Alexandre Nevski

héros national russe et saint de l'église orthodoxe
(Redirigé depuis Alexandre Nevsky)

Alexandre Nevski (en russe : Александр Ярославич Невский, Aleksandr Iaroslavitch Nevskii, écouter), né le à Pereslavl-Zalesski, et mort le à Gorodets, est un héros national russe, célèbre pour ses victoires militaires. Il est aussi un saint de l'Église orthodoxe et plusieurs cathédrales orthodoxes portent son nom. Il est fêté le 23 novembre et le 30 août (translation de ses reliques à Saint-Pétersbourg)[1],[2].

Alexandre Nevski
AlexanderNevski.jpg
Fonction
Prince de Kiev (d)
Titres de noblesse
Liste des souverains de Kiev
Prince de Novgorod
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
Chef militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Riourikides, Iourievitchi (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Fedosia Mstislavich (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Conjoint
Alexandra Briatchislavovna (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Autres informations
Religion
Étape de canonisation
Saint, Right-Believing (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fête
Prononciation
Alexander Nevsky Emblem.jpg
blason
Portrait d'Alexandre Nevski à la cathédrale Alexandre-Nevski de Sofia.

BiographieModifier

Fils du prince Iaroslav II de Vladimir, il devient prince de Novgorod (1236-1252) puis grand-prince de Vladimir (1252-1263). C'est le dernier prince russe à recevoir l'investiture du khan Batu de la Horde d'or pour la principauté de Kiev en 1249.

Il devient prince de Novgorod en 1236 quand son père Iaroslav II de Vladimir quitte la ville pour monter sur le trône de Kiev. Il est également prince de Souzdal et de Moscou, dont le nom apparaît pour la première fois dans l'histoire en 1147[3].

En 1252, il voyage jusqu'à Saraï pour recevoir l'investiture de la Horde d'or pour la principauté de Vladimir. Il se lie d'amitié avec Sartaq.

Il est surtout célèbre pour deux victoires militaires essentielles dans l'histoire de la Russie, la première contre les Suédois à la bataille de la Neva le et la seconde à la bataille du lac Peïpous sur les glaces du lac éponyme en avril 1242 contre les chevaliers de l'ordre Teutonique, installés dans la région depuis 1237, et qui venaient d'intégrer l'ordre des chevaliers Porte-Glaive.

La première de ces victoires lui valut son surnom de Nevski (« de la Neva »).

La seconde donna naissance, plusieurs siècles plus tard, à un film de Sergueï Eisenstein (1938), sur une musique de Sergueï Prokofiev.

À une époque où les Chevaliers teutoniques menaçaient de conquérir la Russie avec l'intention manifeste de la convertir à l'Église latine, Alexandre Nevski conclut une trêve avec la Horde d'or et porta tous ses efforts sur le front occidental. C'est le courage et la clairvoyance politique, à une époque critique de leur histoire, que le peuple russe et l'Église russe honorent en lui.

À sa mort, un culte local lui est voué et sa Vie est rédigée. Il est canonisé le [4]. Le , l'empereur Pierre le Grand fait transférer ses reliques de Vladimir à Saint-Pétersbourg dans la petite châsse Alexandre Nevski, à la laure récemment construite pour la nouvelle capitale.

À l'automne 2007, la châsse Alexandre Nevski contenant ses reliques quitte momentanément la laure Alexandre Nevski et est montrée en divers endroits de la région, en particulier à la cathédrale du Christ-Sauveur de Moscou, à Kaliningrad, à Riga, à Pskov, à Veliki Novgorod, à Iaroslavl, à Vladimir, à Nijni Novgorod et à Iekaterinbourg[5],[6].

PostéritéModifier

De son union en 1239 avec Alexandra ou Prascovie, fille du prince Bryatchilav de Polotsk (mort après 1239), sont nés :

PopularitéModifier

En 2008, Alexandre Nevski est désigné comme le Russe le plus populaire de l'histoire de la Russie avec un peu plus d'un demi-million de voix, devant Piotr Stolypine et Joseph Staline[7].

Vol des reliques de saint Alexandre NevskiModifier

Dans la nuit du 28 août au , des voleurs pénétrèrent par effraction dans l'église Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg. Ces inconnus dérobèrent le reliquaire contenant les restes de saint Alexandre Nevski, cinq croix, un calice, en outre treize autres reliques de saints de l'Église orthodoxe russe furent dérobées dans cette même nuit[8].

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier