Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Du Bois.

Alexandre Du Bois
Image illustrative de l’article Alexandre Du Bois
Photographie par Carjat
Présentation
Autres noms Dubois
Naissance
Paris, France
Décès
Paris, France
Formation École polytechnique
Élève de Lebas et Debret

Alexandre Nicolas Du Bois, né à Paris le 11 septembre 1785[1] et mort dans cette même ville le 6 novembre 1866[2], est un architecte français du XIXe siècle.

Sommaire

BiographieModifier

Élève de l'École centrale puis de l'École polytechnique, dont il sortit ingénieur-géographe, Alexandre Du Bois enseigna les mathématiques à l’École militaire pendant trois ans.
Il se consacra ensuite à l'architecture et, après avoir été l'élève de Lebas et Debret, devint architecte du gouvernement en intégrant l'administration des Travaux publics. En 1811[3], il fut nommé architecte de l'abattoir de Montmartre en remplacement de Belanger. Cinq ans plus tard, il fut également chargé de l'achèvement de l'abattoir de Grenelle commencé par Guy de Gisors.
En 1815, lors de l'entrée des Alliés en France à la suite de la bataille de Waterloo, il œuvra en tant qu'ingénieur à la défense de Paris. Au cours des premières années de la Restauration, on lui confia l'aménagement du marché de la barrière d'Italie[4].
En 1820, c'est en tant qu'inspecteur des travaux qu'il fut adjoint à Debret et Grillon pour la construction de l'Opéra de la rue Le Peletier. À cette fin, il fut missionné outre-Manche pour y étudier aménagement et les conditions de sécurité des salles d'opéras et des théâtres anglais[5]. Par la même occasion, il étudia la construction des gazomètres anglais avant de construire à Paris des équipements semblables (v. 1822)[3].

En 1832, Du Bois adhéra à la Société libre des Beaux-arts et, en 1864, fut élu président de la classe d'architecture du Comité central des artistes[6]. Architecte-voyer de première classe depuis 1835, il fut également nommé architecte divisionnaire (1837) puis architecte en chef (1855) de la Préfecture de Police. En collaboration avec Gilbert aîné, Du Bois effectua des travaux sur l'hôtel de cette administration en 1856[7].
Érudit, il se constitua une bibliothèque de vingt-mille ouvrages[5] et entreprit la rédaction de notices biographiques sur les architectes français. Une partie de celles-ci fut publiée après sa mort par l'architecte Charles Lucas (Biographie universelle des architectes célèbres, Paris, 1868) puis par son gendre Élie Brault (Les Architectes par leurs œuvres, Paris, 1893).

Architecte-commissaire de la petite voirie, Alexandre Du Bois mourut le 6 novembre 1866 à la « folie Rochechouart », la maison qu'il s'était bâtie en 1843[8]. Mort célibataire[2], Du Bois avait une fille (naturelle ou adoptive), la peintre Marie Alexandrine Weniger, qui fonda en mémoire de son père le « prix Alexandre Du Bois »[9].

Principales réalisationsModifier

Paris et environsModifier

 
Le gazomètre de la rue Richer après son explosion en 1849

ProvinceModifier

PublicationsModifier

RéférencesModifier

  1. L’état-civil reconstitué de Paris indique le 11 septembre 1785 (paroisse Saint-Nicolas-des-Champs). Fournier (p. 240) indique le mois de juillet 1785.
  2. a et b Actes de décès du 9e arrondissement de Paris, 7 novembre 1866.
  3. a et b Du Bois et Brault 1893, t. III, p. 57.
  4. Bauchal 1887, p. 644.
  5. a et b Fournier 1867, p. 241.
  6. Fournier 1867, p. 242.
  7. Bauchal 1887, p. 645.
  8. a et b Ch. Dauzats, « La dernière folie de Montmartre », Le Figaro, 6 septembre 1908.
  9. Louis Auvray (dir.), Revue artistique et littéraire, t. XV, Paris, 1869, p. 139.
  10. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w x y z aa ab et ac Fournier 1867, p. 243.
  11. a b c d et e Du Bois et Brault 1893, t. III, p. 58.

BibliographieModifier

  • Alexandre Du Bois et Élie Brault, Les architectes par leurs œuvres : ouvrage rédigé sur les manuscrits de Al. Du Bois (de l'École Polytechnique) architecte du gouvernement, t. III : Classiques et Romantiques. L'Éclectisme prend la place du style absent. L'Architecture de fer., Paris, H. Laurens, , 1re éd. (OCLC 3711581), p. 57-58
  • Charles Bauchal, Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, Paris, André, Daly fils & Cie, , 1re éd., 842 p. (OCLC 665158649, lire en ligne), p. 644-645
  • P.B. Fournier, « Notice nécrologique sur Alexandre Du Bois », dans Louis Auvray (dir.), Revue artistique et littéraire, t. XII, Paris, , p. 239-243