Ouvrir le menu principal

Alain Barrière

chanteur de variétés
Alain Barrière
Description de cette image, également commentée ci-après
Alain Barrière le 22 avril 2006.
Informations générales
Nom de naissance Alain Bellec
Naissance (84 ans)
La Trinité-sur-Mer, Drapeau de la France France
Activité principale Auteur-compositeur-interprète
Genre musical Chanson française, variété française
Années actives depuis 1961
Site officiel alain-barriere.com

Alain Bellec, dit Alain Barrière, est un auteur-compositeur-interprète français né le à La Trinité-sur-Mer (Morbihan)[1]. Il a connu plusieurs succès dans les années 1960 et 1970, dont Elle était si jolie, Ma vie et Tu t'en vas[2].

BiographieModifier

OriginesModifier

Fils de mareyeurs, Alain Bellec[3] naît le à La Trinité-sur-Mer[4]. Il grandit en Bretagne dans un environnement assez difficile où il rêve d’évasion. Entre les plages et la lande, il devient un enfant de la nature, rebelle et solitaire. Un instituteur providentiel se prend d’affection pour le gamin et lui ouvre les chemins de la connaissance. Contre toute attente, le futur Alain Barrière devient un élève modèle, curieux de tout. À la fin de ses études secondaires, il part pour Angers où il entre à l’École nationale des ingénieurs des arts et métiers en 1955[5]. Il se consacre entièrement à son futur métier, mais une nouvelle passion entre dans sa vie en 1958. Il s’achète une guitare et commence à écrire ses premières mélodies.

L’année suivante, il s’émerveille de la découverte des poésies modernes de Francis Carco et Robert Desnos. Il commence à glisser des mots sur ses premières compositions qu’il fait écouter à ses amis étudiants

DébutsModifier

En 1961, il adopte son pseudonyme et participe au concours du Coq d'Or de la chanson française dont la finale se déroule à l'Olympia. Il parvient en finale avec sa chanson Cathy et se classe 11e sur 12. Mais pendant ce concours Bruno Coquatrix le remarque et Alain Barrière signe un contrat avec la maison de disques RCA.

En février 1962, il passe à l'Olympia dans le programme de Colette Renard où il interprète 5 chansons. Il vit alors de quelques cachets dans les petites salles parisiennes avant de se faire un nom, en 1963, avec le succès du titre Elle était si jolie, sélectionné pour représenter la France au Concours Eurovision de la chanson où il finit 5e sur 16 participants. Le pianiste et chef d'orchestre André Livernaux assure les arrangements de ses premières chansons.

En septembre 1963, il passe à l'Olympia dans le spectacle de Paul Anka où il interprète 10 chansons.

ConsécrationModifier

C'est en 1964 qu'il obtient son plus grand succès avec Ma vie et qu'il se produit en vedette à l'Olympia. Ma vie deviendra un tube exceptionnel en Amérique du Sud (8e au Chili, 9e au Pérou, 1er en Argentine, 1er au Brésil, 3e en Bolivie, 2e en Uruguay)[6].

Toujours avec cette chanson en Italie Alain Barrière a atteint la notoriété. La chanson a été publiée par RCA Records, avec des paroles en italien de Sergio Bardotti et de Gino Paoli, et a connu un succès considérable, pour atteindre la 7e position dans le hit parade[7]. Le succès de cette pièce pousse le label discographique à sélectionner l'artiste pour le Festival de Sanremo du 1965, mais un différend entre la maison de disques RCA et la direction du Festival conduit celle-ci à retirer de la programmation tout artiste présenté par RCA, y compris Paul Anka et Dalida[8]. La chanson pour le festival, Quattro ragioni per non amarti (Quatre raisons de ne pas t'aimer), est malgré tout sortie, mais sans résultats commerciaux significatifs.

Après un passage par le cinéma en 1966, avec Pas de panique  de Sergio Gobbi, il revient avec succès à la chanson avec des titres comme La Marie Joconde, Rien qu'un homme, Emporte-moi et Les guinguettes. La production d' Alain Barrière est décidément prolifique avec des albums qui se succèdent également, Toi (1966) Si je rêve de toi (1967) ou encore A regarder la mer (1969). Lors de ses passages dans la salle de Bruno Coquatrix en 1966 et en 1967, le public peut apprécier le chemin parcouru en termes de prestations scéniques.

En 1966 et 1968, c'est le music-hall Bobino qui l'accueille. D'autres succès suivent, parmi lesquels Emporte-moi, Rien qu'un homme et C'était aux premiers jours d'avril. Il effectue par la suite plusieurs passages à l'Olympia en 1967, 1972, 1974, 1976 et 1978.

ReconnaissanceModifier

Un autre grand succès est Tu t'en vas, interprété en duo avec Noëlle Cordier en 1974. L'année suivante, il fait construire et crée le Stirwen (« étoile blanche » en breton), un théâtre-discothèque-restaurant situé à Carnac, avec une salle de spectacle (amphithéâtre) dans laquelle il donne des concerts chaque été.

Cette année 1975 est un tournant dans sa vie, puisqu’il épouse Anièce, sa compagne depuis quelques mois, et découvre la paternité avec la naissance de Guénaëlle. De plus, il concrétise un vieux rêve en achetant un château en Bretagne proche des fameux menhirs de Carnac, qu'il transforme en théâtre-discothèque-restaurant. Le Stirwen (Etoile blanche en breton) devient vite un repaire des noceurs qui se souviennent des soirées à thèmes qu’il organise avec son épouse.

En 1977, il quitte la France pour les États-Unis : l'entreprise Stirwen a des difficultés et le chanteur des démêlés avec le fisc. Il revient quatre ans plus tard, mais les deux albums qu'il enregistre n'ont pas le succès escompté. Un second exil le mène au Canada où il enregistre De Québec à Montréal. Alain Barrière raconte ses déboires dans son autobiographie, notamment l'intervention d'individus à son domicile, affaire qui venait de haut lui dira-t-on à l'époque laissant penser que son succès suscita des jalousies déguisées et des pressions politiques. Il ne revient définitivement qu'au début des années 1990, mais sans renouer véritablement avec la chanson.

En 1998, il sort un CD de nouvelles chansons Barrière 97 et une compilation de ses meilleures chansons, Ma vie. Il passe à la Salle Pleyel de Paris en 1998.

Des années 2000 à 2010Modifier

Sa fille Guenaëlle, avocate, relance sa carrière vers 2005. En 2006, il publie son autobiographie, Ma vie, aux Éditions du Rocher (avec trois nouvelles chansons : If [Tu seras un homme] (texte de Rudyard Kipling), Quand la mer s'est retirée et Hymne à la Bretagne (hommage à sa terre natale). Il lance aussi une nouvelle compilation, La Compilation authentique. Il donne plusieurs concerts au Canada, notamment au Québec, et y est bien accueilli (un disque d'or au Canada).

En 2007, Alain Barrière revient finalement sur scène. Il se produit en avril dans la salle parisienne de l'Olympia ainsi qu'en décembre au Palais des Congrès de Paris.

En 2007, il entame à partir du mois de mars une grande tournée en France. Un nouveau CD paraît à l'automne 2007 (Chansons françaises) dans lequel il interprète notamment La Foule, Le Petit Bonheur, Les Copains d'abord, Ne me quitte pas, La Mer et Le Temps des cerises.

En paraît le Best of d'Alain Barrière, un album de 53 chansons composé de titres phares mais aussi de nombreuses chansons jamais encore enregistrées sur CD.

Le , il est invité à l'émission de France 3 Village départ à Lorient, présentée par Laurent Luyat, à l'occasion du départ de la 4e étape du Tour de France : Lorient - Mûr-de-Bretagne.

Le , l'artiste annonce qu'il est contraint de renoncer à ses adieux à la scène programmés le à La Trinité-sur-Mer[9] (son village natal) et le au Palais des congrès de Paris[10] pour raisons de santé.

En 2013, Guénaëlle Barrière, née l'année de l'ouverture du Stirwen, la discothèque de son père, reprend le flambeau et relance cette « Étoile blanche », après six ans d'absence.

