Alexander Polyakov

physicien russe

Alexander Markovitch Polyakov (en français « Alexandre Poliakov » (très peu usité), en russe : Алекса́ндр Ма́ркович Поляко́в, né le à Moscou) est un physicien théoricien soviético-russe. Il a travaillé à l'Institut Landau (en) de Moscou puis, depuis 1990, à l'université de Princeton[1].

Alexander Polyakov
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalités
Formation
Faculté de physique générale et appliquée de l'Institut de physique et de technologie de Moscou (d)
Institut de physique théorique Landau (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Institut de physique théorique Landau (en), université de Princeton (depuis années 1990)Voir et modifier les données sur Wikidata
Domaine
Membre de
Directeur de thèse
Karen Ter-Martirossian (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Polyakov est connu pour ses contributions à la théorie quantique des champs, dont le monopôle 't Hooft–Polyakov (en) en théorie de jauge, l'instanton BPST (en)[2],[3] et son intégrale de chemin en théorie des cordes[4]. Sa co-publication Infinite conformal symmetry in two-dimensional quantum field theory[5], avec Alexander Belavin et Alexander Zamolodchikov, a fondé la théorie conforme des champs en deux dimensions[1].

BiographieModifier

En 1965, dans le cadre d'un travail étudiant, Polyakov établit, avec Alexander Migdal, le mécanisme de Brout-Englert-Higgs-Hagen-Guralnik-Kibble de manière indépendante[6] à partir de diverses publications, dont certaines de Peter Higgs. En raison de délais éditoriaux, l'ouvrage n'est cependant publié qu'en 1966[7].

Prix et distinctionsModifier

Polyakov est élu membre de l'Académie des sciences de Russie en 1984[8] et membre de l'Académie nationale des sciences (NAS) en 2005[9],[10].

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Alexander Markovich Polyakov » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b (en) « Princeton celebrates Polyakov's 60th », CERN Courier, no Mar 1,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  2. (en) Belavin AA, Polyakov AM, Schwartz AS et Tyupkin YS, « Pseudoparticle solutions of the Yang-Mills equations », Phys. Lett. B, vol. 59, no 1,‎ , p. 85–7 (DOI 10.1016/0370-2693(75)90163-X, Bibcode 1975PhLB...59...85B)
  3. (en) Polyakov AM, « Quark confinement and topology of gauge theories », Nucl. Phys. B, vol. 120, no 3,‎ , p. 429–58 (DOI 10.1016/0550-3213(77)90086-4, Bibcode 1977NuPhB.120..429P)
  4. (en) Polyakov AM, « Quantum geometry of bosonic strings », Phys. Lett. B, vol. 103, no 3,‎ , p. 207–10 (DOI 10.1016/0370-2693(81)90743-7, Bibcode 1981PhLB..103..207P)
  5. (en) Belavin AA, Polyakov AM et Zamolodchikov AB, « Infinite conformal symmetry in two-dimensional quantum field theory », Nucl. Phys. B, vol. 241, no 2,‎ , p. 333–80 (DOI 10.1016/0550-3213(84)90052-X, Bibcode 1984NuPhB.241..333B)
  6. (en)A.M. Polyakov, A View From The Island, 1992
  7. A. A. Migdal et A. M. Polyakov, « Spontaneous Breakdown of Strong Interaction Symmetry and Absence of Massless Particles », Soviet Physics JETP,‎ (lire en ligne)
  8. (en)Alexander M. Polyakov. Site of RAS
  9. (en) « Polyakov, Alexandre », NAS Section: Physics
  10. « Dirac Medalist Elected to NAS »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 12 juillet 2017). ICTP News. 9/5/2005

Liens externesModifier