airBaltic

airBaltic
Logo de cette compagnie
AITAOACIIndicatif d'appel
BTBTIAIR BALTIC
Repères historiques
Date de création 1995
Généralités
Basée à Aéroport international de Riga
Autres bases Aéroport de Tallinn
Aéroport de Vilnius
Programme de fidélité PINS
Taille de la flotte 22
Nombre de destinations 72
Siège social Riga, Drapeau de la Lettonie Lettonie
Société mère Gouvernement de Lettonie (99,8 %)
Dirigeants Martin Gauss (CEO)
Martin Sedlacky (COO)
Site web www.airbaltic.com
Données financières
Chiffre d'affaires en augmentation 408,7 millions d'€ (2018)

airBaltic (Code AITA : BT ; code OACI : BTI) est une compagnie aérienne lettonne à bas coûts, basée à Rīga.

Elle dessert une soixantaine de destinations depuis sa base de Riga et a transporté plus de 3,08 millions de passagers en 2012[1].

Air Baltic Corporation (airBaltic) est une société à capital fermé fondée en 1995. L'actionnaire principal est l'État letton qui détient 99,8 %[1] des parts.

HistoireModifier

AirBaltic a été fondée en comme coentreprise entre SAS Scandinavian Airlines et l’État Letton, le vol inaugural ayant lieu le 1er octobre depuis l’aéroport de Riga à bord d’un Saab 340[1]. La compagnie devient partenaire du programme de fidélité de SAS en 1996, lance des activités de fret l’année suivante et reçoit son premier Fokker F50 en 1998, modèle qui remplacera les Saab à partir de 1999. AirBaltic change de statut pour devenir société anonyme le , l’actionnariat évoluant en pour laisser 52,6 % du capital à la Lettonie, 47,02 % à SAS et 0,2 % à la compagnie aérienne russe Transaero. Elle a transporté son premier million de passager en juin de cette année, et dégage en décembre les premiers bénéfices de son histoire. L’année 2003 voit airBaltic recevoir son cinquième F50 et son premier Boeing 737-500, et lancer la vente de billets sur internet. En 2004, elle ouvre une base à Vilnius, et sa flotte s’enrichit de cinq 737-500 et d'un F50, une nouvelle livrée étant adoptée. AirBaltic transporte pour la première fois de son histoire un million de passagers en douze mois, un cap franchi le . Sa flotte compte alors sept 737 et neuf F50.

En , la compagnie annonce l’acquisition de ses premiers avions long-courriers, des Boeing 757-200, et de nouveaux Bombardier Q400 dans ce qu’elle appelle la plus grande expansion de flotte de son histoire. En juin, elle opère deux 757, dix 737-500, six 737-300 équipés de winglets et huit F50. AirBaltic dépasse en 2010 la barre des trois millions de passagers.

SAS Scandinavian a revendu ses parts en à la société Baltic Aviation System (BAS), détenue en totalité par le PDG Bertolt Flick. Celui-ci transfert en la moitié du capital de BAS vers les Bahamas[2], alors même que la compagnie aérienne accumule des pertes de 47 millions d’euros. Des rumeurs de corruption font surface, les ministres lettons intervenant dans la dispute entre actionnaires[3]. En , le PDG est poussé à la démission[4] après avoir annoncé un plan de licenciements pour la moitié des employés et supprimé quelque 700 vols. L’état accepte de renflouer airBaltic et nomme à sa tête Martin Gauss, ancien dirigeant de Malev, puis prend le contrôle en novembre de 99,8 % du capital à la suite de la faillite d’une banque impliquée dans le financement de BAS[5]. Le gouvernement affiche son intention de rendre airBaltic profitable dès 2014.

En , airBaltic confirme la commande ferme de dix Bombardier CS300 et autant en option. En , la compagnie annonce être en avance sur son programme de retour aux profits, avec une réduction des pertes nettes annuelles de 121,5 à 27,2 millions d’euros en 2012[6]. airBaltic renoue avec les profits sur son exercice 2014, dégageant près de 10,66 millions d'euros de bénéfices[7].

Le , à la suite de l'arrêt d'Air Lituanica, la compagnie reprend les lignes abandonnées par cette dernière[8].

DestinationsModifier

airBaltic dessert les aéroports suivants :

Partage de codesModifier

En , airBaltic a passé des accords de partage de code avec les compagnies suivantes :

FlotteModifier

La flotte d'airBaltic est composée d'un seul type d'appareil l'Airbus A220-300 produit par Airbus à Mirabel au Canada. Il peut contenir 145 passagers dans la version d'airBaltic ce qui correspond à une densité standard. Commandés en 2018 à 30 unités, puis en commande 30 supplémentaires en mai 2018 (+15 options et 15 droits d'achat). Ils seront des 2020 au lieu de 2021 le seul type d'appareil exploité par AirBaltic, qui est le plus grand opérateur européen d'A220-300.

En Juillet 2020, la flotte d'Air Baltic se compose des avions suivants[10] :

Flotte Air Baltic
Appareil Nombre d'avions Commandés Passagers Notes
Airbus A220-300 22 28 145 Client de lancement de l'A220-300.

Commandez avec 30 options

Total 22 28
3 A220-300 en livrée spéciale.
 
Air Baltic Airbus A220
 
Air Baltic Bombardier Q400

Flotte historique

Appareil Introduit Retiré Remplaçant Notes
Airbus A319-100 2013 2014 - Loué et exploité par Czech Airlines pendant 3 mois
Avro RJ70 1996 2005 Boeing 737-500
British Aerospace 146-200 1995 1996 - Loué pour 3 mois
Boeing 737-300 2007 2020 Airbus A220-300 Retraité anticipé en raison de la pandémie de COVID-19.
Boeing 737-500 2003 2019 Airbus A220-300 Le dernier 737-500 a été retiré le 30 novembre 2019.
Boeing 757-200 2008 2014 -
Bombardier Dash 8 Q400 2010 2020 Airbus A220-300 Retraité anticipé en raison de la pandémie de COVID-19.
Fokker 50 1998 2013 Bombardier Q400
Saab 340 1995 1999 Fokker 50



CommandesModifier

Le , la compagnie commande 30 CS300, plus 15 options et 15 droits d’achat. Les avions s’ajoutent à la première commande pour 20 CS300 et la nouvelle commande est livrable à partir de 2019. Ainsi, Air Baltic devient le deuxième plus gros client du programme C séries, après Delta (75 CS100 en commandes, 50 options) et affirme sa volonté de passer à une flotte tout CS300.

Politique commercialeModifier

AirBaltic peut être comparée à une compagnie aérienne à bas coûts en ce qui concerne sa politique de bagages et de services à bord. En effet, même si cette pratique tend à se généraliser, le prix du billet n'inclut uniquement que le bagage en cabine : le bagage en soute est donc aux frais du passager (20  lors de la réservation en ligne, 30  pour un ajout après réservation, 40  à l'aéroport - tarifs été 2013). La carte d'embarquement doit être imprimée pour se présenter à l'aéroport, sinon 10  sont facturés. Concernant les services à bord, toute consommation est à la charge du passager et aucune « collation » n'est prévue.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c (en) « Company History – About Us », sur www.airbaltic.com (consulté le 28 novembre 2015)
  2. (en) « Changes in airBaltic shareholders structure », sur Baltic News Network - News from Latvia, Lithuania, Estonia, (consulté le 28 novembre 2015)
  3. (en) « Suspected illegal activity haunts airBaltic », sur www.baltictimes.com, (consulté le 28 novembre 2015)
  4. Air Journal, 14 septembre 2011
  5. (en) « Latvian government takes over airBaltic », sur balticbusinessnews.com, (consulté le 28 novembre 2015)
  6. (en)CAPA, 18 avril 2013
  7. (lv) « «airBaltic» pērn strādājusi ar gandrīz 10,7 miljonu eiro peļņu » [« AirBaltic a travaillé toute l'année dernière avec près de 10,7 millions de bénéfice »], sur www.lsm.lv (consulté le 28 novembre 2015)
  8. http://www.air-journal.fr/2015-05-23-air-lituanica-suspend-ses-operations-reprises-par-airbaltic-5144544.html
  9. « AirBaltic déploie le CS300 jusqu’à Abou Dhabi », Air Journal,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2017)
  10. « Air Baltic Flotte | Airfleets aviation », sur www.airfleets.fr (consulté le 24 janvier 2017)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :