Ouvrir le menu principal

L'alabarque ou arabarque était, au Ier siècle un magistrat romain dans la province d'Égypte.

Comme Flavius Josèphe mentionne deux alabarques qui sont des Juifs Égyptiens très riches, certains critiques en ont conclu qu'il s'agissait d'une sorte d'ethnarque de la communauté juive d'Alexandrie[1],[2]. Dans les documents épigraphiques — notamment ceux retrouvés en Égypte — on trouve souvent la forme arabarque plutôt qu'alabarque. Un consensus se dessine chez les historiens pour définir l'alabarque ou l'arabarque, comme un contrôleur général des douanes[3],[4] de la frontière arabique[5] ou un officier financier chargé de lever les taxes sur les transports[6].

Sommaire

La fonction d'alabarque ou d'arabarqueModifier

Même s'il est difficile de préciser en quoi consistait la fonction d'un arabarque[7], il y a désormais un large consensus pour considérer que les mots alabarque que l'on trouve chez Flavius Josèphe[8] et arabarque, que l'on trouve plutôt dans les documents épigraphiques désignent en fait la même fonction[9]. Le terme alabarque (grec αλαβαρχης) signifie « préposé aux écritures », alors que le mot arabarque (Ἀραβάρχης) signifie « dirigeant arabe[10] » ou dirigeant d'un territoire appelé Arabie. À la fin du XIXe siècle une partie de la critique considérait que l'alabarque était un magistrat suprême chez les Juifs d'Alexandrie, comme en témoigne Ernest Renan[11] ou Heinrich Graetz. Mais le terme alabarque se rencontre parfois dans les sources sans aucune connexion avec une personnalité juive, mais plutôt avec les arabarques en charge de fonctions douanières à la frontière est de l'Égypte[2]. L'analyse des documents épigraphiques a conduit à abandonner l'hypothèse en cours à la fin du XIXe siècle, même si « les définitions que l'on trouve dans les ouvrages récents sont plutôt concises et ne s'accordent guère entre elles[7]. » Ils sont présentés « tantôt comme « des fermiers généraux d'Égypte[12] », « des fermiers des douanes terrestres de l'Égypte[13] », « des sortes de contrôleurs généraux des douanes de la frontière arabique[14] », ou encore « des personnages qui s'occupaient des nomades, des routes à péages et de la migration des troupeaux à la limite du désert[15] »[7]. »

Arabarques en Égypte au Ier siècleModifier

La chronologie des arabarques « n'est pas toujours facile à établir, étant donné la parcimonie des textes, qui permettent rarement de savoir quand, et pendant combien d'années [ils] furent en charge[16]. » La liste qui suit est celle établie par Fabienne Burkhalter :

De plus, le poète Juvénal raille dans ses Satires un Égyptien ayant eu le titre d'Arabarches honoré par une statue située sur le forum : « les statues des généraux triomphateurs, parmi lesquels ose avoir son inscription je ne sais quel Égyptien, un arabarches de là-bas, s’il vous plaît. Ah, contre cette effigie-là, permission de pisser, pour le moins[26],[27]. » Les critiques estiment que ce général "égyptien" qui avait sa statue sur le forum est Tiberius Alexander, fils de l'alabarque Alexander, mais s'il a bien été épistratège de Thébaïde à partir de 42[28],[29], région où exerçaient les arabarques du Ier siècle, aucune autre source que Juvénal ne donne cette indication. Les archives de Nicanor montrent toutefois que son frère Marcus négociait dans ce même secteur jusqu'à sa mort prématurée en 43 ou 44[30]. Un reçu d'un de ses esclaves adressé à Nicanor dans la ville de Bérénice (port égyptien sur la mer Rouge), témoigne que Marcus était encore vivant à une date équivalente au 14 juillet 43[31]. Fabienne Burkhalter exclut Tiberius Alexander de sa liste car les autres sources ne disent jamais qu'il était arabarque, mais seulement qu'il était fils d'alabarque[32].

Alabarques durant le Bas-Empire et au VIe siècleModifier

Durant le Bas-Empire romain, cette fonction semble avoir été liée à la perception de taxes[33].

La fonction est encore mentionnée deux fois dans le code Justinien au VIe siècle[34] sans qu'il soit clair en quoi elle consiste.

BibliographieModifier

  • Joseph Mélèze-Modrzejewski, Un peuple de philosophes : Aux origines de la condition juive, Paris, Fayard, , 462 p. (ISBN 978-2-213-66416-3, lire en ligne).  
  • Fabienne Burkhalter, Les fermiers de l'arabarchie : notables et hommes d'affaires à Alexandrie, Alexandrie : une mégapole cosmopolite : Actes du 9ème colloque de la Villa Kérylos à Beaulieu-sur-Mer les 2 & 3 octobre 1998, coll. « Publications de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres » (no 9), , 14 p. (lire en ligne), p. 41-54.  
  • (en) Alexander Fuks, Social Conflict in Ancient Greece, Leiden, BRILL, , 363 p. (ISBN 965-223-466-4, présentation en ligne), « Notes on the Archive of Nicanor ».  
  • Jean-Luc Fournet et Jean Gascou, Un lot d’archives inédit de Lycopolis (Égypte) à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, Paris, Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres (no 152-3), , 35 p. (ISSN 1969-6663), p. 1041-1075.  
  • Rodney Ast et Jean-Pierre Brun (dir.), Le désert oriental d'Égypte durant la période gréco-romaine : bilans archéologiques, Paris, Collège de France, , 756 p. (ISBN 9782722604810, présentation en ligne, lire en ligne), « Bérénice à la lumière des inscriptions, des ostraca et des papyrus », p. 119-134.  
  • Mireille Hadas-Lebel, Philon d'Alexandrie : Un penseur en diaspora, Paris, Fayard, , 380 p. (ISBN 978-2-213-64938-2, présentation en ligne).  
  • Christian-Georges Schwentzel, Hérode le Grand, Paris, Pygmalion, (ISBN 9782756404721).  

Notes et référencesModifier

  1. Revue des études juives, Volume 34, 1897, p. 150.
  2. a et b Fuks 1984, p. 320.
  3. Schwentzel 2011, p. 226.
  4. Mireille Hadas-Lebel, Flavius Josèphe, le Juif de Rome, Fayard, 1989, (ISBN 2213023077).
  5. Mélèze-Modrzejewski 2011, p. 81.
  6. Bulletin de Correspondance Hellénistique, Boccard, 1969, Vol. 70: École française d'Athènes, Études d’archéologie et d'histoire grecques, p. 175.
  7. a b et c Burkhalter 1999, p. 44.
  8. « Antiquités judaïques, 18, 8,1 »
  9. Burkhalter 1999, p. 44, note no 4.
  10. Emil Schürer, "Diaspora"; Hastings' Dictionary of the Bible|Dictionary of the Bible ... Extra Volume: Containing Articles, Indexes, and Maps, éd. James Hastings; New York: Charles Scribner's Sons; édition 1912; p. 106.
  11. « Alabarque », sur CNRTL
  12. S. Demougin, L'ordre équestre sous les Julio- Claudiens, coll. E.F.R., 108, 1988, (n. 12), p. 585.
  13. Maurice Sartre, L'Orient romain, Paris, 1991, Seuil, p. 418.
  14. Joseph Mélèze Modrzejewski, op. cit. (n. 3), p. 256.
  15. R. Delmaire, Largesses sacrées et resprivata, Coll. E.F.R., 121, 1989, p. 286s.
  16. Burkhalter 1999, p. 49.
  17. Burkhalter 1999, p. 50.
  18. À noter l'Apollonios (Caïus Iulius Apollonios) qui participe à l'ambassade que les Grecs d'Alexandrie envoient à Claude en 41.
  19. a b et c Burkhalter 1999, p. 51.
  20. Hélène Cuvigny, Ostraca de Krokodilô: la correspondance militaire et sa circulation, O. Krok. 1-151, Institut français d'archéologie orientale, 2005, p. 14.
  21. Schwentzel 2011, p. 148.
  22. Burkhalter 1999, p. 51-52.
  23. a et b Burkhalter 1999, p. 52.
  24. Christian-Georges Schwentzel, "Hérode le Grand", Pygmalion, Paris, 2011, p. 256.
  25. Etienne Bernand, Inscriptions grecques d'Égypte et de Nubie, Presses Univ. Franche-Comté, 1982, p. 52.
  26. Traduction de Ugo Bratelli, Juvénal Les Satires
  27. « Atque triumphales, inter quas ausus habere Nescio quis titulos Ægyptius atque Arabarches,Cujus ad effigiem non tantum mejere fas est » cf. Juvénal, Satire I, vers 129-131
  28. Simon Claude Mimouni, Le judaïsme ancien du VIe siècle avant notre ère au IIIe siècle de notre ère, Paris, 2012, éd. PUF, p. 122.
  29. Pierre Vidal-Naquet, Du bon usage de la trahison, préface de la Guerre des Juifs de Flavius Josèphe, traduit par Pierre Savinel, Éd. de Minuit, Paris, 1977, p. 25.
  30. Fuks 1984, p. 316.
  31. Ast et Brun 2018, p. 121.
  32. Burkhalter 1999, p. 49, note no 43.
  33. Denis Feissel, « Roland Delmaire : Largesses sacrées et res privata. L'aerarium impérial et son administration du IVe au VI siècle », Revue numismatique, 6e série, t. 34,‎ (lire en ligne)
  34. « Code Justinien, édit XI », sur Université de Grenoble et « Code Justinien, livre 4 », sur Université de Grenoble