Ouvrir le menu principal

Alain Brossat

professeur de philosophie français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Brossat.
Alain Brossat
Alain Brossat 20100329 Salon du livre de Paris 2.jpg
Alain Brossat, en mars 2010
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Conjoint
Sylvia Klingberg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Parentèle
Marcus Klingberg (beau-père)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Parti politique

Alain Brossat, né le à Villefranche-sur-Saône, est professeur de philosophie à l'université Paris-VIII[1].

Il est l'époux de Sylvia Klingberg, sociologue à l'INSERM, ancienne militante du groupe d’extrême gauche Matzpen et militante communiste à Paris, le gendre de l'épidémiologiste et espion juif polonais Marcus Klingberg (1918-2015), et le père du conseiller communiste de Paris Ian Brossat.

BiographieModifier

Alain Brossat, après des études secondaires au lycée Victor Hugo de Besançon et deux années de classes préparatoires à Besançon et Lyon, soutient sa maîtrise en philosophie en 1968 à l'Université Paris X. Il soutient un doctorat de troisième cycle en 1972 à l'Université Paris VIII, puis enseigne la philosophie dans la même université. Son enseignement est essentiellement axé sur la philosophie politique et la philosophie contemporaine.

Il est également membre du comité de rédaction des revues Lignes, Drôle d'époque et Asylon(s), ainsi que membre du comité de lecture des Éditions La Fabrique. Il est membre de l'équipe éditoriale du réseau scientifique TERRA.

Pendant les années 1970 il appartint à la Ligue communiste révolutionnaire (LCR) dans le cadre de laquelle il participe à la création, en , des comités de défense des appelés (CDA)[2] et publia entre autres un ouvrage sur La Révolution permanente ainsi qu'un ouvrage commun avec Denise Avenas : De l'antitrotskysme : éléments d'histoire et de théorie, paru aux Éditions Maspero en 1971 et qui se voulait une réponse aux attaques conjointes du Parti communiste français (l'ouvrage de Léo Figuères : Le trotskisme cet antiléninisme aux Éditions Sociales en 1969) et des maoïstes.

Par la suite, il fut membre d'un réseau spécialisé dans la recherche sur les ex-pays de l'Est : « Groupe de recherches interdisciplinaire Mémoire grise à l’Est »[3]. Il y retrouva notamment un de ses anciens « camarades » de la LCR : Jean-Yves Potel.

OuvragesModifier

  • Aux origines de la révolutionnaire permanente, Maspero, 1974.
  • Antimilitarisme et révolution : anthologie de l’antimilitarisme révolutionnaire (avec Jean-Yves Potel), Union Générale d’Édition, 2 volumes, 1976.
  • Les Antilles dans l’impasse ?, Éditions carabéennes, 1981.
  • Agents de Moscou, Gallimard, 1988.
  • Tête de loir, et, Kafka en Palestine, Grenoble, Éditions Cent Pages, 1988.
  • Le Yiddishland révolutionnaire, 1983 (avec Syvia Klingberg), réédition Syllepse, 2009 (ISBN 978-2-84950-217-4).
  • Le Stalinisme entre histoire et mémoire, Éditions de l’Aube, 1991.
  • Les Tondues, un carnaval moche, Pluriel Hachette, 1993.
  • Libération, fête folle, Autrement, 1994.
  • L’Épreuve du désastre : le XXe siècle et les camps, Albin Michel, 1996.
  • Fêtes sauvages de la démocratie, Austral, 1996.
  • Un Communisme insupportable : discours, figures, traces, L’Harmattan, 1997.
  • Le Corps de l’ennemi : hyperviolence et démocratie, La Fabrique, 1998.
  • La Paix barbare : essais sur la politique contemporaine, L’Harmattan, 2001.
  • Pour en finir avec la prison, La Fabrique, 2001.
  • La Démocratie immunitaire, La Dispute, 2003.
  • Le Serviteur et son maître : essai sur le sentiment plébéien, Éditions Léo Scheer, 2003.
  • La Résistance infinie, Lignes, 2006.
  • Ce qui fait époque : Philosophie et mise en récit du présent, L'Harmattan, 2007.
  • Le Sacre de la démocratie. Tableau clinique d'une pandémie, Anabet, 2007.
  • Bouffon Imperator, Nouvelles Éditions Lignes, 2008
  • Le Grand Dégoût culturel, Le Seuil, 2008.
  • Tous Coupat Tous Coupables, Nouvelles Éditions Lignes, 2009, 116 p. (ISBN 9782355260391)
  • Droit à la vie ?, Le Seuil, 2010.
  • Autochtone imaginaire, étranger imaginé: Retours sur la xénophobie ambiante, Éditions du souffle, 2013.
  • Le plébéien enragé. Une contre-histoire de la modernité de Rousseau à Losey, Le passager clandestin, 2013.
  • Dictionnaire Foucault,, Demopolis, 2014.
  • Éloge du pilori. Considérations intempestives sur les arts de punir – Entretien avec Tony Ferri, Paris, L'Harmattan, 2015.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :