Alan Napier

acteur britannique
Alan Napier
Description de cette image, également commentée ci-après
Nom de naissance Alan William Napier-Clavering
Naissance
Birmingham
Angleterre
Nationalité Drapeau de la Grande-Bretagne Britannique
Décès (à 85 ans)
Santa Monica, Californie
États-Unis
Profession Acteur
Films notables Jeanne d'Arc
Pas de printemps pour Marnie
Mary Poppins
Batman
My Fair Lady

Alan William Napier-Clavering, né le à Birmingham (Royaume-Uni), et décédé d'un accident vasculaire cérébral le à Santa Monica, en Californie (États-Unis), est un acteur britannique. Il est surtout connu pour avoir joué le rôle du majordome Alfred Pennyworth dans la série télévisée Batman de 1966 à 1968, ainsi que dans le film éponyme en 1966. Il a aussi joué dans d'autres films célèbres tels que Pas de printemps pour Marnie d'Alfred Hitchcock, Mary Poppins et My Fair Lady.

BiographieModifier

Jeunesse et carrièreModifier

Napier est le fils de Claude Gerald Napier-Clavering (1869–1938) et de Mary Millicent Napier-Clavering (née Kenrick, 1871–1932), sœur de Wilfred Byng Kenrick (en) et cousin germain de Neville Chamberlain[1], premier ministre britannique de 1937 à 1940. Il réalise ses études à l'école Packwood Haugh[2] et, après avoir quitté le Clifton College, il étudie à la Royal Academy of Dramatic Art, obtenant son diplôme en 1925.

Il est engagé par les Oxford Players, où il travaille avec John Gielgud et Robert Morley. Comme Napier l'a rappelé, sa taille « ridiculement haute », 6,6 pieds soit près de 2 mètres[3], a joué un rôle crucial dans l'obtention de sa position (mais a aussi été la raison d'avoir failli la perdre). J. B. Fagan (en) avait renvoyé Tyrone Guthrie parce qu'il était trop grand pour la plupart des rôles[4]. Napier a été interviewé (et accepté) comme remplaçant de Guthrie en étant assis. Fagan s'est rendu compte que Napier était encore plus grand que Guthrie quand il s'est levé, mais a honoré son engagement[4]. Napier a joué pendant dix ans (1929–1939) sur la scène du West End. Il se décrit comme ayant une affinité particulière pour le travail de George Bernard Shaw et en 1937 est apparu dans une reprise londonienne de La Maison des cœurs brisés (Heartbreak House) supervisée par Shaw lui-même[5].

Il a fait ses débuts sur la scène américaine dans le rôle principal, face à Gladys George, dans Lady in Waiting[4]. Bien que sa carrière cinématographique ait commencé en Grande-Bretagne dans les années 1930, il eut très peu de succès devant les caméras jusqu'à ce qu'il rejoigne la communauté britannique des expatriés à Hollywood en 1941. Là, il passe du temps avec des gens comme James Whale, un ancien Oxford Player. Il joue dans des films tels que Prisonniers du passé (Random Harvest, 1942), La Féline (Cat People, 1942) et La Falaise mystérieuse (The Uninvited, 1944). Dans Le Chant de Bernadette (The Song of Bernadette, 1943), il incarne le psychiatre éthiquement discutable qui est engagé pour déclarer Bernadette mentalement malade. Il joue également le vicieux comte de Warwick dans Jeanne d'Arc (1948). Il apparaît dans deux films shakespeariens : Macbeth de Orson Welles (1948), dans lequel il joue un prêtre que Welles a ajouté à l'histoire et qui parlait des lignes de dialogue à l'origine prononcées par d'autres personnages, et Jules César (1953) de la MGM, dans le rôle de Cicéron. Il apparaît comme M. Rutland dans le film d'Alfred Hitchcock Pas de printemps pour Marnie (1964).

En 1949, il fait une apparition dans la série d'anthologie télévisée de courte durée Your Show Time, dans le rôle de Sherlock Holmes, dans une adaptation du Ruban moucheté (The Adventure of the Speckled Band). Dans les années 1950, il apparait à la télévision dans quatre épisodes d'Alfred Hitchcock Presents et joue dans la série western NBC de Dale Robertson : Tales of Wells Fargo. Il a eu un rôle récurrent en tant que général Steele dans la comédie de 1962-1963 : Don't Call Me Charlie!. Il est le premier acteur à incarner à l'écran le détective de l'occulte Thomas Carnacki, par deux fois dans les années 50, avant Donald Pleasence.

BatmanModifier

En 1965, il est le premier à être choisi pour jouer dans la future série télévisée Batman[6]. Il prend le rôle du fidèle majordome de Bruce Wayne et Dick Grayson, Alfred Pennyworth ; un rôle qu'il joua jusqu'à l'annulation de la série en 1968. Il a aussi joué ce rôle dans le film de 1966 Batman de Leslie H. Martinson.

« Je n'avais jamais lu de bandes dessinées avant d'être embauché pour Batman. Mon agent a appelé et a dit : "Je pense que tu vas jouer dans la série télévisée et le film Batman", alors j'ai répondu " C'est quoi Batman ? " Il m'a demandé : " Tu ne lis pas les bandes dessinées ? " J'ai répondu : " Non, jamais ". Il a dit : " Je pense que tu vas être le majordome de Batman ". Alors j'ai dit : "Comment sais-tu que je veux être le majordome de ce Batman ?C'était la chose la plus ridicule dont j'aie jamais entendu parler. Il a dit : " Cela peut valoir plus de 100 000 $. Alors j'ai dit que je serais le majordome de Batman"[6]

La version du Joker de Jack Nicholson, dans le film Batman de Tim Burton en 1989, a été nommé Jack Napier en son honneur.

Fin de carrièreModifier

La carrière d'Alan Napier s'étend jusque dans les années 1980 avec des rôles à la télévision, notamment les mini-séries QB VII, The Bastard et Colorado (Centennial), et le drame The Paper Chase. Il prend sa retraite en 1981, il a alors 78 ans.

Au début de 1988, il apparait dans le talk-show de fin de soirée The Late Show dans le cadre d'une réunion des acteurs de Batman, bien qu'il soit en fauteuil roulant[5]. Sa collègue Yvonne Craig, qui jouait Batgirl dans la série, a décrit l'émission de cette réunion comme surbookée, et lorsque l'animateur Ross Shafer s'est finalement tourné vers Napier, ce n'était que pour lui poser une question idiote pour ensuite l'interrompre brusquement alors qu'il racontait une histoire, à la grande déception de Napier. Contrarié, il n'a plus jamais participé à d'autres émissions de ce genre jusqu'à son décès[6].

FamilleModifier

Il s'est marié deux fois. Sa deuxième épouse, Aileen Dickens Hawksley, était une arrière-petite-fille du romancier Charles Dickens. La fille de Aileen, née d'un précédent mariage, l'actrice Jennifer Raine, est la mère de l'acteur enfant Brian Forster, mieux connu sous le nom de "Chris Partridge" dans la série télévisée des années 1970 The Partridge Family.

MortModifier

Napier est victime d'un accident vasculaire cérébral en 1987. Il est hospitalisé à partir de juin 1988 et est gravement malade pendant plusieurs jours, avant de mourir de causes naturelles le 8 août 1988, au Berkeley East Convalescent Hospital de Santa Monica, en Californie[7]. Il avait 85 ans. Il résidait à Pacific Palisades, quartier de Los Angeles.

AutobiographieModifier

Au début des années 1970, Napier écrit une autobiographie en trois volumes qui n'a pas été publiée à l'époque parce que, comme il le disait en plaisantant, « je n'ai pas commis de crime majeur et je ne suis pas connu pour avoir couché avec des actrices célèbres »[8]. En 2015, McFarland Press a publié le livre sous le titre Not Just Batman's Butler, avec le texte original de l'acteur annoté et mis à jour par James Bigwood.

FilmographieModifier

Au cinémaModifier

Années 1930Modifier

Années 1940Modifier

Années 1950Modifier

Années 1960Modifier

À la télévisionModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Good Old Neville" Draws Support from Actor-Cousin »  , sur Bradford Evening Star, (consulté le )
  2. (en) « After Packwood... » [archive du ]  , sur packwood-haugh.co.uk
  3. (en) Michael Oldham, « Batman' Butler Alan Napier's Castellammare Home »  , sur Palisadian-Post, (consulté le )
  4. a b et c (en) « Alan Napier Gets There is Spite of Skyscraper Effect »  , sur Brooklyn Daily Eagle,
  5. a et b (en) Alan Napier et James Bigwood, Not Just Batman's Butler: The Autobiography of Alan Napier, McFarland, (ISBN 9781476662879)
  6. a b et c (en) « Birmingham actor was Batman's butler »  , sur birminghammail.co.uk,
  7. (en) « Alan Napier, 'Batman's' butler, dies »  , sur Ukiah Daily Journal,
  8. (en) « Alan Napier », Films in Review, vol. XXX, no 2,‎

BibliographieModifier

  • (en) Laurence Raw, Character Actors in Horror and Science Fiction Films, 1930-1960, McFarland, , 232 p. (ISBN 9780786490493, lire en ligne), p. 146-148

Liens externesModifier