Al-'Ula

Gouvernorat de la Région de Médine, Arabie Saoudite

Al-ʿUla (en arabe : العلا, DMG al-‘Ulā) est une oasis de la province de Médine au nord-ouest de l'Arabie saoudite, située à environ 200 km au sud-ouest de Tayma et à 400 km au nord-ouest de Médine.

Al-'Ula
Al Ula (6748577917).jpg
Vue aérienne de la ville
Nom officiel
(ar) العلاVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom local
(ar) العلاVoir et modifier les données sur Wikidata
Géographie
Pays
Province
Altitude
692 mVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Démographie
Population
6 605 hab. ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Fonctionnement
Statut
Localisation sur la carte d’Arabie saoudite
voir sur la carte d’Arabie saoudite
Red pog.svg

DescriptionModifier

L'agglomération d'al-ʿUlā, la seule se trouvant dans cette région, totalise 40 000 habitants[1].

Al-ʿUlā, correspondant au Dadan de la Bible, était la capitale du royaume de Lihyan, sur la route de l'encens[2].

De nombreuses inscriptions dans l'ancienne langue locale, le dadanite (une forme de nord-arabique), du VIe au IVe siècle av. J.-C., ont été recensées dans la région. L'oasis s'est développée comme une oasis-carrefour dans le désert, en raison de l'importance du commerce de l'encens, au moins du IIe siècle av. J.-C. au début du Ier siècle av. J.-C., sous la domination du royaume de Ma'in.

TourismeModifier

Mada'in Saleh, site classé au patrimoine mondial de l’Unesco, est situé à 23 km au nord du centre d'al-‘Ulā. Un musée d'archéologie et de patrimoine populaire, ouvert en 1987, présente l'histoire de la région à partir des sites archéologiques d'al-'Ulā et de Mada'in Saleh.

Le prince héritier du royaume, Mohammed ben Salmane, ambitionne de développer le tourisme dans la région en créant un parc naturel, touristique, archéologique et culturel d'une superficie équivalente à la Belgique. L'Arabie saoudite souhaite pour cela confier le développement de ce site à la France. Outre l’ingénierie culturelle, la recherche et la muséographie, ce projet colossal doit aussi comprendre d’autres secteurs, dont la construction des infrastructures, notamment routières, ferroviaires et hôtelières. Un accord intergouvernemental entre les deux pays a été signé en ce sens en à l'Élysée entre le président Macron et le prince héritier. Le coût du projet, dont l’essentiel serait réalisé en cinq à dix ans, s'élèverait entre 50 et 100 milliards de dollars (40,5 à 81 milliards d’euros)[1],[3]. Un projet d'hôtel troglodyte réalisé par Jean Nouvel est prévu dans ce cadre[4].

Galerie : inscriptions et art antiques d'al-'Ula, Ve – Ier siècle av. J.-C.Modifier

RéférencesModifier

  1. a et b « Sur le site archéologique d’Al-Ula, la France s’en mettra plein les fouilles », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juin 2018).
  2. Jean-François Salles, « Al-‘Ula - Dédan. Recherches récentes », Topoi, vol. 6/2,‎ , p. 565-607 (DOI 10.3406/topoi.1996.1677, lire en ligne).
  3. « Al-Ula, le trésor archéologique sur lequel mise l’Arabie saoudite », Le Monde,‎
  4. Claire Bommelaer, « Site Al-Ula en Arabie saoudite : le patrimoine avant tout », Le Figaro,‎ (lire en ligne).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier