Alain Guionnet

antisémite et négationniste français

Alain Guionnet est un militant négationniste français né en 1954.

Alain Guionnet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Président
Association contre la mutilation des enfants (d)
-
Biographie
Naissance
Pseudonymes
L'Aigle noir, Attila Lemage, Jacques MoulinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Association contre la mutilation des enfants (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Après plusieurs années passées à l'ultra-gauche, il crée en 1989 la revue Revision, où il fait preuve d'un négationnisme et d'un antisémitisme exacerbés.

BiographieModifier

Jeunesse et étudesModifier

Alain Guionnet naît le [1] dans le 14e arrondissement de Paris.

En , alors qu'il est élève du lycée Jean-Baptiste-Say, impliqué dans une rixe au sein avec des militants d'extrême droite, il est brièvement incarcéré à la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, ce qui provoque de nouveaux remous[2] : après que 2000 lycéens se sont réunis aux cris de « Libérez Guionnet ! » et l'organisation de « diverses réunions de protestation »[3], plusieurs établissements parisiens se mettent en grève[4],[5] ; il est relâché après dix jours derrière les barreaux[3],[6] ; l'année suivante, son exclusion définitive du lycée entraîne de nouvelles protestations[7].

Il obtient par la suite une licence en administration économique et sociale et une maîtrise en histoire[8].

Militant d'ultra-gauche dans sa jeunesse, il dirige un groupe appelé Oser lutter, oser vaincre, basé à Issy-les-Moulineaux[9] ; il collabore à King-Kong international[10], et fonde, avec Pierre Guillaume, le journal gauchiste La Guerre sociale[11]. Il écrit également un courrier à Guy Debord, archivé dans ses Lettres reçues[12].

Alors qu'il est étudiant à l'École des hautes études en sciences sociales, son cursus est interrompu par un grave accident de la route, qui le laisse invalide à 70 %[8]. Il reprend une scolarité chaotique, étudiant le hongrois et suivant en auditeur libre des cours d'assyrien et de langue chaldéenne[8]. En 2003-2004, il suit à l'École pratique des hautes études le séminaire d'Esther Benbassa et Jean-Christophe Attias sur l'histoire du judaïsme[13],[14].

Revision et militantisme négationnisteModifier

Au début des années 1980[8], il entre en contact avec Robert Faurisson, avec qui il correspond[15]. En 1986, il diffuse à l'université Paris-VI son premier tract, contre la circoncision, signé « Aigle noir »[8]. En , il fonde, avec Xavier Valla (secrétaire) et Didier Diers (trésorier), l'Association contre la mutilation des enfants (AME)[16] L'AME se propose d'exposer les conséquences « néfastes de la circoncision sur les nouveaux-nés [sic] » et diffuse régulièrement une feuille, Article 312[17],[18]. Gérard Zwang serait son éminence grise (c'est lui qui décerne les prix littéraires de l'AME).[réf. nécessaire] Guionnet quitte la présidence de l'association en 1991.[réf. souhaitée]

En mars de la même année[19], après avoir participé aux Annales d'histoire révisionniste[20], il fonde le mensuel négationniste Revision[21],[22] qui, outre les textes de son directeur, accueille des articles signés notamment par Claude Courouve[23], Robert Faurisson, Pierre Marais[24], Xavier Valla ou Olivier Mathieu[20],[25], ou encore un entretien avec Michel Lajoye[26]. Il y republie les Protocoles des sages de Sion en feuilleton[27] et y diffuse des théories antimaçonniques[28] et conspirationnistes[29],[30]. Il y loue aussi les travaux d'Henry Coston[31]. La revue est imprimée par Les Presses bretonnes, contrôlées par Fernand Le Rachinel[32],[33].