DiscographieModifier

Albums studioModifier

  • 1963 : Cathy
  • 1964 : Ma Vie
  • 1965 : Les guinguettes
  • 1966 :Toi
  • 1967 : Si je rêve de toi
  • 1968 : Un homme s'est pendu
  • 1969 : Angela
  • 1970 : A regarder la mer
  • 1971 : Un peu de sang breton
  • 1972 : Pour la dernière fois
  • 1973 : Séduction 13
  • 1974 : Tu t'en vas
  • 1976 : Si tu te souviens
  • 1977 : Et tu fermes les yeux
  • 1978 : Amoco
  • 1979 : Elle va chanter
  • 1980 : Partir
  • 1983 : La mer est là
  • 1997 : 97

SinglesModifier

  • Cathy (1961)
  • Je reviendrai d'Al Cantara (1962)
  • Elle était si jolie (1963)
  • Plus je t'entends (1963)
  • Ma vie (1964)
  • Ave Maria (1965) Bande originale du film Pas de panique
  • Quattro ragioni per non amarti (1965)
  • E più ti amo (1965) (paroles Gino Paoli)
  • Les Guinguettes (1966)
  • Toi (1966)
  • La Foire aux cœurs (1967)
  • Emporte-moi (1968)
  • Tout peut recommencer (1968)
  • C'était aux premiers jours d'avril (1969)
  • Viva Ouagadougou (1969)
  • Les Yeux d'Elsa (1969) paroles de Louis Aragon .
  • À regarder la mer (1970)
  • Si tu ne me revenais pas (1971)
  • La Mer (1971)
  • Rien qu'un homme (1971)
  • Le Voyage (1971)
  • Allez Rennes (1971) Chanson en hommage à l'équipe du Stade rennais lors de la Coupe de France de football 1970-1971
  • Elle (1972)
  • Pour la dernière fois (1973)
  • Le Bel Amour (1973)
  • Séduction 13 (1974)
  • Écoute bien, c'est un tango, Il faut danser Marie (1974) sur Albatros 10 116
  • Tu t'en vas (avec Noëlle Cordier) (1974)
  • Celtina (1975)
  • Mon improbable amour (1975)
  • Si tu te souviens (1976)
  • Qu'importe (1977)
  • Et tu fermes les yeux (1978)
  • Amoco (1978) chanson écrite à la suite du naufrage du pétrolier Amoco Cadiz, en mars 1978 qui provoqua une marée noire sur les côtes bretonnes.
  • Une autre vie (1978)
  • Elle va chanter (1979) chanson écrite en hommage à Édith Piaf
  • Partir (1980)
  • Une chanson (1981)
  • Alors adieu (1981)
  • La mer est là (1983)
  • Aimer (1988)
  • En 2006 If d'après le poème de Rudyard Kipling, Hymne à la Bretagne et Quand la mer s'est retirée se trouvaient sur le CD inclus dans le livre Ma vie (voir « Bibliographie »)

Liste de ses principales chansonsModifier

FilmographieModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Alain Barrière - Biographie, discographie et fiche artiste », sur RFI Musique (consulté le 27 août 2018)
  2. (en) Sílvia Martinez et Héctor Fouce, Made in Spain: Studies in Popular Music, Routledge, (ISBN 9781136460067, lire en ligne)
  3. « Alain Barrière », Universal Music France (consulté le 20 décembre 2018)
  4. (es) « Edad, biografía de Alain Barrière | Last.fm », sur Last.fm (consulté le 26 août 2018)
  5. (it) Daniel Macovei, « Alain Barriére - Radio Birikina », Radio Birikina,‎ (lire en ligne, consulté le 26 août 2018)
  6. « Alain Barrière (auteur de Ma vie : Autobiographie) - Babelio », sur www.babelio.com (consulté le 26 août 2018)
  7. Hit Parade Italia 1965
  8. Marcello Giannotti, L'enciclopedia di Sanremo- 55 anni di storia del festival dalla A alla Z, Roma, 2005, p. 23
  9. « A la Trinité-sur-Mer, le concert en plein air d'Alain Barrière annulé », Ouest-France, 29 août 2011 (modifié le 26 septembre 2013).
  10. « Alain Barrière, souffrant, annule ses adieux au Palais des Congrès », Le Point.fr, 5 septembre 2011.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Ma vie, Monaco-Paris, France, Éditions du Rocher, 2006 (ISBN 978-2-268-05700-2)
  • René Bourdier, Alain Barrière : « Je suis un poète qui n'a pas voulu le devenir », Les Lettres françaises no 1117, , p. 23 (interview)

Liens externesModifier