Alexandre Dayon

entrepreneur français
Alexandre Dayon
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (52 ans)
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Alexandre Dayon, né le [1], est président chargé de la stratégie de l'entreprise Salesforce.com.

BiographieModifier

Ingénieur de formation et passionné de nouvelles technologies, Alexandre Dayon commence sa carrière en participant en 1990 à la création de BusinessObjects aux côtés de Bernard Liautaud et Denis Payre. L’entreprise rencontre un grand succès avant d’être rachetée par l’éditeur allemand SAP en 2008[2].

Alexandre Dayon crée sa propre entreprise, InStranet, spécialisée dans la gestion de connaissances pour centre d'appels, à Chicago[3]. En , il vend sa start-up à Salesforce.com pour un montant estimé à 31,5 millions de dollars selon La Tribune[4]. Il collabore par la suite avec Marc Benioff, le PDG et fondateur de Salesforce qui le considère comme l'un des « symboles du génie français ». Il le nomme également comme représentant auprès de l'État français pour défendre l'économie numérique[5].

Membre du comité de direction de Salesforce.com, leader de la gestion de la relation client (CRM) dans le cloud, il occupe la position stratégique de président des produits (« President and Chief Product Officer »). Il supervise notamment le développement de la plateforme de commerce électronique, nommée Einstein, visant à concurrencer Amazon[6].

RéférencesModifier

  1. Sylvie Guyony, « Un bolide français de la high tech », sur lemonde.fr, (consulté le 8 septembre 2019)
  2. « Alexandre Dayon prend la direction de la stratégie de Salesforce », Usine Nouvelle,‎ (lire en ligne)
  3. « Alexandre Dayon, pionnier français de la Silicon Valley », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  4. « Alexandre Dayon, l'homme du prochain milliard de dollars », LaTribune,‎ (lire en ligne)
  5. « Alex Dayon, l'atout français de Salesforce », L'Usine Digitale,‎ (lire en ligne)
  6. « Cet homme est sans doute "le Français le plus puissant de la Tech mondiale" », Challenges,‎ (lire en ligne)