Ouvrir le menu principal

Air France-KLM

holding franco-néerlandaise de transport aérien
Ne doit pas être confondu avec Air France ou KLM Royal Dutch Airlines.

Air France-KLM
logo de Air France-KLM
illustration de Air France-KLM

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés 1919 : Création de KLM
1933 : Création d'Air France
2003 : KLM devient l'unique actionnaire de Transavia
2013 : Création de Hop ! Air France
2018 : Benjamin Smith prend la Direction Générale
2019 : Hop ! Air France devient Air France Hop
Fondateurs Air FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société par actionsVoir et modifier les données sur Wikidata
Action Euronext Paris (AF)[1] et NASDAQ (AFRAF)[2]Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan « France is in the air »
Siège social Tremblay-en-FranceVoir et modifier les données sur Wikidata
Direction Benjamin Smith (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Président Anne-Marie Couderc (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires État français : 14,30 %
État néerlandais : 14 %
China Eastern : 8,8 %
Delta Air Lines : 8,8 %
Salariés : 3,9 %[3]
Autocontrôle : 0,3 %[3]
Flottant : 49,9 %[3]
Activité Transport aérien, fret aérien, maintenance aéronautique, services aéronautiques
Filiales Air France, KLM Royal Dutch Airlines, Transavia Airlines, Martinair Holland et Servair
Effectif 84 791 ()[4]Voir et modifier les données sur Wikidata
SIREN 552043002Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.airfranceklm.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Chiffre d'affaires 26 512 000 000 d’euro ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Résultat net 1 332 000 000 d’euro ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Le groupe Air France-KLM est une alliance franco-néerlandaise regroupant deux compagnies aériennes principales, Air France et KLM, ainsi que six compagnies aériennes filiales. Le groupe est organisé autour d'une société holding (Air France-KLM SA) dont l'État français est actionnaire à hauteur de 14,3 % et l'État néerlandais à hauteur de 14 %.

Les activités principales du groupe sont :

Le groupe Air France-KLM est le quatrième transporteur aérien mondial[5], le premier européen sur les destinations longs-courriers (deuxième par le chiffre d'affaires derrière Lufthansa), le premier groupe mondial pour l'activité cargo (hors intégrateurs) et un des premiers fournisseurs mondiaux de services de maintenance[6], avec sa filiale Air France Industries-KLM engineering.

En 2017, le groupe Air France-KLM emploie plus de 80 000 salariés dans le monde et dispose de 545 avions en exploitation. [7]

Le transport de passagers représente le 1er métier du groupe avec environ 80 % du chiffre d'affaires, il transporte 101,447 millions de passagers en 2018, vers 312 destinations dans 116 pays à travers le monde. [8]

Le groupe fait partie du programme de fidélité Flying Blue et est l'un des membres fondateurs de l'alliance SkyTeam.

La présidente non exécutive est Anne-Marie Couderc depuis . Le , Benjamin Smith est nommé directeur général. Il prend ses fonctions le .

StratégieModifier

 
Le siège à Tremblay-en-France avec vue sur les pistes de l'aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle.

Air France-KLM a pour principaux atouts[9] :

  • Des plateformes de correspondance (hubs) puissantes (Aéroport de Paris-Charles-de-Gaulle et Amsterdam-Schiphol) reliant le réseau moyen-courrier au réseau long-courrier ;
  • Un réseau équilibré offrant une « couverture » naturelle de ses risques économiques et géopolitiques (si une zone est en difficulté, une autre est susceptible de maintenir l'activité) ;
  • Une alliance mondiale (SkyTeam), très intégrée et en développement ;
  • Une politique stricte de contrôle des coûts.

La priorité du groupe Air France-KLM est la mise en œuvre des synergies existantes entre Air France et KLM.

HistoireModifier

Article détaillé : Histoire d'Air France avant 1999.

Le , la compagnie Air France fait l'objet d'une privatisation partielle et prend la dénomination de Société Air France[10]. Le , Air France est introduit en bourse au prix de 14 .

Fusion Air France-KLMModifier

Le , Air France lance une offre publique d'échange sur les actions de KLM, ce qui aboutit à la fusion des deux sociétés le . Cette naissance du groupe Air France-KLM est suivie de la privatisation d'Air France le [10]. Le groupe devient à cette époque la première compagnie mondiale en termes de chiffre d'affaires, la troisième pour le nombre de passagers transportés (66 millions pour 550 avions exploités en 2003)[11]. Le groupe qu’Air France forme désormais avec KLM fait d’elle une société privatisée même si l'État français détient encore des parts importantes au sein du capital[12].

