Aléoute

langue eskimo-aléoute

Aléoute
Unangam Tunuu
Pays États-Unis, Russie
Région Alaska, îles du Commandeur
Nombre de locuteurs 400 (2000)
Typologie polysynthétique
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau de l'Alaska Alaska (États-Unis)
Codes de langue
ISO 639-2 ale
ISO 639-3 ale
IETF ale
Linguasphere 60-AA
Carte
Situation des îles Aléoutiennes et de la péninsule d'Alaska.
Situation des îles Aléoutiennes et de la péninsule d'Alaska.

L'aléoute est une langue de la famille eskimo-aléoute, parlée par les Aléoutes dans les îles Aléoutiennes, les îles du Commandeur, les îles Pribilof, les îles Shumagin et la péninsule d'Alaska.

Le nombre de locuteurs a été estimé à 155 en 2007[1] (150 aux États-Unis et 5 en Russie) par le site Ethnologue.

Néanmoins, le recensement de 2000[2] donnait 32 personnes parlant aléoute à la maison dans le borough des Aléoutiennes orientales et 326 pour la région de recensement des Aléoutiennes occidentales. Pour ces deux districts seuls, 358 personnes utilisaient l'aléoute comme langue principale à la maison. Quelques locuteurs natifs de l'aléoute vivent en dehors de ces districts, en particulier dans le reste de l'Alaska. Il y aurait en outre 320 locuteurs passifs[3] en Alaska.

L'aléoute est l'une des 20 langues amérindiennes déclarées officielles en 2014[4] dans l'État d'Alaska. Au recensement russe de 2010, 45 locuteurs natifs ont été enregistrés[5].

Quelle que soit l'estimation choisie (de 155 à 700 avec les locuteurs passifs), il n'en demeure pas moins que l'aléoute reste une langue menacée, avec un taux de transmission faible.

ÉcritureModifier

L’aléoute est écrit avec l’alphabet latin, mais a été précédemment écrit avec l’alphabet cyrillique.

Alphabet aléoute
Majuscules A B Ch D F G Ĝ X H I K L M N O Q R S T U V W Y Z
Minuscules a b ch d f g ĝ x h i k l m n o q r s t u v w y z

AnnexesModifier

Notes et référencesModifier

BibliographieModifier

  • Michael E. Krauss, « Native languages of Alaska », dans The Vanishing Voices of the Pacific Rim, dir. par Osahito Miyaoko, Osamu Sakiyama, Michael E. Krauss, Oxford University Press, Oxford, 2007.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier