Aimé Vaschy

physicien français
Aimé Vaschy
Description de l'image Aimé Vaschy.jpg.
Naissance
Thônes (Royaume de Piémont-Sardaigne)
Décès (à 42 ans)
Tournon-sur-Rhône (France)
Nationalité Logo savoie.jpg Sarde
puis Drapeau : France Française
Domaines Mathématiques, Physique mathématique
Institutions École polytechnique
Renommé pour analyse mathématiques, physique mathématique

Aimé Vaschy est un ingénieur des télégraphes et mathématicien français né le à Thônes (royaume de Piémont-Sardaigne aujourd'hui Haute-Savoie depuis l'Annexion de la Savoie par la France en 1860), mort à Tournon-sur-Rhône (Ardèche) le (à 42 ans).

Il résout les problèmes posés par la propagation de l’électricité et démontre le rôle de la self-induction dans la transmission du courant par lignes téléphoniques. Répétiteur de physique à l’École polytechnique, il est notamment l'auteur du théorème de Vaschy-Buckingham, l'un des théorèmes de base de l'analyse dimensionnelle.

BiographieModifier

Origines familialesModifier

 
Plan de Thônes

Aimé Vaschy est né le à Thônes dans le royaume de Piémont-Sardaigne, aujourd'hui (Haute-Savoie) depuis le rattachement de la Savoie à la France en 1860, devant les fenêtres du collège de la rue des Clefs qu'il devait fréquenter plus tard. Il est le fils de Joseph Marie Vaschy (1822-1899), simple ouvrier tailleur d'habits, et de Marie Constantin (1835-1900), sage-femme ; il appartient à une famille venue d'Asti à Seyssel vers 1784 et à Thônes vers 1789[1]. C'est le neveu et le filleul d'Aimé Constantin (1831-1900)[Note 1].

Formation et vie professionnelleModifier

 
Aimé Vaschy en grand uniforme de polytechnicien

De la mi-octobre 1866 jusqu'en juillet 1871 Aimé Vaschy suit comme externe les cours du collège de Thônes[Note 2] de la sixième à la rhétorique (actuelle classe de 1re), puis il va au collège de Mélan[Note 3] près de Taninges et enfin au collège chapuisien[Note 4] d'Annecy[1]. Il poursuit ensuite ses études au lycée Saint-Louis de Paris ; élève de Mathématiques spéciales, il obtient le second accessit de mathématiques du Concours général des lycées et collèges de Paris et Versailles en 1875[3]. Il est admis la même année, à dix-huit ans, à l'École polytechnique et le Conseil municipal de Thônes donne le 23 mai 1875 un avis très favorable sur la demande présentée par sa mère à l'effet d'obtenir une bourse et un trousseau complet pour la scolarité de son fils[4],[Note 5].

Vaschy sort de l'École polytechnique en 1877 comme ingénieur des télégraphes[1],[Note 5]. Il se livre presque immédiatement à des travaux scientifiques : sa première œuvre est une note présentée à l'Académie des Sciences pour rectifier une erreur assez importante qui s'est glissée dans l'œuvre d'un maître physicien ; d'autres notes et mémoires suivent, qui constituent des matériaux pour son Traité d'électricité et de magnétisme et sa Théorie de l'électricité[Note 6].

Il est âgé de vingt-cinq ans lorsque le conseil de perfectionnement de l'École polytechnique le nomme répétiteur auxiliaire de physique le [5] puis répétiteur adjoint le 19 mai 1890[6],[7],[Note 7]. À cette même date, ce même conseil de perfectionnement le nomme, à trente-trois ans et pour une période de trois ans, examinateur d'admission en mathématiques et le reconduit ensuite par périodes de trois ans le 19 mai 1893[8], puis le [9] ; mais des raisons de santé[10],[Note 6] empêchent son renouvellement le 21 mai 1899[11]. Dans le même temps, Vaschy est également professeur et sous-directeur à l'École supérieure de télégraphie qui vient d'être créée en 1878[12].

Vaschy s'intéresse également à tout ce qui concerne sa Savoie natale et Aimé Constantin, son oncle et parrain, membre éminent de la Société Florimontane d'Annecy, trouve en lui le plus précieux des collaborateurs pour l'aider dans ses patientes études de dialectologie. À Paris mais aussi à l'occasion de ses déplacements professionnels, Vaschy ne craint pas en effet de consacrer de longues heures à rechercher dans les collections des musées, tel le British Museum de Londres, les vieux textes en patois savoyard qui y sont conservés et à les transcrire au besoin pour son oncle avec une scrupuleuse exactitude[13]. Il est admis à son tour comme membre actif de cette académie lors de sa séance du 27 janvier 1888[14].

Épuisé par ses multiples activités, atteint de surmenage intensif[10],[Note 6], Vaschy meurt prématurément, à quarante-deux ans, le à Tournon-sur-Rhône[15].

PublicationsModifier

Travailleur infatigable, Vaschy ne cesse de publier des notes sur la physique mathématique, en particulier sur l'électricité et ses applications à la télégraphie. Il alimente diverses publications de notes et communications diverses sur ses innombrables travaux :

Dès 1886, contrairement à l'opinion générale, il soutient et démontre que la self-induction d'une ligne joue un rôle particulièrement utile pour les transmissions téléphoniques[Note 6], et — toujours modeste — il suggère à son camarade Barbarat[19],[Note 9] la manière de faire de nouvelles recherches dans le même ordre d'idées. Ses calculs théoriques, accompagnés d'intéressantes réalisations (entre 1886 et 1889), préparent la téléphonie à grande distance par câbles souterrains[1].

Vaschy publie en 1892 dans les Annales télégraphiques[Note 8] deux articles intitulés respectivement Sur les lois de similitude en physique[20] et Sur les lois de similitude en électricité[21] dans lesquels il énonce et démontre le théorème qui porte son nom. Les physiciens britanniques, et au premier chef Rayleigh et Froude, avaient beaucoup utilisé l'analyse dimensionnelle dans leurs études de physique, mais sans jamais justifier leur méthode. La « Theory of Sound » de Rayleigh (1877) contient bien un paragraphe intitulé Method of Dimensions, mais où l'auteur se borne aux cas où le nombre d'exposants inconnus est égal au nombre d'équations. Vaschy s'efforce d'aborder la question sous un angle plus général : au chapitre 1 de sa « Théorie de l’Électricité » (1896, cf. infra), il énonce le principe du « théorème des Π » dans toute sa généralité ; malheureusement, cet énoncé n'attirera l'attention des spécialistes[22] qu'en 1911.

A. Vaschy laisse en outre les ouvrages suivants[Note 10] :

  • Exercices de mesure électrique, Paris, École supérieure de télépgraphie, 1883-1884
  • Théorie des Machines magnéto et dynamo-électriques, Paris, Vve Ch. Dunod, , 157 p.
  • Cours de mesure électrique, Paris, École supérieure de télégraphie, 1886-1888, 778 p.
  • Traité d’électricité et de magnétisme : Théorie et applications, instruments et méthodes de mesure électrique, vol. Tome premier, Paris, Librairie polytechnique, Baudry et Cie, , 430 p. (lire en ligne)
  • Traité d’électricité et de magnétisme : Théorie et applications, instruments et méthodes de mesure électrique, vol. Tome second, Paris, Librairie polytechnique, Baudry et Cie, , 340 p. (lire en ligne)
  • Sur une propriété générale des champs admettant un potentiel : Essai d'une nouvelle théorie de l'électrostatique - Propriété générale d'un champ quelconque n'admettant pas de potentiel - Sur une propriété générale des champs électriques et magnétiques, Paris, Gauthier-Villars et fils, , 16 p.
  • Notes sur l'électricité, Paris, Vve Ch. Dunod, , 79 p.
  • Théorème général sur les actions en raison inverse du carré des distances, Paris, Association française pour l’avancement des sciences, congrès de Caen,
  • Sur la définition des masses et des forces, Paris, Paris : Gauthier-Villars, (lire en ligne), p. 5-10
  • Théorie de l'électricité : Exposé des phénomènes électriques et magnétiques fondé uniquement sur l'expérience et le raisonnement, Paris, Librairie polytechnique, Baudry et Cie, , 340 p. (lire en ligne)
  • Étude des propriétés expérimentales des diverses énergies, Paris, G. Carré et C. Naud, , 51 p.

Distinction et hommagesModifier

DistinctionModifier

Vaschy est nommé Officier d'académie par décret du 24 décembre 1885 du ministre de l'Instruction publique et des beaux arts[23].

Il est lauréat en 1898[24] du prix Francœur de 1 000 francs qui récompense l'auteur de découvertes ou de travaux utiles au progrès des Sciences mathématiques pures et appliquées[25].

HommagesModifier

Une rue[26] de sa ville natale Thônes ainsi qu'une rue[27] d'Annecy portent son nom.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • François Pochat-Baron, Mémoires et documents de l'Académie Salésienne : Histoire de Thônes depuis les origines les plus lointaines jusqu'à nos jours, vol. Tome 44e, Annecy, Imprimerie commerciale, , 557 p. (lire en ligne), p. 501-502.  
  • H. Pelletier, Annales télégraphiques : table générale par ordre alphabétique et signalétique des matières et des auteurs, vol. Années 1855-1890, Paris, Vve Ch. Dunod, , 217 p. (lire en ligne).  
  • Aimé Vaschy, Le téléphone et le radiophone, vol. 23e année, Annecy, Société florimontane d'Annecy, (lire en ligne), p. 87-90, 100-101.  
  • Aimé Constantin, Séance du 27 janvier 1888, vol. 29e année, Annecy, Société florimontane d'Annecy, (lire en ligne), p. 145.  
  • Marc Le Roux, Séance du 18 décembre 1899, vol. 40e année, Annecy, Société florimontane d'Annecy, (lire en ligne), p. 228-230.  
  • Marc Le Roux, Séance du 6 mars 1901, vol. 42e année, Annecy, Société florimontane d'Annecy, (lire en ligne), p. 5.  
  • Joseph Désormeaux, Glanes dialectologiques : Aimé Vaschy et les études dialectologiques, vol. 52e année, Annecy, Société florimontane d'Annecy, (lire en ligne), p. 122-126.  
  • Société des Amis de l'École, L'École polytechnique, Paris, Gauthier-Villars et Cie, , 479 p., p. 457-458.  

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

« Fiche matricule d'Aimé Vaschy » (consulté le 4 novembre 2015).
  • Catalogue commun de la bibliothèque de l'École polytechnique
« Résultats de recherche pour auteur : Vaschy » (consulté le 4 novembre 2015).
  • Catalogue du Système universitaire de documentation (SUDOC)
« Résultats de recherche pour auteur : Vaschy en Français » (consulté le 4 novembre 2015) (en savoir plus sur le système universitaire de documentation SUDOC)
  • Base de données bibliographiques WorldCat
« Résultats de recherche pour auteur :A Vaschy en Français » (consulté le 4 novembre 2015) (en savoir plus sur la base de données bibliographiques WorldCat)
  • Gallica : bibliothèque numérique
« Résultats de recherche pour Vaschy Aimé » (consulté le 4 novembre 2015) (en savoir plus sur la bibliothèque numérique Gallica de la Bibliothèque nationale de France)

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Érudit savoyard spécialisé dans l’étude du patois, Aimé Constantin n’oublia jamais sa ville natale et lui accorda une place de choix dans ses travaux notamment avec la préparation du premier dictionnaire de patois. [lire en ligne]
  2. Le collège s'installe en 1824 dans la maison seigneuriale de Thônes jusqu'au 9 octobre 1933 où le collège Saint-Joseph ouvre ses portes[2].
  3. L'abbé Marin Ducrey (1766-1834) fonde une école secondaire à Mélan en 1803 dans l'ancienne chartreuse ; il y transfère en réalité le collège qu'il a créé au début du XIXe siècle dans la ville voisine de Sallanches. Les Missionnaires de Saint François de Sales y enseignent de 1848 jusqu'en 1903, puis la Loi de séparation des Églises et de l'État de 1905 met fin au collège.
  4. Cette école a fonctionné sous tous les régimes jusqu'à la fin du XIXe siècle, donnant naissance à l'actuel lycée Berthollet en 1888. L'enseignement du collège chapuisien était réputé pour son caractère profondément humaniste.
  5. a et b Il est classé 21e au concours d'admission de 1875 et sort 50e sur 264 élèves en 1877 ; il est le 4e et dernier à choisir le corps des ingénieurs des télégraphes. Sa fiche matricule précise qu'il a les cheveux châtains, le front ordinaire, le nez moyen, les yeux gris, la bouche moyenne, le menton rond et le visage ovale et que sa taille est de 1,81 m ; sa mère est déclarée commerçante domiciliée 54 rue des Clefs à Thônes et son père domicilié à Granbrenan (sic) (le Grand-Bornand) en Haute-Savoie. Dans la vitrine qui lui est consacrée au musée de la ville de Thônes, on peut lire une lettre de l'École polytechnique adressée le 20 mai 1875 au maire de la commune pour que le conseil municipal statue sur la demande exprimée par sa mère en vue de la prise en charge par la commune de son trousseau complet à l'École.
  6. a b c et d « Vaschy sait y présenter avec un intérêt sûr des idées originales qui ont reçu après lui un grand développement, telles l'emploi d'un opérateur différentiel, la considération de séries de polynômes, de l'impulsion du potentiel vecteur, qui font prévoir le rôle joué à présent dans ces questions par l'analyse fonctionnelle. Mais la plus importante découverte de Vaschy est celle du rôle favorable de la self-induction dans la transmission du courant sur les lignes téléphoniques. La technique actuelle de la charge des câbles, due à l'américain Pupin, est essentiellement contenue dans les remarques de Vaschy sur les équations de la transmission. Aussi combien peut-on regretter qu'une mort prématurée, en 1899, ait empêché Vaschy, qui promettait tant, de donner toute sa mesure. » in L'École polytechnique, p. 457-458
  7. Lors de sa séance du 22 février 1895, le conseil de perfectionnement de l'École polytechnique propose Paul Vieille au poste de répétiteur titulaire de physique ; Vaschy est en seconde ligne.
  8. a et b La collection des Annales télégraphiques des années 1855 à 1890 inclus est disponible, à l'exception notable de l'année 1892. [lire en ligne]
  9. Vaschy est un polytechnicien de la promotion 1875, Barbarat également mais de la promotion 1876.
  10. Voici en quels termes la Revue savoisienne, en sa séance du 13 décembre 1899, parle de lui : « L'Académie des sciences l'eût appelé, sans nul doute, très prochainement dans son sein. La science française perd en lui un de ses illustres représentants. Parmi l'œuvre d'Aimé Vaschy, il convient de citer son grand ouvrage sur la Théorie de l'électricité ; la Théorie des Machines magnéto et dynamoélectriques ; ses Notes sur la Télégraphie ; son Théorème général sur les actions en raison inverse du carré des distances ; et ses travaux analytiques sur la Propagation d'un courant sur une ligne télégraphique ; De l'action d'un champ électrostatique sur un courant variable ; sur la Nature des phénomènes électro-capillaires ; etc. » [lire en ligne]

RéférencesModifier

  1. a b c et d Histoire de Thônes depuis les origines les plus lointaines jusqu'à nos jours, p. 500 à 502
  2. « Les écoles de la vallée de Thônes au fil des siècles » in Revue annuelle des Amis du Val de Thônes n°19, 1995 [lire en ligne]
  3. Liste des lauréats du Concours général des lycées et collèges de Paris et Versailles [lire en ligne]
  4. Fiche matricule d'Aimé Vaschy à l'École polytechnique [lire en ligne]
  5. Décision du conseil de perfectionnement de l'École polytechnique du 10 novembre 1882.
  6. Décision du conseil de perfectionnement de l'École polytechnique du 2 mai 1890.
  7. Ecole polytechnique, livre du centenaire (1794-1894), p.75 et 79. [lire en ligne]
  8. Décision du conseil de perfectionnement de l'École polytechnique du .
  9. Décision du conseil de perfectionnement de l'École polytechnique du .
  10. a et b Revue générale de l'électricité, Tome II, N°8, [lire en ligne]
  11. Décision du conseil de perfectionnement de l'École polytechnique du 1er juin 1899.
  12. 1878 : création de l'École supérieure de télégraphie [lire en ligne]
  13. Aimé Vaschy et les études dialectologiques [lire en ligne]
  14. Société Florimontane d'Annecy - séance du 27 janvier 1888. [lire en ligne]
  15. « Tournon-sur-Rhône, acte de décès (25/11/1899) », sur Archives départementales de l'Ardèche.
  16. Annales télégraphiques, travaux publiés par Aimé Vaschy (in Annales télégraphiques : table générale par ordre alphabétique et signalétique des matières et des auteurs, p. 208-209)
  17. Sur l'intégration des équations différentielles linéaires à coefficients constants, 63e cahier, 1893, p. 39-78 [lire en ligne]
  18. Le téléphone et le radiophone, par Aimé Vaschy (in Le téléphone et le radiophone, p. 87-90, 100-101)
  19. Vaschy et Barbarat, dans les Annales des Postes et Télégraphes, II, 1917 [lire en ligne]
  20. A. Vaschy, « Sur les lois de similitude en physique », Annales télégraphiques, vol. 19,‎ , p. 25–28 (lire en ligne)
  21. A. Vaschy, « Sur les lois de similitude en électricité », Annales télégraphiques, vol. 19,‎ , p. 189–211.
  22. Cf. Dimitri Riabouchinsky, « Méthode des variables de dimension zéro », L'Aérophile, vol. 19,‎ , p. 407-408
  23. Nomination au grade d'Officiers d'académie [lire en ligne]
  24. « Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences », sur Gallica, .
  25. « Comptes rendus hebdomadaires des séances de l'Académie des sciences », sur Gallica, .
  26. rue Aimé Vaschy à Thônes [lire en ligne], plan de situation [lire en ligne]
  27. rue Aimé Vaschy à Annecy [lire en ligne]