Fin , Jean-Cyril Spinetta, PDG du groupe, et Leo Van Wijk, vice-président du groupe et PDG de KLM, ont présenté des bénéfices semestriels (de mai à septembre, la fusion n'ayant été concrétisée qu'à partir de cette date) de 296 millions d’euros soit une hausse de 56,6 % par rapport au précédent exercice. Les programmes de fidélisation d’Air France (Fréquence Plus) et de KLM (Flying Dutchman) furent fusionnés en un programme unique, baptisé Flying Blue à compter du .

En , création de Transavia France. En juin, l'action atteint son plus haut historique à 37,90 euros[13].

Le 24 , Air France-KLM annonce le rachat de la totalité du capital de la compagnie aérienne belge VLM Airlines[14], qui viendra compléter l'offre de CityJet.

Acquisition d'AlitaliaModifier

Alitalia et Air France sont déjà liées par un accord commercial depuis 2001 ; accord renforcé par un échange d’actions en 2003 portant sur 2 % du capital et la présence des deux présidents dans les conseils d’administration respectifs. Mais la fusion fut reportée tandis que celle avec KLM se réalisa en .

Pour les liaisons entre l'Italie et la France, les compagnies opèrent en coentreprise. Il y a actuellement 582 vols hebdomadaires dont 30,6 % seulement sont assurés par Alitalia, ce qui fait réagir Giancarlo Cimoli lequel a récemment souhaité que ce partage soit mieux équilibré. En , Air France-KLM a annoncé qu'elle souscrivait à l'augmentation de capital d'Alitalia pour de façon à posséder toujours 2 % du capital à l'issue de la transaction.

Le , le gouvernement italien accepte qu'Alitalia mène des négociations exclusives avec Air France-KLM en vue de la reprise des 49,9 % que détient l'État italien dans le capital de la compagnie aérienne nationale italienne. Ces négociations ont eu lieu sur la base des propositions faites par Air France-KLM, lesquelles avaient déjà eu la préférence du conseil d'administration d'Alitalia et des syndicats.

Le , à la veille du lancement de la nouvelle Alitalia, Air France-KLM prend finalement, pour 323 millions d'euros[15], soit 25 % du capital de la nouvelle compagnie fusionnée avec Air One, et en devient le premier actionnaire avec trois représentants au conseil d'administration de la compagnie aérienne italienne sur 19. La compagnie franco-néerlandaise obtient deux membres au Comité exécutif du Conseil d'administration sur neuf.

Le partenariat entre Alitalia et Air France-KLM renforce, avec l'apport de Rome Fiumicino et de Milan Malpensa, une stratégie multi-hub articulée jusqu'à ce jour autour de Paris-Charles-de-Gaulle et d'Amsterdam-Schiphol.

Toutefois, en 2014, Alitalia est acquise à hauteur de 49 % par la compagnie aérienne nationale des Émirats arabes unis, Etihad Airways.

En , Air France-KLM annonce sa séparation avec le groupe Alitalia. Cette séparation est la conséquence logique du rachat d'Alitalia par Etihad. À l’origine, le mariage d’Alitalia avec Air France-KLM avait pour but d'alimenter les hubs des trois compagnies : Roissy-Charles de Gaulle, Amsterdam et Rome. Une stratégie qui n'a plus de raison d’être depuis qu’Etihad a pris les commandes de la compagnie italienne. L’objectif de la compagnie du Golfe est désormais d'utiliser sa filiale italienne pour gonfler le trafic passagers de son aéroport amiral d'Abou Dhabi[16].

Crise économique, restructuration et montée en gammeModifier

La compagnie aérienne est confrontée à la concurrence internationale, notamment à la révolution du low-cost. Elle est considérée comme l'une des compagnies au monde « où les conditions de travail sont les plus généreuses, en horaires et en rémunérations »[17]. L'État français, actionnaire principal du groupe Air-France KLM, nomme directement les PDG[17]. Présenté par Jean-Marc Sylvestre, comme « ingouvernable à cause de ses féodalités sociales », le groupe est confronté à une question de gouvernance[17].

Pierre-Henri GourgeonModifier

Le , Air France, dirigé par Pierre-Henri Gourgeon depuis 2007, reçoit son premier Airbus A380 et le , la compagnie effectue le vol inaugural de l'A380 entre Paris et New York avec 538 passagers à bord.

Air France-KLM subit la crise économique mondiale des années 2008 et suivantes comme toutes les grandes compagnies aériennes nationales historiques qui enregistrent régulièrement depuis des pertes opérationnelles, à la différence des compagnies à bas prix[18]. Le groupe fait l'objet depuis de plans de départs volontaires et de restructurations[19]. De plus, il est concurrencé sur le court-courrier par le TGV, sur le moyen-courrier par les compagnies à bas prix et sur le long-courrier par les compagnies aériennes porte-drapeau (Qatar Airways, Emirates, Malaysia Airlines, China Southern Airlines)[11].

En , la Commission européenne inflige une amende de 310 millions d'euros à Air France-KLM pour avoir participé à un « cartel de compagnies aériennes qui s'étaient entendues sur leurs tarifs de fret »[20].

Jean-Cyril SpinettaModifier

Le , un conseil d'administration exceptionnel nomme Jean-Cyril Spinetta président-directeur général d'Air France-KLM, Pierre-Henri Gourgeon ayant présenté sa démission[21].

Le , les filiales BritAir, Régional et Airlinair sont regroupées sous le nom de Hop!.

Alexandre de JuniacModifier

Le , Alexandre de Juniac est nommé, en remplacement de Jean-Cyril Spinetta, président-directeur général d'Air France-KLM[22].

Face à la crise, Air France-KLM s’est engagé dans « Transform 2015 », un plan de restructuration de l'entreprise qui a pour objectifs d'améliorer le produit (notamment par une remontée en gamme sur les vols long-courriers : sièges avec plus d'espace, nouveaux écrans tactiles) et le service au client au meilleur niveau mondial, de retrouver la compétitivité, et de retourner à l’équilibre du groupe dont la dette nette est de 6,5 milliards d'euros en 2012[23]. Le les pilotes d'Air France se mettent en grève pour protester contre la création de Transavia Europe. La compagnie Air France annonce qu'à la suite de la grève de ses pilotes, elle reculera la livraison de ses futurs B777 pendant au moins deux ans.

Le , Alexandre de Juniac présente devant le comité central d'entreprise la déclinaison par activité du plan Perform 2020. Le groupe souhaite être le premier réseau long-courrier au départ d'Europe, appuyé sur le hub de Paris-CDG, avoir une activité cargo dans le « top 5 mondial », contribuant aux résultats de l'activité long-courrier, avoir un réseau point-à-point français très dense sous la marque HOP! Air France, faire de Transavia une compagnie « low-cost » de référence au départ de la France et être un acteur mondial de la maintenance et du catering, tout en poursuivant ses efforts de réduction des coûts unitaires[24]. Comme défini dans le cadre de Perform 2020, l'objectif est une baisse annuelle des coûts unitaires de 1,5 % par an (-3 % en coûts pilotables), soit 650 millions d'euros sur la période 2015-2017. Pour atteindre cet objectif en prenant en compte l'inflation, le groupe doit réaliser 1 130 millions d'euros d'économies de coûts sur cette période, indique-t-il également.

En , Air France annonce l'officialisation de son regroupement pour 2017 des marques Brit Air, Régional et Airlinair sous la marque Hop !, après avoir déjà regroupé juridiquement ses structures sous la société éponyme, permettant de réduire ses coûts et ses pertes via une suppression de 245 postes[25].

Le , le conseil d’administration d’Air France-KLM valide la mise en œuvre d’un nouveau plan de restructuration. Un plan qui débouchera, selon De Juniac, sur « un important plan de réduction d’emplois ». Il confirme que les départs volontaires seront privilégiés, mais que la compagnie devra également « recourir à des départs non volontaires[26] ». La compagnie annonce ainsi un plan de suppression de 2 900 postes et une réduction de la flotte de 17 long-courriers et de 22 lignes, pour 2017. À la suite de ces annonces le comité central d'entreprise d'Air France subit des violences de la part de manifestants[27],[28]. Le , le conseil d'administration réaffirme son soutien à la stratégie du PDG d'Air France et de son équipe dirigeante[29].

En , le groupe annonce avoir renoué avec les bénéfices pour la première fois depuis 2007 avec un résultat d'exploitation sur l'année 2015 de 816 millions d'euros[30].

Le , la compagnie aérienne reçoit à Paris le premier prix du Podium de la Relation Client dans le secteur Transport, lors de la 12e édition du Podium de la Relation Client BearinPoint - TNS Sofres[31]. Alexandre de Juniac dédie cette récompense aux salariés d'Air France, en remerciement de leurs efforts[31].

Le but affiché de la compagnie est alors de continuer sa stratégie de montée en gamme en investissant[30]. En , le groupe annonce ainsi avoir investit 500 millions d'euros dans de nouvelles cabines de voyages[32].

Le , à l'occasion de l'inauguration de la première base européenne de Transavia à Munich, Air France-KLM réaffirme son intention d'atteindre 100 appareils et plus de 20 millions de passagers à l'horizon 2019 sous la marque low cost, faisant de Transavia l'une des 5 premières marques low cost européennes[33].

Début , Alexandre De Juniac annonce son départ du groupe. Cette annonce provoque une chute de 5 % du cours[34]. Son remplacement par Jean-Marc Janaillac est annoncé 1er mai à la suite d'une décision prise en Conseil d'administration exceptionnel. Le nouveau PDG doit entrer en fonction au plus tard le [35].

Jean-Marc JanaillacModifier

Le , Jean-Marc Janaillac prend la tête du groupe en remplacement d'Alexandre de Juniac.

Le , Air France annonce que cette nouvelle compagnie est baptisée Joon et débutera son activité à compter du . Le nom Joon a été choisi pour remplacer le nom initial du projet « Boost ».

En , Air-France - KLM a annoncé ouvrir son capital à deux sociétés étrangères, en l'occurrence une compagnie américaine, Delta Air Lines, et chinoise, China Eastern. Cet accord prévoit que les deux sociétés vont prendre chacune 10 % du capital d'Air-France - KLM via une augmentation de capital. La part de l'État Français passe de 17 % à 14 %. En contrepartie, Air-France - KLM prend une participation de 40 % dans Virgin Atlantic (avec Delta Air Lines à hauteur de 40 %, le groupe Virgin ne conserve que 20 %). Le but de cette manœuvre est également d'ouvrir le groupe vers les marchés asiatiques avec une clientèle d’affaires réputée très rémunératrice.

En , à la suite d'un vote perdu organisé par la direction d'Air France pour les salariés, il dépose sa démission[36]. Cette démission entraine une forte baisse de l'action Air France - KLM le lundi (jusqu'à 14 % au plus fort de la séance)[37].

Anne-Marie CoudercModifier

Le , Anne-Marie Couderc devient présidente non exécutive.

Benjamin SmithModifier

Le , Benjamin Smith devient directeur général du groupe. La nomination de Benjamin Smith, numéro deux d'Air Canada, au poste de directeur général du groupe, provoque la colère de l'intersyndicale qui joue la carte du patriotisme, dénonçant l'arrivée d'un patron étranger à la tête de l'entreprise[38].

Le , Air France annonce l'arrêt de la filiale Joon. Le personnel et les avions seront intégrés à Air France.

Le , la compagnie régionale Hop ! est renommée Air France Hop.

En , l'État néerlandais entre dans le capital d'Air France-KLM à hauteur de 14 % afin de porter sa part au niveau de celle de la France[39]. Le ministre des Finances néerlandais Wopke Hoekstra explique vouloir « influencer directement le développement futur d'Air France-KLM afin d'assurer de la meilleure façon possible l'intérêt public néerlandais »[40]. Cette acquisition suscite la stupéfaction du gouvernement français qui n'a pas été informé de cette décision et de sa mise en œuvre. Le ministre de l'Économie et des Finances Bruno Lemaire critique une « décision incompréhensible et inattendue »[39].

Le , Benjamin Smith annonce un plan de départs volontaires (PVD) lors d'un comité social et économique central et extraordinaire[41]. 465 postes sur les 3 200 du réseau intérieur sont ciblés, parmi lesquels les personnels d'escale de Paris et de province, particulièrement au sud et à l'est de la France[42].

Début novembre 2019, Benjamin Smith annonce qu'Air France-KLM "vise une priorité à la rentabilité dans les cinq ans"[43]. L'objectif de Benjamin Smith est d'améliorer de plus de moitié la rentabilité de son groupe en réduisant les coûts opérationnels et en gagnant en efficacité[44]. "Depuis fin 2018 nous avons mis en oeuvre les fondamentaux de notre stratégie: simplifier notre flotte, clarifier notre positionnement tant sur nos segments de marché que dans notre portefeuille de marques, gagner une flexibilité importante en matière commerciale et opérationnelle grâce à de nouveaux accords sociaux.[45]"

Filiales et participationsModifier

Filiales aériennes à 100 % d'Air France-KLMModifier

Compagnies aériennes où Air France-KLM a une participation minoritaireModifier

Autres activités intégralement détenues par Air France-KLMModifier

Liste des PDG du groupeModifier

ActionnairesModifier

Structure au [47],[39] :

  • État français : 14,3 %
  • État néerlandais : 14 %
  • Delta Airlines : 8,8 %
  • China Eastern : 8,8 %
  • Personnel : 3,9 %
  • AirFrance-KLM : 0,3 % (auto-contrôle)
  • Flottant : 49,9 %

En , Delta Airlines et China Eastern ont acquis 20 % du capital du groupe (10 % chacun)[48].

FlotteModifier

L'âge moyen de la flotte est de 11,2 ans.

En , la compagnie dispose de 585 avions[49] :

  • 173 avions long-courrier ;
  • 249 avions moyen-courrier ;
  • 152 avions régionaux ;
  • 20 avions cargo.

45 % de ces avions sont la propriété du groupe, 19 % sont en crédit-bail et 36 % correspondent à des loyers opérationnels[50].

Flotte long et moyens courrierModifier

Avion Nombre d'avions Commandés Notes
Airbus A220-300 0 60 En commande uniquement chez Air France.
Airbus A318-100 18 0 En exploitation uniquement chez Air France.
Airbus A319-100 33 0 En exploitation uniquement chez Air France.
Airbus A320-200 43 0 En exploitation uniquement chez Air France.
Airbus A321-200 20 0 En exploitation uniquement chez Air France.
Airbus A330-200 23 0 15 chez Air France et 8 chez KLM.
Airbus A330-300 5 0 En exploitation uniquement chez KLM.
Airbus A340-300 4 0 En exploitation chez Air France (ex-Joon). Deux appareils ont été loués à Air Madagascar. Les autres devraient être retirés du service, remplacés par des A350.
Airbus A350-900 3 25 Premier appareil reçu le sur un total de 28, uniquement commandés pour Air France. 7 des 28 appareils devaient être livrés chez KLM.
Airbus A380-800 9 0 En exploitation uniquement chez Air France. La dernière commande de 2 A380 ayant été convertie en 3 A350-900.
Boeing 737-700 16 0 Uniquement en service chez KLM.
Boeing 737-800 30 1 en service chez KLM et chez Transavia
Boeing 737-900 5 0 Uniquement en service chez KLM.
Boeing 747-400 10 0 Uniquement en service chez KLM.
Boeing 777-200ER 40 0 15 appareils chez KLM et 25 chez Air France.
Boeing 777-300ER 57 2 14 appareils chez KLM et 43 chez Air France. Air France est le troisième plus gros opérateur du 777 avec près de 70 appareils en service. 2 appareils supplémentaires en commande chez KLM.
Boeing 787-9 20 sur un total de 28 appareils commandé par Air France KLM pour la version 787-9 pouvant aller jusqu'à 50 appareils (options) Le premier appareil est entré en service chez KLM en . Le premier d'Air France, quant à lui, est entré en service le , sur la ligne Paris - Le Caire. 13 787-9 pour KLM (tous reçu) et 10 pour Air France (en cours de livraison). Les six derniers 787-9 qui devaient être livrés à Air France iront chez KLM.
Boeing 787-10 2 13 KLM a reçu son premier appareil le . Quatorze autres avions sont en commande.
Total 339 102

Flotte court courrierModifier

Avion Nombre d'avions Commandés Notes
ATR 72-600 5 0 Opérés par Air France Hop.
Bombardier CRJ (700 et 1000) 25 0 Opérés par Air France Hop.
Embraer 145 13 0 Opérés par Air France Hop.
Embraer 170 15 0 Opérés par Air France Hop.
Embraer 175 17 0 Opérés par Cityhopper pour KLM.
Embraer 190 45 4 13 en service et 4 en commande chez Air France Hop et 30 en service chez KLM Cityhopper.
Embraer 195-E2 0 21 21 appareils commandés pour KLM Cityhopper.
Total 120 25

Le Fokker F70 supplémentaire est celui de la famille royale des Pays-Bas.

Flotte CargoModifier

Avion Nombre d'avions Commandés Notes
Boeing 747-400ERF 3 0 3 avions pour KLM.
Boeing 747-400BCF 3 0 3 avions pour KLM.
Boeing 777F 2 0 Exploité uniquement par Air France.
Total 8 0

Flotte de leur filiale → Transavia.com et Martinair HollandModifier

Flotte de TransaviaModifier

Avion Nombre d'avions Commandés Passagers
Boeing 737-700 9 0 149 passagers
Boeing 737-800 48 27 189 passagers
Total 57 27

Pendant la saison hivernale, Transavia France loue une partie de sa flotte à Air Transat.

Flotte de Martinair HollandModifier

Avion Nombre d'avions Commandés Notes
Boeing 767-300 6 0 Avions commerciaux
Boeing 747-400 5 0 Avion Cargo
McDonnell DouglasMD-11F 3 0 Avion Cargo
McDonnell DouglasMD-11CF 4 0 Avion Cargo
Total 18 0

MRO LabModifier

 
Logo du programme dédié à l'innovation d'AFI KLM E&M.

Créée début 2015, The MRO Lab - Adaptive Innovations est un programme d'AFI KLM E&M dédié à l'innovation dans le secteur de la maintenance aéronautique[51]. La recherche de nouvelles pratiques dans ce domaine a débuté en 1995 avec le Developing Innovation Program (DIP) d'Air France Industries et en 2010 avec le programme Moonshine de KLM E&M[52]. Le MRO Lab rassemble les meilleures innovations et communique plus ses avancées technologiques aux clients[52].

 
Drone automatisé de Donecle inspectant l'extérieur d'un avion[53].

Parmi les nouvelles technologies développées par la société et ses partenaires, il y a

En 2018, Mathieu Gimenez, responsable du MRO Lab, reçoit le Trophée Innovation du Grand Prix VIE Singapour[58].