Dans le même temps, il continue ses distributions de tracts, toujours signés « L'Aigle noir » mais à présent négationnistes, notamment dans la périphérie de Lyon à l'occasion du procès de Klaus Barbie[34],[27]. Il présente Revision lors de fêtes du Front national[35], ainsi celle des Bleu-blanc-rouge 1990, où il salue Jean-Marie Le Pen[36]. Cette même année, à l'occasion de sa première condamnation judiciaire en mars, il reçoit le soutien de François Brigneau dans National-Hebdo[37],[38],[31],[39] — journal qui accueille par ailleurs des encarts publicitaires pour Revision[40].

En 1991, il est interrogé par Serge Moati dans son documentaire La Haine antisémite, diffusé sur TF1[41],[42]. S'éloignant de Robert Faurisson et Henri Roques, il commence à cette époque à se réclamer avec Olivier Mathieu du « post-révisionnisme »[43],[44],[45], qui devient « une nouvelle génération » de négationnistes, « plus virulente »[19] et se revendiquant ouvertement du néofascisme[46].

Guy Birenbaum cite sa revue Revision parmi les publications négationnistes importantes[38]. Pour Jean-Yves Camus, il s'agit du « plus extrême des organes négationnistes antisémites », qui « témoigne surtout des obsessions de son fondateur »[47]. Le même auteur souligne que la revue « se caractérise par un antisémitisme obsessionnel et ordurier » et que sa lecture « suscite des doutes sur l'équilibre mental des collaborateurs »[26]. Le psychiatre Michel Erlich a parlé à son propos d'« antisémitisme délirant »[48]. Stéphane François range Guionnet dans la catégorie des complotistes paranoïaques qui « expliquent leurs malheurs par l'existence d’un complot juif visant à les faire taire », et souligne que dans son cas « l'aspect pathologique n’est pas à négliger »[49].

Les écrits de Guionnet repoussent régulièrement les limites de la provocation, et Revision, qui se proclame « seul journal antijuif »[25], multiplie les titres du type « Les coupeurs de verge à la grande vergue ! », « Salut Hitler ! », «  L'argent n'a pas d'odeur... Mais le juif en a une ! »[31] ou les articles consacrés à la circoncision[50]. La revue tourne essentiellement autour de la figure de son fondateur, allant jusqu'à publier une interview d'« Attila Lemage » par « Jacques Moulin », l'un et l'autre étant des pseudonymes de Guionnet[51]. Elle est initialement diffusée en kiosque[31] dans les grandes villes, à deux mille exemplaires[52]. En , un an après sa création, elle est interdite de vente aux mineurs, d'affichage et de toute forme de publicité[52]. Elle n'est plus ensuite diffusée que par abonnements et dans certaines librairies d'extrême droite[52], comme L'Æncre[53] ou la librairie Ogmios[25]. Roland Gaucher et Philippe Randa écrivent en 2001 que chaque numéro du journal « fait en général l'objet d'une mise en examen » d'Alain Guionnet[54].

Diverses figures du négationnisme, comme Robert Faurisson ou Henri Roques, prennent assez rapidement leurs distances avec lui ; Roques dit le considérer comme un « cas un peu pathologique »[55] et Faurisson, dans un entretien accordé à Valérie Igounet, se contente de déclarer : « Alain Guionnet, c’est un alcoolique. Je n’ai rien à ajouter »[56]. Le dernier numéro de Revision paraît en 2009[57].

Le , il organise à Paris, avec Jean Plantin, une manifestation « pour la défense de la liberté d'expression », en soutien aux négationnistes allemands, belges et suisses poursuivis dans leur pays ; il s'agit selon Jacques Leclercq d'« une première en Europe », mais elle est interdite et ne se tient finalement pas[58].

CondamnationsModifier

Alain Guionnet fait l'objet de multiples poursuites et condamnations, tant pour ses articles que pour les autocollants à caractère négationniste et/ou antisémite qu'il appose dans des lieux publics[31]. Après avoir été relaxé des chefs de « diffamation » et d'« injures raciales » en 1989[59], il est condamné à trois reprises (1990, jugement confirmé l'année suivante[60],[61],[62],[63], 1993[64] et 1994) à des peines de prison ferme pour « contestation de crimes contre l'humanité », et « provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence raciales et diffamation raciale »[65]. En 1997, il est condamné pour « diffamation envers la mémoire des morts »[66].

