Al-Qubeiba

page d'homonymie de Wikimedia

Al-Qubeiba (en arabe : القبيبة) est un village palestinien du gouvernorat de Jérusalem situé à 11 kilomètres au nord-ouest de la ville sainte, dans le nord de la Cisjordanie. Al-Queiba se trouve à une altitude de 783 à 795 m. Situé dans une zone de conflit, proche de la frontière entre Ramallah et Jérusalem, le village est entouré des villes de Biddu à l'est, de Beit 'Anan au nord-ouest, de Qatanna au sud-ouest, de Kharayib Umm al-Lahim à l'ouest et de la colonie de Giv'on HaHadashah au sud-est. Contrairement à la région environnante, désertique, les 3321 habitants[1] peuvent profiter de vastes zones couvertes de pins et d'oliviers qui font d'al-Qubeiba, une véritable oasis.

HistoireModifier

Des croisades aux mamelouksModifier

Sous la domination franque, on notait déjà la création, au moins à partir de 1159, d'un village colon le long de l'ancienne route romaine, du nom de Parva Mahomeria.

Après la prise de Jérusalem par les musulmans et l'expulsion des francs de la Terre Sainte, le village passa sous domination des franciscains. Au XIIIe siècle, Qubeibeh, qui devint al-Qubeiba bien plus tard, fut adopté par les pèlerins comme l'emplacement du mythique Emmaüs supplantant le village d'Abu Ghosh voisin dans cette fonction. On note alors, dès 1335, des pèlerinages annuels accomplis par les franciscains sur ce nouveau site.

Domination ottomaneModifier

En 1838, le village, alors nommé el-Kubeibeh, faisait partie de la région de Beni Malik regroupant les localités à l'ouest de Jérusalem.

En 1863, l'explorateur français Victor Guérin, faisant alors la visite de la Terre Sainte dans l'un de ses voyages, décrivit le village comme peuplé d'une simple centaine de personnes, vivant dans de vielles maison, chacune composée d'une seule pièce, en somme, dans la pauvreté.

Une liste de recensement des villages ottomans datant d'environ 1870 semble confirmer les observations de Guérin. Celle-ci révèle que el-kubebe comptait alors 79 habitants (seuls les hommes sont ici comptés) répartis dans 12 maisons.

En 1883, une enquête menée par le Palestine Exploration Fund décrivit le village comme de taille moyenne, debout sur une crête plate avec quelques oliviers surplombé à l'ouest par un monastère de moines latins établi en 1862 ainsi qu'une ancienne église en ruine datant de l'époque croisée.

En 1896, la population d' El-kubebe était estimée à environ 144 personnes.

Sous la domination britanniqueModifier

En 1922, lors du recensement de la Palestine, les autorités britanniques estimaient que al-Qubeiba comptait 236 habitants dont 26 catholiques et 210 musulmans. En 1931, ce nombre avait augmenté à 316 pour 55 chrétiens et 261 musulmans répartis dans 83 maisons.

En 1945, al-Qubeiba comptait 420 habitants dont 340 musulmans et 80 chrétiens qui se partageaient 318 hectares de terre. Sur ce total, 53 hectares étaient occupés par des plantations et des terres irrigables, 103 hectares étaient utilisés pour la culture de céréales tandis que seuls 2 hectares étaient réservés aux habitations.

Sous la domination jordanienneModifier

À partir de 1948, à la suite de la guerre israélo-arabe, les accords d'armistice décrétèrent que al-Qubeiba passerait sous domination jordanienne. Néanmoins ce n'est qu'à partir de 1950 que l'annexion du village sera effective.

En 1961, al-Qubeiba comptait 701 habitants dont 116 chrétiens, le reste musulman.

L'après 1967Modifier

À la suite de la guerre des Six Jours en 1967, al-Qubeiba passa sous occupation israélienne. En 1967, un recensement demandé par les nouveaux occupants comptait 688 dont 21 colons israéliens.

En 1995, les accords passés entre Israël et l'autorité palestinienne coupèrent le village en deux et en accordant la moitié à l'état juif et l'autre aux territoires musulmans. Sur le territoire sous contrôle juif, plus de 50 hectares des terres communales furent confisquées pour construire le mur de séparation.

TourismeModifier

Connue pour son climat frais en été et son panorama très ouvert, al-Qubeiba profite du tourisme religieux chrétien. En effet, celui ci abrite une église franciscaine vieille de plus d'un siècle construite à l'endroit même où Jésus-Christ aurait partagé le pain avec deux de ses disciples. De même, le village dispose de vestiges de l'ancienne voie romaine pavée qui reliait Jaffa à Jérusalem. Celle-ci, très importante sur le plan historique en elle-même est également entourée de vestiges des maisons de croisés qui profitent d'autant plus au petit village.

Statut géopolitiqueModifier

Dans le cadre du conflit israélo-palestinien, le statut du village est très complexe. Avec Beit Duqqu, Beit 'Anan, Beit Surik, Qatanna, Biddu, Beit Ijza, Kharayib Umm al-Lahim et at-Tira, al-Qubeiba forme "l'enclave de Biddu". Reliée à Ramallah par des passages souterrains ainsi qu'une route clôturée des deux côtés, celle-ci est parfaitement isolée des territoires palestiniens en dehors de ce passage très contrôlé.

TransportModifier

Al-Qubeiba est accessible uniquement par la route de Ramallah qui continue celle partant de Jérusalem. Toutefois, en raison de la fermeture des routes du village à Jérusalem à partir la deuxième Intifada, aujourd'hui, seuls les détenteurs de passeports étrangers ou de cartes d'identité de Jérusalem peuvent rejoindre le village depuis la capitale hiérosolymitaine.

EducationModifier

Al-Qubeiba a deux écoles gérées par le gouvernement (une école primaire mixte et une autre école secondaire pour filles). Il bénéficie également de plusieurs crèches et écoles maternelles. Le village abrite également «l'école d'infirmières d'al-Qubeiba» qui fonctionne en association avec l'école d'infirmières de l'Université de Bethléem pour offrir aux étudiantes un baccalauréat en sciences infirmières.

SantéModifier

Les installations médicales d'Al-Qubeiba sont classées au niveau 2 selon le ministère de la Santé de l'Autorité nationale palestinienne. Des dispensaires publics de soins de santé primaires et secondaires fonctionnent dans le village en plus d'un dispensaire géré par l'Allemagne. Plusieurs autres cliniques médicales et dentaires privées existent également.

GouvernementModifier

Le village est dirigé par un conseil local élu tous les quatre ans et est principalement financé par le ministère palestinien des autorités locales. al-Qubeiba a un «club al-Qubeiba» financé et géré localement qui propose de nombreuses activités éducatives, professionnelles, sportives aux habitants du village. Il bénéficie également de la présence d'un parc (avec une piscine extérieure semi-olympique) et de deux grandes salles polyvalentes pour les mariages et autres événements majeurs. De plus, il dispose d'un pressoir à olives moderne entièrement automatisé qui fonctionne au service des agriculteurs du village et des villages et villes voisins.

Notes et référencesModifier