danse avec lui, j'ai remarqué combien il est à bout de souffle, et comment la transpiration perle sur son front, et j'aurais voulu avoir le courage de le conjurer d'arrêter.[17]» Alexandre a constamment suivi un régime et fait de l'exercice pour maintenir sa silhouette mince. Il s'est rarement épargné lui-même et essaya de cacher sa faiblesse physique à sa famille.

Alexandre toutefois, n'a pas réussi à cacher ses problèmes pour toujours. Le , la princesse Sophie a fait des remarques à Dame Malet à propos des problèmes de santé du prince Alexandre. «Je ne sais pas ce que c'est exactement, mais il marche comme un vieil homme et ses glandes sont gonflées. Il est resté à Het Loo pendant un mois, mais il n'y a pas eu d'amélioration.» le , elle continua : «j'ai fait de longues promenades avec lui seule à seul et écouté ses plaintes au sujet de sa santé et de ses problèmes. Parfois, j'ai pensé en moi-même : c'est comme d'être seul avec une vieille femme[18].» Alexandre a contracté la tuberculose et pour des raisons de santé a déménagé en , à Madère, au Portugal. Après un émouvant adieu de sa famille, il partit de Rotterdam, où il s'embarqua pour le dernier voyage de sa vie. Henri d'Orange-Nassau a commandé le phare de "Prince d'Orange" et deux navires d'escorte 'Cerberus" et "Cyclope" qui ont conduit Alexandre à Madère. Sur l'île Henri a rencontré sa future épouse Amélie de Saxe-Weimar-Eisenach , quand elle et sa mère sont venus visiter Alexandre[19].

Alexandre a emménagé dans la villa Quinta Vigia (pt) à la périphérie de Funchal, qui est actuellement la résidence officielle du Président du Gouvernement Régional de Madère. Il y mourut le à l'âge de 29 ans. En raison d'un vent défavorable, la nouvelle de sa mort n'a atteint ses parents qu'un mois plus tard, alors que le roi Guillaume II était en train de poser pour un portrait. La belle-sœur d'Alexandre, Sophie a écrit à Lady Malet, le  : «Notre pauvre prince Alexandre est mort comme il a vécu, jusqu'au dernier moment ses pensées ont été remplies avec des chevaux et des sports. Il n'avait aucune idée de l'approche de la fin. L'autopsie a montré que ses poumons étaient parfaitement sains, l'estomac détruit, il n'y avait pas une goutte de sang dans son corps.[20]» La mort de son fils favori a frappé le roi, qui était au milieu d'une crise politique, particulièrement difficile. La reine écrivit à son frère Nicolas : «Seulement aujourd'hui je me sens assez forte pour écrire quelques lignes pour vous parler de la terrible catastrophe qui s'est abattue sur nous. Notre Sasha est mort!!! et nous avons survécu à ce coup... Il est en paix maintenant, mais nous devons aller dans ce monde, où il n'avait pas d'ennemis, il a été le plus aimant des fils et le plus fidèle des compagnons"[21]».

Le Prince Alexandre a été enterré dans la crypte royale à la nouvelle église de Delft à Delft le Vendredi saint dans un curieux cercueil en forme de tortue. Ses frères Henri et Guillaume, le prince d'Orange ont été les seuls membres de la famille royale à assister aux funérailles. Le futur roi Guillaume III a déplacé, jusqu'en 1859, les célébrations de l'anniversaire de sa naissance à celui de sa femme (), parce que son propre anniversaire (le ) est trop proche de la date de la mort de son frère[22].

RéférencesModifier

  1. Tekst, « Nederlandsche Staatscourant 8-3-1818 », Kranten.kb.nl, (consulté le 1er février 2014)
  2. De Romanov Relaties, p.58
  3. Tekst, « Dagblad van 's Gravenhage 3-20-1848 », Kranten.kb.nl, (consulté le 1er février 2014)
  4. In naam van Oranje 33, p. 788
  5. een jaar aan het hof, p. 85
  6. In naam van Oranje 30, p. 709
  7. De Romanov Relaties, p. 186
  8. Sophie in Weimar, p. 273
  9. Een jaar aan het hof, p. 36
  10. « Van villa Boschlust tot nieuw Babylon », Anemaa.home.xs4all.nl, (consulté le 1er février 2014)
  11. « Koninklijke ere-commando's en militaire erefuncties » [PDF] (consulté le 1er février 2014)
  12. Een jaar aan het hof, p. 76
  13. Een jaar aan het hof, p. 126
  14. Een vreemdelinge in Den Haag, p. 62
  15. Disbrowe, p. 250.
  16. Disbrowe, p. 251.
  17. Disbrowe, p. 297.
  18. Een vreemdelinge in Den Haag, p. 63
  19. Op en om Oranje's troon, p. 115
  20. Een vreemdelinge in den Haag, p.68
  21. De Romanov Relaties, p. 200
  22. Oranje in beeld, p.75

SourcesModifier

  • J.J. Bouman, Op en om Oranjes troon, Zaltbommel, Europese bibliotheek,
  • J.J. Bouman, Oranje in beeld : Een familiealbum uit de 19de eeuw, Zaltbommel, Europese bibliotheek,
  • (nl) Thera Coppens, Sophie in Weimar : Een prinses van Oranje in Duitsland, Amsterdam, Meulenhoff, , 698 p. (ISBN 978-90-290-8743-8)
  • Charlotte Anne Albania Disbrowe, Old Days in Diplomacy : Recollections of a closed century, Londres, Jarold&Sons,
  • S.W. Jackman, De Romanov Relaties : Uit de privé-correspondentie van Anna Paulowna en haar familie, Baarn, Bosch en Keuning,
  • S.W. Jackman, Een vreemdelinge in Den Haag : Uit de brieven van Koningin Sophie aan Lady Malet, Baarn, Bosch en Keuning,
  • Eliza Pieter Matthes, Een jaar aan het hof : Het dagboek van Eliza Pieter Matthes 1842–1843. Een ooggetuige aan het hof van koning Willem II, Zwolle, Waanders,
  • Cees van Raak, Vorstelijk begraven en gedenken : Funeraire geschiedenis van het huis Oranje-Nassau, Bussum, Thoth,
  • (en) Stanley Weintraub, Uncrowned King : The Life of Prince Albert, Londres, John Murray Inc., , 478 p. (ISBN 978-0-7195-5756-9)
  • In naam van Oranje, 30. Vijf eeuwen de Oranjes fr hun sport en chasse (1994) Nationaal Museum Paleis Het Loo. Zwolle: Waanders (en néerlandais)
  • In naam van Oranje, 33. Vijf eeuwen de Oranjes en de onbekende oranjeprinsen (1995) Nationaal Museum Paleis Het Loo. Zwolle: Waanders (en néerlandais)