Albert Likuvalu

personnalité politique française

Albert Likuvalu
Illustration.
Fonctions
Député français
Élection
Circonscription Wallis-et-Futuna
Groupe politique App. SRC
Prédécesseur Victor Brial
Successeur David Vergé
Président de l'Assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna
Biographie
Nom de naissance Apeleto Albert Likuvalu
Date de naissance (76 ans)
Lieu de naissance Alo (France)
Parti politique PRG

Apeleto Albert Likuvalu, né le à Alo (Futuna), est une personnalité politique de Wallis-et-Futuna.

BiographieModifier

Il est le premier bachelier de Wallis. Il côtoie Jean-Marie Tjibaou sur les bancs du séminaire en Nouvelle-Calédonie.

Membre du Parti socialiste puis du Parti radical de gauche, ancien leader du parti Alliance d'opposition à l'UMP locale de Victor Brial, et qui s'est depuis fondu dans la toute nouvelle antenne locale du PS, conseiller territorial élu dans le district de Hihifo sur Wallis, il est président de l'Assemblée territoriale de Wallis-et-Futuna du 22 février au , bénéficiant alors d'une brève alliance entre la gauche locale et les centristes divers droite. Il avait déjà été candidat socialiste en 2002 mais n'avait alors obtenu que 928 voix, soit à peine plus de 13 % des suffrages, au 1er tour, arrivant ainsi en 3e position derrière les 40,5 % de Victor Brial et les 37,7 % du candidat divers gauche Penisio Tialetagi.

En 2005, il soutient la grande chefferie de Wallis lors de la crise qui oppose l'État (et notamment l'alors administrateur supérieur) au roi de Wallis, le lavelua, décédé depuis. Le vote en sa faveur est considéré par certains observateurs comme une affirmation de l'identité wallisienne face à la métropole[1].

En 2007, il est le seul candidat de la gauche locale, et est élu député lors du second tour, le , avec 4 152 voix (51,79 %). C'est la première fois qu'un candidat socialiste est élu député à Wallis-et-Futuna. Il siège à l'Assemblée national avec le Pôle Radical de gauche du Groupe SRC.

Dans le cadre de la primaire socialiste de 2011, il apporte son soutien à Jean-Michel Baylet.

Lors des élections législatives de 2012 à Wallis-et-Futuna, Albert Likuvalu, sous les couleurs du PRG, arrive en troisième position du premier tour, derrière David Vergé (divers droite) et Mikaele Kulimoetoke (divers gauche). Il décide de maintenir sa candidature au second tour, où il obtient 17,36 % des suffrages exprimés. David Vergé lui succède à l'Assemblée nationale.

Candidat aux élections sénatoriales de 2020, il arrive en troisième position avec 23 % des suffrages et retire sa candidature en vue du second tour[2].

Notes et référencesModifier

  1. Le Monde du mardi 19 juin 2007
  2. « Sénatoriales 2020 : îles Wallis et Futuna », sur senatoriales2020.senat.fr (consulté le 27 septembre 2020).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier