Akua Asabea Ayisi

juge et journaliste ghanéenne
Akua Asabea Ayisi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Accra Evening News (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Akua Asabea Ayisi est une journaliste et féministe ghanéenne, anciennement juge à la Haute Cour ghanéenne.

BiographieModifier

Akua Asabea Ayisi, qualifiée de première femme journaliste ghanéenne par le Ghana Guardian[1], a suivi une formation de journalisme pendant la période coloniale de la Côte-de-l'Or auprès de Mabel Dove-Danquah (en) et Kwame Nkrumah, qui deviendra le premier président du Ghana. Elle a travaillé pour le quotidien Accra Evening News (en), fondé par l’ancien président en 1948, où elle écrivait des articles pour mobiliser le peuple contre le régime colonial. Elle rédigeait en particulier la « Rubrique des Femmes » dans le journal, page introduite par Nkrumah pour promouvoir « les femmes dans le pays grâce à l’expansion de sources éducationnelles orientées pour les jeunes femmes ». Le travail d’Ayisi pour la rubrique des femmes était considéré comme une action radicale à l’époque[2].

Ayasi a pris part à une série de protestations politiques surnommée la « campagne d’Action Positive » (« Positive Action campaign (en) ») qui lui ont valu d’être arrêtée et emprisonnée. Ces actions incluaient des manifestations appelant au boycott d’entreprises étrangères qui ont mené à de nombreux actes de rébellion dans toute la Côte-de-l’Or coloniale[3].

RéférencesModifier

  1. (en) « 22 Amazing Females Who Hold The Title Of “The First Ghanaian Woman” », sur The Ghana Guardian News (consulté le 19 mai 2018)
  2. (en-GB) Francis Kwarteng, « Mabel Dove-Danquah: A Trailblazing Author, Feminist, Politician, Activist & Journalist », Modern Ghana,‎ (lire en ligne, consulté le 19 mai 2018)
  3. (en-US) « Nkrumah and Ghana’s independence struggle », sur iacenter.org (consulté le 19 mai 2018)