Alexandre de Betak

Alexandre de Betak (né le ) est principalement un organisateur d'événementiel lié à la mode, surtout connus pour les défilés qu'il organise depuis plusieurs décennies. Surnommé le « Fellini de la mode » ou « le Cecil B. DeMille des podiums » par ses pairs[1],[2], il est également directeur artistique, producteur, scénographe et designer[3].

Alexandre de Betak
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (53 ans)
Nationalité
Activité
Producteur de défilés de modeVoir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Alexandre de Betak commence sa carrière à Paris en travaillant dans les domaines de la mode, l'art et le design. Au début des années 1990, il crée Bureau Betak, dont les studios actuels sont situés à New York, Paris et Shanghai. Alexandre de Betak et son équipe conçoivent plus de 800 modèles et créés des événements, des spectacles et des expositions pour des marques de luxe, petites ou grandes[1], telles que Christian Dior, Viktor & Rolf, Hussein Chalayan, Rodarte, The Row, Michael Kors, Diane Von Furstenberg, Isabel Marant, H&M, Roberto Cavalli, John Galliano, Berluti, Peter Pilotto, Lacoste, Jason Wu, Mary Katrantzou, Jacquemus, Hermès, Kanye West, Visionnaire, Tiffany, Hugo Boss, Lanvin, Givenchy, Donna Karan, Céline, Sybilla, etc.[4]. Il est le premier à retransmettre en direct sur internet le défilé Victoria's Secret dès l'année 2000[1].

Sa passion pour le design l'a amené à concevoir des objets et des espaces en collaboration avec Artcurial, Swarovski, AD Magazine ou Domeau Peres. Il a ainsi créé des pièces telles que la silhouette en taille réelle de Gisele Bündchen, une bibliothèque et un banc de verre acrylique et de cuir, qui ont tous deux été définis par leurs contours de lumières pour Domeau & Peres ainsi que la « Disco Vespa » en verre miroir pour Artcurial. Il a également conçu le restaurant parisien Black Calavados, la « Betak Disco Room » pour l'Hôtel Amour, Alex's House & Garden au-dessus du Baron à Shanghai. En 2015, Alexandre de Betak a également créé un nouvel environnement pour AD Interieurs : une salle de jeux qu'il a définie comme « Salon de joie », « un endroit pour se délecter, se détendre et s'amuser »[5].

En il sort un livre de photo retraçant ses 25 ans de carrière « Betak: Fashion Show Revolution ». En meme temps il crée et met en vente une collection d'objets en tout genre baptisée « Fashion Show Tools and Survival Gear »[6],[7].

En , il défraye la chronique en mettant en vente certaines de ses œuvres d'art et de design de sa collection personnelle[8].

Vie privéeModifier

Il a deux enfants avec le mannequin Audrey Marnay. En 2014, il épouse la directrice artistique argentine Sofía Sanchez Barrenechea en Patagonie[9].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Alban Agnoux, « Le nouvel ordre des défilés », O, vol. supplément à L'Obs, no 13,‎ , p. 50
  2. Emmanuelle Bosc, « Dans les coulisses des défilés, cinq héros très discrets », sur madame.lefigaro.fr, Madame Figaro, (consulté le )
  3. « Alexandre de Betak, le producteur star des défilés », sur lemonde.fr, (consulté le )
  4. Hélène Guillaume, « Dans les coulisses de la Fashion Week avec Alexandre de Betak, l’homme aux mille défilés », sur Madame Figaro, (consulté le )
  5. Rebecca Voight, « Alexandre de Betak, le show man », L'Express diX, no supplément à L'Express,‎ , p. 136 à 139 (lire en ligne, consulté le )
  6. Alexandre Marain, « Le kit de survie de Fashion Week de Bureau Betak chez colette », sur Vogue.fr (consulté le )
  7. « De Dior à Victoria's Secret, les secrets de fabrication des plus grands défilés de mode, par Alexandre de Betak », sur Vanity Fair (consulté le )
  8. Manon Garrigues, « Alexandre de Betak vend son intérieur aux enchères chez Piasa », sur Vogue (consulté le )
  9. Propos recueillis par Eugénie Trochu, photos par Toto Cullen, « Dans le dressing de Sofia Sanchez de Betak », sur Vogue.fr (consulté le )

PublicationModifier

  • (en) Alexandre de Betak et Sally Singer, Betak : Fashion Show Revolution, Londres/New-York/impr. en Chine, Phaidon, , 292 p. (ISBN 978-0-7148-7353-4)

Article connexeModifier