Albine de Montholon

noble française

Albine de Montholon ( - )[1], née Albine Hélène de Vassal et épouse de Charles Tristan, marquis de Montholon, est connue comme maîtresse de Napoléon lors de son exil à Sainte-Hélène.

Albine de Montholon
Albine de Montholon (1779-1848).jpg
Titre de noblesse
Comtesse
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Albine Hélène de VassalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Conjoints
Enfants

BiographieModifier

Albine Hélène de Vassal, née à Paris, est issue d'une famille de petite noblesse de robe appartenant à la bonne société de Montpellier et alliée aux Cambacérès, Jean-Jacques-Régis de Cambacérès et elle-même étant cousins issus de germains.

Le , à l'âge de 17 ans, elle épouse le baron Louis Pierre Édouard Bignon dont elle divorce en 1799[1].

Le , à l'âge de 20 ans, elle épouse un financier genevois, le baron Daniel Roger, futur maire de Gagny[2], dont elle a un fils, Édouard, comte Roger du Nord, né en 1803, qui deviendra l'ami intime d'Adolphe Thiers[3].

En 1808, elle rencontre Charles-Tristan de Montholon et c'est un coup de foudre réciproque. Elle quitte le domicile conjugal pour vivre avec Montholon. De cette union, naissent trois fils : Tristan Charles François Napoléon de Montholon-Sémonville, né le [4], Napoléon Charles Tristan de Montholon-Sémonville, né le [5] et Charles François Frédéric de Montholon-Sémonville, qui deviendra ambassadeur de Napoléon III auprès de Maximilien Ier lors de l'intervention française au Mexique[3], le .

Le baron Roger demande et obtient la séparation de corps le , puis le divorce le [6].

Elle suit son mari qui accompagne Napoléon lors de son exil à Sainte-Hélène, où naît son quatrième enfant, Napoléone Marie Hélène Charlotte, le [7]. Elle est réputée pour avoir été la maîtresse de Napoléon, fait toutefois discuté par certains historiens, jusqu'à ce que l'Empereur apprenne sa liaison avec le lieutenant-colonel Basil Jackson et la fasse renvoyer en France en juillet 1819[6].

Elle meurt à Montpellier le [1]. Elle est alors enterrée dans la crypte des pécheurs pénitents (crypte des Pénitents bleus) de la ville[8].

BibliographieModifier

  • 1826 : Albine de Montholon, Souvenirs de lord Elderle, paris, impr. de F. Didot, (lire en ligne)
  • 1901 : Albine de Montholon, Souvenirs de Sainte-Hélène par la comtesse de Montholon, 1815-1816, Paris, E. Paul, (lire sur Wikisource, lire en ligne)

CinémaModifier

RéférencesModifier

  1. a b et c « Albine Hélène de Vassal », sur www.geni.com (consulté le 6 janvier 2018)
  2. « L'histoire du domaine du Chesnay - Partie 2/4 : Le Baron Daniel Roger », sur http://blog.gagny-abbesses.info (consulté le 6 janvier 2018)
  3. a et b Adolphe Robert, Dictionnaire des parlementaires français... : depuis le 1er mai 1789 jusqu'au 1er mai 1889... / publ. sous la dir. de MM. Adolphe Robert, Edgar Bourloton et Gaston Cougny, 1889-1891
  4. « Tristan Charles François Napoléon de Montholon Semonville », sur www.geni.com (consulté le 6 janvier 2018)
  5. « Napoléon Charles Tristan de Montholon », sur www.geni.com (consulté le 6 janvier 2018)
  6. a et b Henri Pigaillem, Dictionnaire des favorites,
  7. « Napoléone Marie Hélène Charlotte de Montholon Semonville », sur www.geni.com (consulté le 6 janvier 2018)
  8. Michel, « Napoléon et la révolution », sur impereur.blogspot.com, (consulté le 4 décembre 2018)
  9. (en) Sant'Elena, piccola isola sur l’Internet Movie Database (consulté le 26 février 2018)
  10. « Monsieur N. », sur Allociné (consulté le 6 janvier 2018)

Liens externesModifier