Ouvrir le menu principal

Albert Dammouse

sculpteur français
Albert Dammouse
Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Formation
Distinction
signature d'Albert Dammouse
signature

Albert Dammouse[1], né à Paris le et mort à Sèvres (Hauts-de-Seine) le , est un sculpteur et céramiste français.

BiographieModifier

 
Coupe (1900), Paris, musée d'Orsay.
 
Vase Libellule et feuilles de vigne (vers 1900), pâte de verre, Paris, Petit Palais.

Céramiste décorateur, fils du sculpteur Pierre-Adolphe Dammouse (né à Paris le ) et de Rose Victoire Papy, mariés à Paris le , Albert Dammouse travailla, comme ce dernier, à Sèvres. Il reçut tout d'abord une formation dans l'atelier de François Jouffroy où il avait exécuté des sculptures pour le palais du Louvre.

Son frère Édouard-Alexandre Dammouse (né à Paris le ) est peintre et décorateur de céramiques. Il décède célibataire à Sèvres le .

De 1863 à 1868, Albert fait ses études à l'École supérieure des arts décoratifs de Paris. En 1868, il entre à l'École des beaux-arts de Paris. De 1868 à 1870, il collabore avec Marc-Louis Solon dit « Milès ». Il débute au Salon de 1869 avec un buste en plâtre (Un Portrait).

En 1871, il crée un atelier à Sèvres qu'il gardera jusqu'à sa mort en 1926. Il y fabrique de la porcelaine qu'il décore au grand feu ainsi que des grès et des faïences.

En 1874, il commence une collaboration avec la Manufacture Pouyat et Dubreuil et obtient une médaille d'or à l'Union centrale des arts décoratifs. À partir de 1875, il collabore avec le peintre Félix Bracquemond (1833-1914), avec lequel il va créer le célèbre Service aux Oiseaux.

Albert Dammouse rencontre un grand succès en exposant à l'Exposition universelle de 1878. Il épouse en 1879 Jeanne Marie Émilie Renard dont les deux parents travaillaient à la manufacture de Sèvres. Outre son oncle maternel Pierre Papy, les témoins sont les peintres Félix Bracquemond, François Bonvin et Alexandre Paul Avisse. Albert et Jeanne ont une fille, Jeanne née à Paris 15e le alors que son père travaillait à l'atelier d'Auteuil avec E. Chaplet. Elle meurt à Versailles en 1951.

Albert obtient une médaille d'or à l'Exposition universelle de 1879.

De 1882 à 1886, Dammouse travaille sous la direction d'Ernest Chaplet à l'atelier d'Auteuil, où il découvre le grès. Il œuvre aussi pour Charles Edward Haviland et à l'atelier de la rue Blomet.

En 1889, il devient membre sociétaire de la Société nationale des beaux-arts et expose à son Salon. Deux ans plus tard, en 1891, il devient le secrétaire de cette société, puis membre du jury en 1893.

Il crée son propre four en 1892 à Sèvres.

Albert Dammouse est membre de la commission des examens à l'École de céramique de Sèvres en 1895. Vers 1898, il élabore des pièces en pâte d'émail. Pour Limoges, il fera surtout des tables. Il suit les différents courants artistiques de son époque sans se laisser enfermer dans l'un d'eux. Il va se spécialiser dans le décor grand feu sur porcelaine. Avec son frère Édouard-Alexandre, peintre, il s'oriente vers la faïence dont la gamme des coloris pour la décoration était plus étendue que pour la porcelaine. Son atelier est alors situé au no 12, rue des Fontaines à Sèvres.

Ses céramiques sont conservées dans de nombreux musées en France (palais Galliera, musée des arts décoratifs et musée d'Orsay à Paris, musée national de Céramique à Sèvres, musée national de la porcelaine Adrien-Dubouché à Limoges), aux États-Unis et en Allemagne.

Albert Dammouse est depuis 1926 commandeur de la Légion d'honneur[2].

MarquesModifier

  • Porcelaines marquées en bleu au pinceau « DA Sèvres », le « D » surmonte et le « A » traversé par une ligne horizontale qui s'interrompt dans une courbe.
  • Faïences « ADS » en bleu sur émail cru.

Œuvres dans les collections publiquesModifier

 
Vase (vers 1895-1900), Paris, musée d'Orsay.
Aux États-Unis
En France
  • Limoges, musée national de la porcelaine Adrien-Dubouché :
    • Plaque décorative femme et deux angelots tenant des brindilles, 1877, porcelaine dure, 35 × 210 cm ;
    • Plat au faisan, 1878, porcelaine de Sévres ;
    • Assiette décorée d'une grappe de raisins, 1886, porcelaine décor de grand feu, Manufacture Haviland ;
    • Vase en grès de forme à col ourlé léger relief de fleurs et de feuilles décor par incision couvert émail vert et jaune, diamètre : 18,5 cm, collaboration Ernest Chaplet ;
    • Vase aux hirondelles, 1890, porcelaine dure, 43,8 × 18,8 cm ;
    • Assiette femme au hénin, pâte sur pâte en porcelaine dure.
  • Paris, musée d'Orsay :
    • Potiches à anses, 1893, grès émaillé, 145 × 333 cm ;
    • Épi de faîtage en grès chamotté, base tronconique à ressaut supportant divers éléments empilés, l'élément supérieur se termine par deux croix végétales, signature d'un cachet en creux Un Dammouse, Sèvres, 134 cm ;
    • Ensemble de vases cornet à feuillages, pâte de verre ;
    • Divinité Marine, 1898, grès émaillé, 125 × 180 × 210 cm ;
    • Coupe pâte de verre, 1900 ;
    • Coupe en pâte de verre, 1905, monture en argent de Cardeilhac ;
    • Coupe aux papillons, 1907, pâte de verre, 39 × 118 cm ;
    • Vase coupe, 1908, grès émaillé, 312 cm ;
    • Vase coupe, 1913, pâte de verre, pied vert, 116 × 110 cm.
Au Japon

SalonsModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Dictionnaire Bénézit.
  • Georges Vogt, Exposition Universelle Internationale de 1900 à Paris, Paris, 1902.
    Rapport du jury international, groupe XII classe 72 Céramique.
  • Georges Poisson, Maddy Ariès, Christian Gautier, Sceaux, Bourg-la-Reine, 150 ans de céramique, Narboni éditeur (ISBN 2-950 1397-01).
    Catalogue de l'exposition de 1986 au musée de l'Île-de-France au château de Sceaux.
  • Olivier Omnes, Albert Dammouse 1848-1926, Mémoire de DEA, 1994.
  • Philippe Thiébaut, Olivier Gabet, Emmanuelle Héran, Marie-Madeleine Massé, Un ensemble Art Nouveau la donation Rispal, Paris, 2006.

Liens externesModifier