Données financièresModifier

Chiffre d'affairesModifier

Le transport de passagers représente près de 80 % du chiffre d'affaires du groupe (23,970 milliards d'euros au )[59] :

Par destination, le CA « passagers » se répartit[60] :

ComptesModifier

Données financières (en millions d'euros)
Années 2003-2004 publié (1) 2003-2004 proforma (2) 2004-2005 (2) Variation 2016[61]
Chiffre d'affaires 12 337 M€ 17 782 19 078 +7,3 % 24 800
  • Passagers
10 260 M€ 14 044 15 004 +6,8 %
  • Cargo
1 412 M€ 2 277 2 492 +9,4 %
  • Maintenance
508 M€ 747 M€ 777 M€ +4,0 %
  • Autres
157 M€ 714 M€ 805 M€ +12,7 %
EBITDAR 1 776 M€ 2 716 M€ 2 873 +5,8 %
EBITDA 2 714
Résultat d'exploitation avant cessions aéronautiques 132 M€ 405 M€ 489 M€ +20,7 % 1 049
Marge d'exploitation 1,1 % 2,3 % 2,6 %
Résultat net part groupe 93 M€ 292 M€ 351 M€ +20,2 % 792
Résultat net par action 0,42  1,08  1,30  +20,4 %
Cash-flow libre d'exploitation après cessions 693
Dividende par action 0,05  - 0,15  -
Taux d'endettement 0,62 % 1,21 % 1,06 
  • (1) Groupe Air France Seul
  • (2) Consolidation d'Air France sur 12 mois (avril-mars) et de KLM sur 11 mois (mai-mars)
  • (3) Excédent brut d'exploitation avant loyers opérationnels

Activité de lobbyingModifier

Auprès des institutions de l'Union européenneModifier

Air France - KLM est inscrit depuis 2017 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Elle déclare en 2017 pour cette activité des dépenses annuelles d'un montant compris entre 300 000 et 400 000 euros[62].

En FranceModifier

Pour l'année 2017, Air France - KLM déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France pour un montant qui n'excède pas 50 000 euros[63].

Conseil d'administrationModifier

Le Conseil d’administration détermine les orientations de l’activité du groupe et veille à leur mise en œuvre. Dans la limite de ses attributions, il se saisit de toute question intéressant la bonne marche de l’entreprise et règle, par ses délibérations, les affaires qui le concernent.

Jean-Cyril Spinetta en est le président d'honneur.

Les membres du Conseil d'administration[64] (au 09/06/2018) :

  • Anne-Marie Couderc, Présidente non-exécutive du groupe Air France-KLM et du Conseil d’administration d’Air France, Présidente du Comité de nomination et de gouvernance et membre du Comité d’audit
  • Maryse Aulagnon, Administratrice indépendante Présidente du Comité d’audit, président-directeur général d'Affine
  • Karim Belabbas, Administrateur représentant les salariés
  • Leni M. T. Boeren, Administratrice indépendante et membre du Comité d’audit
  • Isabelle Bouillot, Administratrice indépendante - Membre du Comité de rémunération et présidente de China Equity Links
  • Mathi Bouts, Administrateur représentant les salariés
  • Jean-Dominique Comolli, Administrateur nommé par l’Assemblée générale sur proposition de l’État Membre du Comité de nomination et de gouvernance et du Comité de rémunération
  • Paul Farges, Administrateur représentant les salariés pilotes de ligne actionnaires
  • Jaap de Hoop Scheffer, Administrateur indépendant Président du Comité de Rémunération, titulaire de la Chaire Kooijmans
  • Anne-Marie Idrac, Administratrice indépendante
  • Solenne Lepage, Administratrice représentant l’État - Membre du Comité d’audit
  • George Mattson, Représentant permanent de Delta Air Lines Inc., administrateur
  • Isabelle Parize, Administratrice indépendante - Membre du Comité de rémunération, présidente du directoire de Nocibé
  • François Robardet, Administrateur représentant les salariés personnel au sol et personnel navigant commercial actionnaires Membre du Comité d’audit et du Comité de rémunération
  • Hans Smits, Administrateur Membre du Comité de rémunération, président-directeur général de Janssen de Jong Groep
  • Bing Tang, Administrateur et Vice-Président de China Eastern Holding Compagny
  • Patrick Vieu, Administrateur nommé par l’Assemblée générale sur proposition de l’État, Conseiller au Conseil général de l'environnement et du développement durable
  • Alexander R. Wynaendts, Administrateur indépendant - Membre du Comité de nomination et de gouvernance, président du directoire d'Aegon

Comité exécutifModifier

Le Comité exécutif du groupe définit les principales orientations du groupe dans le cadre de la stratégie approuvée par le Conseil d’administration. Il se réunit toutes les deux semaines, alternativement à Paris et Amsterdam.

Les membres du comité exécutif[65] (au 09/06/2018) :

  • Frédéric Gagey, Directeur général et Directeur général adjoint chargé des Finances du groupe Air France-KLM
  • Franck Terner, Directeur général adjoint du groupe Air France-KLM et Directeur Général d'Air France
  • Pieter Elbers, Directeur général adjoint du groupe Air France-KLM et Président du directoire de KLM
  • Patrick Alexandre, Directeur général adjoint Commercial Ventes et Alliances d'Air France-KLM
  • Sonia Barrière, Directrice générale adjointe, Stratégie et Innovation d'Air France-KLM
  • Alexandre Boissy, Secrétaire du Comité Exécutif Groupe, directeur de cabinet du Président-directeur général
  • Pieter Bootsma, Directeur général adjoint Commercial & Revenu Air France-KLM
  • Anne Brachet, Directrice générale adjointe Air France-KLM Engineering & Maintenance
  • René de Groot, Directeur général adjoint chargé des opérations de KLM
  • Jean-Christophe Lalanne, Directeur général adjoint Systèmes d'Information d'Air France-KLM
  • Anne-Sophie Le Lay, Secrétaire générale du groupe Air France-KLM
  • Marcel de Nooijer, Directeur général adjoint de l’activité Cargo d’Air France-KLM

