Alexandre-Joseph de Boisgelin

général et homme politique français
Alexandre-Joseph de Boisgelin
Image dans Infobox.
Fonctions
Député français
Pair de France
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Grade militaire
Distinction
Archives conservées par

Alexandre-Joseph-Gabriel, marquis de Boisgelin (, Pléhédel , , Paris), est un général et homme politique français.

BiographieModifier

Fils de Charles Eugène de Boisgelin et frère cadet de Bruno-Gabriel de Boisgelin, il suit, comme son frère, la carrière des armes et émigre.

À la Restauration, il est nommé commandant de la 10e légion de la garde nationale de Paris, refuse de servir pendant les Cent-Jours, et ne reprend son commandement qu'au retour de Gand.

Le , le collège de département de la Seine l'ayant élu député, il écrit à la 10e légion de la garde nationale que « les électeurs de la Seine avaient voulu récompenser en sa personne la garde nationale de ses sacrifices et de son dévouement pour le salut de la capitale. » À la Chambre introuvable, il siège dans la majorité ; il échoua aux élections de 1816, après la dissolution, mais il est réélu à la Chambre, le , par le collège de département d'Ille-et-Vilaine et prend place à l'extrême droite.

Il était entré dans les gardes du corps du roi comme lieutenant, et est nommé maréchal de camp le .

À la mort de son frère aîné, pair de France, il est admis à lui succéder à la Chambre haute, le , en vertu de l'ordonnance royale du , autorisant la transmission de la pairie en ligne collatérale. Il se retira de la vie politique à la chute des Bourbon, après les journées de juillet 1830.

Gendre de Charles-Hector d'Harcourt, il est le père d'Édouard de Boisgelin et le beau-père d'Emmanuel de Dreux-Brézé.

SourcesModifier

Liens externesModifier