Selon Jean-Yves Camus, il est jusqu'à Vincent Reynouard la seule personne incarcérée en France après une condamnation pour négationnisme[67].

OuvragesModifier

  • « Jacques Moulin », Le Mode de production des hommes-plantes, Issy-les-Moulineaux, A. Guionnet, , 177 p. (notice BnF no FRBNF36601252).
  • « L'Aigle noir », Josef Kramer contre Josef Kramer : mémoire en défense, Paris, Polémiques, , 151 p. (ISBN 2-906407-02-X).
  • « Attila Lemage », Manifeste antijuif : du 10e siècle avant notre ère à nos jours, le combat des Titans, Issy-les-Moulineaux, Libre parole-A. Lemage, , 73 p. (notice BnF no FRBNF35476667).

PréfacesModifier

RéférencesModifier

  1. Notice BnF.
  2. Maurice Barrois (dir.), Journal de l'année : 1er juillet 1970-30 juin 1971, Paris, Larousse, , 414 p. (notice BnF no FRBNF43420492, lire en ligne), p. 476.
  3. a et b « Le juge d'instruction décide de libérer l'élève de Jean-Baptiste Say », sur lemonde.fr, .
  4. « Paris : effervescence après l'« affaire Guionnet », sur lemonde.fr, .
  5. « Paris : la police fait évacuer Jean-Baptiste Say », sur lemonde.fr, .
  6. « La reprise des cours dans les lycées n'a donné lieu à aucun incident », sur lemonde.fr, .
  7. « L'exclusion de trois élèves provoque une grève des lycéens », sur lemonde.fr, .
  8. a b c d et e Igounet 2000, p. 554.
  9. Christophe Bourseiller, Histoire générale de l'ultra-gauche : situationnistes, conseillistes, communistes de conseils, luxemburgistes, communistes de gauche..., Paris, Denoël, coll. « Impacts », , 546 p. (ISBN 2-207-25163-2), p. 434.
  10. Bourseiller 2003, p. 433.
  11. Christian Terras (dir.), Les Faussaires de l'histoire, Villeurbanne, Golias, coll. « Les Dossiers de Golias », , 111 p. (ISBN 2-911453-82-4), p. 11.
  12. Notice BnF de L'Aigle noir.
  13. Jean-Christophe Attias, « Conférence de M. Jean-Christophe Attias », Annuaire de l'École pratique des hautes études, section des sciences religieuses, vol. 116, no 112,‎ , p. 168 (lire en ligne).
  14. Esther Benbassa, « Conférence de Mme Esther Benbassa », Annuaire de l'Éole pratique des hautes études, section des sciences religieuses, vol. 116, no 112,‎ , p. 180 (lire en ligne).
  15. Igounet 2000, p. 555.
  16. « Publications de la création d'associations », Journal officiel de la République française,‎ , p. 975 (lire en ligne).
  17. Jean-Yves Camus et René Monzat, Les Droites nationales et radicales en France : répertoire critique, Lyon, Presses universitaires de Lyon, , 526 p. (ISBN 2-7297-0416-7), p. 354.
  18. « Association contre la mutilation des enfants (AME) », dans Jacques Leclercq, Dictionnaire de la mouvance droitiste et nationale de 1945 à nos jours, Paris, L'Harmattan, (ISBN 978-2-296-06476-8), p. 41.
  19. a et b Emmanuel Lemieux, Pouvoir intellectuel : les nouveaux réseaux, Paris, Denoël, coll. « Impacts », , 756 p. (ISBN 2-207-25050-4), p. 488.
  20. a et b (en) Anti-Semitism Worldwide, New York, Congrès juif mondial-Ligue antidiffamation, , II + 329 p. (SUDOC 142910937), p. 39.
  21. (en) Shelly Shapiro, Truth Prevails: demolishing holocaust denial: the end of the Leuchter Report, Paris, The Beate Klarsfeld Foundation and Holocaust Survivors And riends in Pursuit of Justice, , 135 p. (ISBN 978-1-8794-3700-5), p. 35.
  22. (en) Pierre Vidal-Naquet et Limore Yagil, Holocaust Denial in France: analysis of a unique phenomenon, Tel Aviv, université de Tel Aviv, coll. « The Project for the Study of Antisemitism », , 79 p. (ISBN 965-2-2257-70), p. 55, 69, 70.
  23. Renaud Camus, Outrepas : journal 2002, Paris, Fayard, , 644 p. (ISBN 2-213-62242-6, lire en ligne).
  24. La Lutte contre le négationnisme : bilan et perspectives de la loi du 13 juillet 1990 tendant à réprimer tout acte raciste, antisémite ou xénophobe, Paris, La Documentation française, , 121 p. (ISBN 2-11-005411-5), p. 77.
  25. a b et c « La radicalisation d'une frange de l'extrême droite et les attentats contre les immigrés Les vigiles de la " race blanche " », sur lemonde.fr, .
  26. a et b Camus et Monzat 1992, p. 233.
  27. a et b Marie-Claire Hoock-Demarle et Claude Liauzu (dir.), Transmettre les passés : nazisme, Vichy et conflits coloniaux : les responsabilités de l'université (actes de colloque), Paris, Syllepse, , 322 p. (ISBN 2-913165-53-2), p. 91.
  28. (en) Judith Tydor Baumel, « Holocaust denial », dans Walter Laqueur (dir.), The Holocaust Encyclopedia, New Haven, Yale University Press, (ISBN 0-300-08432-3), p. 298.
  29. Thierry Maricourt, Les Nouvelles Passerelles de l'extrême droite, Paris, Syllepse, coll. « Vert de gris », , 199 p. (ISBN 2-907993-52-6), p. 164-166.
  30. Jean-Christophe Attias et Esther Benbassa (dir.), La Haine de soi : difficiles identités, Bruxelles, Complexe, coll. « Interventions », , 305 p. (ISBN 2-87027-807-1), p. 54.
  31. a b c d et e « L'antisémitisme en paroles », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  32. « Personnalités honorées de 2010 à nos jours », sur skoluhelarvro.net, Institut culturel de Bretagne.
  33. Eflamm Caouissin, « Hermines 2013 : Martial Ménard, linguiste breton », sur argedour.bzh, .
  34. Terras 1999, p. 94.
  35. Ariane Chebel d'Appollonia, L'Extrême Droite en France, Bruxelles-Paris, Complexe, coll. « Questions au XXe siècle » (no 3), , 519 p. (ISBN 2-87027-573-0), p. 377.
  36. Bruno Villalba et Xavier Vandendriessche (dir.), Le Front national au regard du droit, Villeneuve-d'Ascq, Presses universitaires du Septentrion, coll. « Sciences politiques », , 173 p. (ISBN 2-85939-696-9), p. 68.
  37. Edwy Plenel et Alain Rollat (ill. Pessin, Plantu et Sergueï), La République menacée : dix ans d'effet Le Pen, Paris, Le Monde, coll. « Actualité », , XIV + 387 p. (ISBN 2-87899-046-3), p. 52.
  38. a et b Guy Birenbaum, Le Front national en politique, Paris, Balland, coll. « Fondements », , 358 p. (ISBN 2-7158-0889-5), p. 266.
  39. Igounet 2000, p. 511.
  40. Igounet 2000, p. 524.
  41. CinémAction TV, (présentation en ligne), chap. 2, p. 173.
  42. Georges Bensoussan, L'Idéologie du rejet : enquête sur Le Monument Henry ou archéologie du fantasme antisémite dans la France de la fin du XIXe siècle, Levallois-Perret, Manya, coll. « Document », , 243 + 12 p. (ISBN 2-87896-093-9, lire en ligne), p. 77.
  43. Marie-José Chombart de Lauwe, Réhabilitations du nazisme : attention danger !, Paris, Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes, , 72 p. (ISBN 2-905697-26-1), p. 23.
  44. Pierre-André Taguieff, « Antisémitisme : les boutiques de la haine », Le Nouvel Observateur,‎ , p. 67 (lire en ligne)
  45. Philippe Aldrin, Sociologie politique des rumeurs, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Sociologie d'aujourd'hui », , X + 289 p. (ISBN 2-13-054691-9), p. 253, n. 3.
  46. Darquier de Pellepoix et l'antisémitisme français, Paris, Berg international, , 199 p. (ISBN 2-911289-49-8), p. 18.
  47. Jean-Yves Camus (dir.), Les Extrémismes en Europe, La Tour-d'Aigues-Bruxelles, L'Aube-Pire, coll. « Monde en cours », , 469 p. (ISBN 2-87678-441-6), p. 193.
  48. Michel Erlich, « Circoncision, excision et racisme », Nouvelle revue d'ethnopsychiatrie, no 18,‎ , p. 130.
  49. Stéphane François, « Les conspirationnistes et les contre-cultures : style « paranoïde » et mode social de pensée », Cahiers de psychologie politique, no 20,‎ (lire en ligne).
  50. Igounet 2000, p. 556.
  51. (it) Claudio Vercelli, Il negazionismo: storia di una menzogna, Rome, Laterza, coll. « Storia e società », , 228 p. (ISBN 978-8-8581-2414-7, lire en ligne).
  52. a b et c Igounet 2000, p. 560.
  53. Christiane Chombeau, « La vente d'un fonds de livres racistes est examinée en appel », sur lemonde.fr, .
  54. Roland Gaucher et Philippe Randa, Les « Antisémites » de gauche, Paris, Dualpha, , 434 p. (ISBN 2-913044-00-X), p. 137.
  55. Igounet 2000, p. 561.
  56. Version intégrale de l'entretien publié dans Réponse à Valérie Igounet, Vincent Reynouard, , p. 89.
  57. Notice BnF de Revision.
  58. Leclercq 2008, p. 21.
  59. « Après un procès pour injures raciales le MRAP proteste contre l'indulgence du tribunal de Paris », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  60. « Première : prison ferme pour négation des chambres à gaz », sur lesoir.be, Le Soir, .
  61. « Génocide », sur lesoir.be, Le Soir, .
  62. « Une décision de la cour d'appel de Versailles : prison ferme pour un propagandiste du « révisionnisme », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  63. « Le responsable de la revue Révision en correctionnelle : trois mois de prison ferme pour antisémitisme « obsessionnel », sur lemonde.fr, Le Monde, .
  64. (en) Kenneth S. Stern (en), Holocaust Denial, New York, American Jewish Committee, , 193 p. (ISBN 978-08-7495-102-8), p. 193.
  65. (en) Ludovic Hennebel et Thomas Hochmann, Genocide Denials and the Law, Oxford-New York, Oxford University Press, , 327 p. (ISBN 978-01-997-3892-2), p. 254.
  66. « Diffamation envers la mémoire des morts », sur legipresse.com, .
  67. Louise Couvelaire, « Alain Soral condamné à un an de prison ferme pour négationnisme », Le Monde,‎ (lire en ligne).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • « Le « post-révisionnisme », une dénonciation exacerbée du « pouvoir juif », dans Valérie Igounet, Histoire du négationnisme en France, Paris, Le Seuil, coll. « XXe siècle », (ISBN 2-02-035492-6), p. 548-561.

Liens externesModifier