Albine

commune française du département du Tarn

Albine
Albine
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Tarn
Arrondissement Castres
Intercommunalité Communauté de communes Thoré Montagne Noire
Maire
Mandat
Xavier Sénégas
2020-2026
Code postal 81240
Code commune 81005
Démographie
Gentilé Albinols
Population
municipale
509 hab. (2017 en diminution de 5,57 % par rapport à 2012)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 27′ 38″ nord, 2° 32′ 24″ est
Altitude Min. 276 m
Max. 1 033 m
Superficie 17,15 km2
Élections
Départementales Canton de Mazamet-2 Vallée du Thoré
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Albine
Géolocalisation sur la carte : Tarn
Voir sur la carte topographique du Tarn
City locator 14.svg
Albine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Albine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Albine

Albine (en occitan, Albina) est une commune française située dans le département du Tarn, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Albinols.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Albine est une commune située au cœur du parc naturel régional du Haut-Languedoc. Elle est limitrophe des départements de l'Aude et de l'Hérault.

 
Situation d'Albine.

HydrographieModifier

Le Thoré, le ruisseau de Cabanel, le ruisseau de Peyreillès sont les principaux cours d'eau parcourant la commune.

Communes limitrophesModifier

Voies de communication et transportsModifier

La commune est desservie par des services réguliers du réseau régional liO : la ligne 753 la relie à Castres et à Béziers (ou Valras-Plage l'été), et la ligne 762 la relie à Castres et à Saint-Pons-de-Thomières.

ToponymieModifier

HistoireModifier

Aux environs de 5 heures le 2 août 1936 sur le territoire communal s'écrase un avion trimoteur métallique Wibault 283T transportant le courrier pour l'Amérique du Sud, parti du Bourget à 2h45 du matin. Le chef pilote d'Air France Gaston Génin est tué en même temps que le copilote Roger Savarit et le radio Albert Aubert. Jean Mermoz se joint aux secours pour ramener lui-même sur ses épaules le corps de Gaston Génin. La cause de cet accident fut l'erreur fatale commise par l'opérateur de radio-goniométrie au sol à Toulouse qui a transmis à l'avion sa position à l'Ouest de la ville alors qu'en fait il se trouvait à l'Est[2].

HéraldiqueModifier

  Blason
D'azur à trois trangles ondées d'argent, à l'aigle essorante soutenue d'un coupeau mouvant de la pointe et surmontée d'une coquille, le tout d'or et brochant sur les trangles; à l'orle cordé d'argent brochant sur le tout.
Devise
« endura fa mal que força » (on triomphe plus facilement par la patience que par la force).
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
mars 2001 mai 2020 Philippe Barthes    
mai 2020 En cours Xavier Sénégas[3]    

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1911. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5]. En 2017, la commune comptait 509 habitants[Note 1], en diminution de 5,57 % par rapport à 2012 (Tarn : +2,36 %, France hors Mayotte : +2,36 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
740656588524515456606607619
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2017 -
586593566547542550508509-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Sur la commune se trouve un tulipier de Virginie géant âgé de 200 à 300 ans : 41 m de haut, 12,60 m à la base et 8,8 m de circonférence à 1,30 m du sol.
  • Église Saint-Jean.
  • Château de la Ribeaute[8]

Personnalités liées à la communeModifier

Culture populaireModifier

Albine est citée dans le poème d’Aragon, Le Conscrit des cent villages, écrit comme acte de résistance intellectuelle de manière clandestine au printemps 1943, pendant la Seconde Guerre mondiale[9].

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. « A la recherche d'un Wibault 283 », sur Monnaies et Détections – Nº 46 – Juin/Juillet 2009,
  3. Le Tarn libre, 12 juin 2020, p. 39
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. Château de la Ribeaute
  9. Louis Aragon, « Le Conscrit des cent villages », publié initialement dans La Diane française, consulté dans Pierre Seghers, La Résistance et ses poètes : France, 1940-1945, Paris : Seghers, 2004 (2e édition). (ISBN 2-232-12242-5), p. 373-375