Principaux concurrents en EuropeModifier

RéférencesModifier

  1. « AIR FRANCE - KLM / Euronext » (consulté le 4 décembre 2015)
  2. « AFRAF stock quote » (consulté le 4 décembre 2015)
  3. a b et c « Répartition du capital », sur airfranceklm.com (consulté le 4 mai 2018)
  4. « https://fr.statista.com/statistiques/493818/effectif-air-france-klm-categorie-personnel/ »
  5. « FNAM : La compétitivité du transport aérien en France », sur www.fnam.fr (consulté le 4 novembre 2015)
  6. (en) « Air France-KLM, leader dans chacun de ses trois métiers », Air France-KLM
  7. https://fr.statista.com/statistiques/493848/air-france-klm-flotte-d-avion/
  8. https://www.air-journal.fr/2019-01-09-air-france-klm-depasse-les-100-millions-de-passagers-en-2018-5209555.html
  9. Stratégie du groupe Air France-KLM
  10. a et b Denis Rossignol, Air France. Mutation économique et évolution statutaire, Editions L'Harmattan, , p. 140
  11. a et b Fabrice Amedeo, La Face cachée d'Air France, Editions Flammarion, , 347 p.
  12. « Mariage d'argent pour Air France et KLM », L'Humanité,
  13. « Air France KLM va quitter le CAC 40 », sur lexpansion.lexpress.fr (consulté le 4 novembre 2015)
  14. « Air France-KLM acquiert VLM Airlines », sur Challenges, https://plus.google.com/+challenges (consulté le 4 novembre 2015)
  15. Chiffre confirmé par le groupe le 24 mars 2009, source : Corriere della Sera dudit jour.
  16. Air France-KLM et Alitalia divorcent, le Monde, 13 décembre 2016
  17. a b et c Air France : l’État ne trouve pas de pilote pour succéder à Alexandre de Juniac et ne comprend même pas pourquoi, Jean-Marc Sylvestre, atlantico.fr, 19 avril 2016
  18. Fabrice Gliszczynski, « Air France-KLM a perdu 6,6 millions d'euros par jour au premier trimestre, un record », sur La Tribune,
  19. « Un nouveau plan de restructuration à l'étude chez Air France », sur Le Monde.fr,
  20. Agence France-Presse, « Forte amende imposée aux membres du cartel du fret aérien », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  21. Communiqué de presse du 17 octobre 2011, Air France-KLM.
  22. [1], Air France-KLM, nouveau PDG.
  23. « Air France prépare un plan de 2.800 départs volontaires », sur Le Parisien,
  24. « Air France engage un plan de survie », sur Le JDD,
  25. Air France va fusionner ses filiales régionales sous la bannière Hop !, Bruno Tredvidic, Les Échos, 16 juillet 2015
  26. « Alexandre de Juniac : Air France va "essayer de privilégier les départs volontaires" », sur Europe 1,
  27. Air France veut supprimer 2 900 emplois, Usine Nouvelle, 5 octobre 2015
  28. Air France : après une journée agitée, la direction se dit prête à reprendre les négociations, Le Monde, 5 octobre 2015
  29. « AIR FRANCE-KLM : la stratégie d'Alexandre de Juniac confortée », sur Capital.fr (consulté le 4 novembre 2015)
  30. a et b « Alexandre de Juniac: "Air France-KLM redevient un fleuron européen" », sur www.parismatch.com (consulté le 31 mars 2016)
  31. a et b « Air France : relation client primée et délocalisation », sur Air Journal (consulté le 31 mars 2016)
  32. « Air France: Le business devra repartir en 2016 », sur L'Economiste (consulté le 31 mars 2016)
  33. « Air France-KLM veut doubler la taille de sa low cost Transavia d’ici à 2019 », sur lesechos.fr (consulté le 31 mars 2016)
  34. « Air France-KLM chute de près de 5 % après l'annonce surprise du départ de son PDG », sur Challenges (consulté le 6 avril 2016)
  35. Fabrice Gliszczynski, « Air France-KLM : le conseil choisit Jean-Marc Janaillac comme Pdg (officiel) », La Tribune, (consulté le 15 mai 2018)
  36. « Démission du PDG d’Air France : trois questions sur l’avenir de la compagnie », leparisien.fr,‎ 2018-05-05cest07:58:00+02:00 (lire en ligne, consulté le 6 mai 2018)
  37. « Ce que les analystes pensent du départ de Janaillac. », sur Les Echos investir
  38. « Ben Smith, le nouveau patron canadien d'Air-France KLM arrive en terrain miné », La tribune,‎ (lire en ligne)
  39. a b et c « La Haye porte à 14 % sa participation dans Air France-KLM, proche de celle de Paris », sur lemonde.fr, (consulté le 28 février 2019)
  40. « L'Etat néerlandais s'invite au capital d'Air France-KLM sans prévenir Paris », sur Franceinfo, (consulté le 27 février 2019)
  41. « Air France : syndicats en mode PDV, grands crus en vente », sur Air Journal (consulté le 15 mai 2019)
  42. Guy Dutheil, « Chez Air France, un plan de départs volontaires et la fin de la lune de miel de l’ère Ben Smith », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mai 2019)
  43. « Air France-KLM : Ben Smith veut augmenter les bénéfices de 117% d'ici à 2024 », sur La Tribune (consulté le 6 novembre 2019)
  44. « Comment Air France-KLM espère revenir dans le peloton des meilleurs mondiaux », sur Les Echos, (consulté le 6 novembre 2019)
  45. Le Figaro avec AFP, « Pour Air France-KLM, la priorité sera à la rentabilité dans les 5 ans », sur Le Figaro.fr, (consulté le 6 novembre 2019)
  46. « Les actionnaires d’Air France-KLM approuvent l’entrée au capital de Delta et de China Eastern », sur lemonde.fr, (consulté le 19 septembre 2017)
  47. « Structure du capital Air France KLM », sur Air France-KLM (consulté le 27 février 2019)
  48. « Air France-KLM ouvre son capital aux Chinois et aux Américains », sur Le Monde,
  49. http://corporate.airfrance.com/fr/la-compagnie/chiffres-cles/flotte/ Flotte en exploitation
  50. http://www.airfranceklm-finance.com/flotte-aerienne.html Flotte aérienne d'Air France-KLM
  51. a b c d et e Olivier James, « Au Bourget, la maintenance d’Air France-KLM engrange 800 millions de dollars de commandes », L'Usine nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2019).
  52. a et b (en) AFI KLM E&M, « An MRO Lab to Create Added Value for Airlines », Aviation Pros,‎ (lire en ligne, consulté le 3 août 2019).
  53. a et b (en) [vidéo] UAV aircraft inspections Donecle - AFI-KLM E&M sur YouTube mis en ligne par Donecle, le 13 avril 2017
  54. (en) Henry Canaday, « Bots And HoloLens Make Aircraft Maintenance Easier », Aviation Week,‎ (lire en ligne, consulté le 3 août 2019).
  55. (en) Lindsay Bjerregaard, « Aircraft Drone Inspection Technology: AFI KLM E&M/Donecle », MRO Network,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2019).
  56. Thierry Blancmont, « Dubaï Airshow : AFI KLM E&M remporte une série de contrats de maintenance », Air Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2019).
  57. Léo Barnier, « AFO KLM E&M invests in predictive maintenance with Prognos », Le Journal de l'Aviation,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2019).
  58. Laurence Huret, « Grand Prix VIE Singapour 2018 – Quatre jeunes à l’honneur », Le Petit Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 31 juillet 2019).
  59. Chiffres clés d'Air France-KLM
  60. Air France-KLM - Rapport annuel 2008-09
  61. « Air France KLM : résultats 2016 supérieurs aux attentes, part à l'offensive en 2017 », Boursier.com,‎ (lire en ligne, consulté le 16 février 2017)
  62. « Registre de transparence », sur le site de la Commission européenne (consulté le 28 mai 2018)
  63. « Fiche Organisation «  Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 28 mai 2018)
  64. « Conseil d'administration | Air France-KLM » (consulté le 9 juin 2018)
  65. « Comité exécutif | Air France-KLM » (consulté le 9 juin 2018)

Voir aussiModifier