Alexandre Deïneka

artiste russe

Alexandre Alexandrovitch Deïneka (en russe : Алекса́ндр Алекса́ндрович Дейне́ка), né le 8 mai 1899 ( dans le calendrier grégorien) à Koursk (Empire russe) et mort le à Moscou (Union soviétique), est un peintre, affichiste et sculpteur soviétique.

Alexandre Alexandrovitch Deïneka
Image dans Infobox.
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Formation
Élève
Distinctions
Œuvres principales

BiographieModifier

Né dans une famille de cheminots, Alexandre Deïneka étudie entre 1915 et 1917 au lycée d'art de Kharkov, où il est élève du peintre Alexandre Loubimov. Il soutient la révolution russe, s'engageant dans l'Armée rouge entre 1919 et 1920 au sein du département politique de Koursk. De là, il est envoyé étudier aux Vkhoutemas, les Ateliers supérieurs d’art et de technique fondés par Lénine en 1920. Il y rencontre Vladimir Favorski, qui sera son professeur, et le poète Vladimir Maïakovski, qui auront tous deux une grande influence sur son développement artistique et sa formation à la création. Membre fondateur de groupes comme Ost (« Être ») ou Octobre, il réalise la première grande œuvre historique révolutionnaire en 1928 : La Défense de Pétrograd. Vers 1931, il devient membre de l'Association des artistes prolétariens (AKhRR).

Dans les années 1930, il réalise de nombreuses affiches de propagande colorées et enthousiastes, tandis que le style de ses peintures diffèrent déjà d'autres peintres par le traitement qu'il leur accorde et les sujets abordés, comme Sur le balcon (1931) ou Jeune fille à la fenêtre. Hivers.

En 1932, La Mère marque le début d'une nouvelle période créative. Deïneka réalise également des peintures à sujet politique comme Les Sans-emplois à Berlin (1933). Au milieu des années 1930, il opère un tournant moderniste, très inspiré par le thème de l'aviation (Futurs pilotes, 1937). Avec le pilote G.F. Baidoukov, il réalise un livre pour enfant sur le sujet, publié en 1938. Les thèmes historiques qu'il aborde sont basés sur sa propre réflexion sur l'histoire pré-révolutionnaire. À cette époque, il commence à réaliser des mosaïques, dont celle de la station de métro Maïakovskaïa à Moscou.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il réalise des peintures monumentales et dramatiques, dont Banlieue de Moscou. constitue la première œuvre. Il parvient à faire pénétrer une grande souffrance dans son travail (Le Village brûlé, 1942), autant que l'enthousiasme héroïque (La Défense de Sébastopol, 1942).

Après la guerre, il continue de peindre et reprend son travail de mosaïque, notamment pour le palais des congrès du Kremlin. Pour Les Joueurs de hockey (1960), il est récompensé du prix Lénine en 1964.

Il meurt le et est enterré au cimetière de Novodevitchi à Moscou.

Distinctions et récompensesModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Article connexeModifier

Liens externesModifier